Le cinéaste Serge Bozon s’empare du Centre Pompidou du 4 au 14 novembre et revisite 100 ans de cinéma français avec la complicité d’acteurs du 7ème art, d’artistes et créateurs contemporains.

.

.

Serge Bozon

Serge Bozon – cinéaste de La France récompensé par le Prix Jean-Vigo en 2007 et sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes – s’empare pendant 10 jours du Forum du Centre Pompidou à travers l’exposition Beaubourg, la dernière major. Serge Bonzon proposera « 100 ans de cinéma revus et interprétés à la loupe de l’artisanat présent ».

.

A raison d’une décennie par jour plusieurs figures emblématiques du cinéma tels Jean-Pierre Mocky, Barbara Carlotti, Riad Sattouf, les frères Larrieu, Pascal Greggory, Raoul Ruiz, Paul Vecchiali, ou encore Eric et Ramzy, Marie Möör et Bertrand Burgalat « dialogueront » avec des légendes du cinéma et de la littérature (Louis Feuillade, Emile Cohl, Jean Painlevé, Marcel Pagnol, Jean Eustache) sous forme de lectures chantées, de conférences-performances, d’interventions musicales, théâtrales…

.

Des films inédits seront projetés, présentés par Serge Bozon et des invités tel Jacques Lourcelles, scénariste et auteur du réputé ‘Dictionnaire du Cinéma’ réédité plusieurs fois aux Editions Robert Laffont depuis 1992. Il sera question de direction d’acteurs, de techniques de production, de choix de pellicules, d’écriture de gags… Beaubourg, la dernière Major suivra également le tournage du nouveau film de Serge Bozon, L’Imprésario, coécrit avec Axelle Ropert. Ce « Work in progress » transformera le Forum du Centre Pompidou en un plateau pour le scénario dans lequel le film se réalise, s’écrit et s’improvise au fil des interventions des invités et des réactions du public.

.

.

PROGRAMME

.

4 novembre – 1 décennie : 1910-1920

– Riad Sattouf invente une bande-son dialoguée pour quelques films d’Emile Cohl.

– Thomas Salvador conçoit un spectacle (films inédits et cascades solitaires) autour des films de Jean Durand.

.

5 novembre – 2e décennie : 1920-1930

– Marina de Van réinvestit Les Vampires de Louis Feuillade et de Riccardo Freda.

– Raoul Ruiz réalise pour l’occasion un film autour de l’œuvre de Painlevé.

– Luc Moullet s’intéresse aux acteurs burlesques français, et en particulier à Marcel Lévesque.

.

6 novembre – 3e décennie : 1930-1940

– Paul Vecchiali revisite l’univers de Jean Grémillon avant la projection des Gens d’en bas, un de ses derniers film, inédit.

– Eric et Ramzy commentent en direct des films de et avec Erich von Stroheim.

– Barbara Carlotti, Benjamin Esdraffo et Vladimir Léon créent une conférence chantée sur la chanson dans le cinéma français des années 30.

.

7 novembre – 4e décennie : 1940-1950

– René Féret présente des techniques « d’auto-gestion à l’intention des cinéastes » puis intervient sur le jeu d’acteurs, à partir du film Elvire Jouvet 40 de Benoît Jacquot.

– Après une projection de son documentaire Il était une fois la télé, Marie-Claude Treilhou s’intéresse aux monologues des films de Marcel Pagnol.

– Frédéric Videau interroge Les Dernières Vacances de Roger Leenhardt, à partir de la chanson Pourquoi rien n’est sublime ?, interprétée en direct par Florent Marchet.

– Fugu et Christophe Bier conçoivent un spectacle musical autour des films sexy de la fin des années 40.

.

8 novembre – 5e décennie : 1950-1960

– Kurt Steiner et Jean-Pierre Mocky interviennent autour de Touchez pas au Grisbi de Jacques Becker sur la question du polar français

– Willem réalise en direct des dessins, à partir d’un film mythique des années 50

– Pascal Greggory et Eva Ionesco lisent le texte Contre une certaine tendance du cinéma français de François Truffaut, auquel Noël Herpe répond en direct.

.

10 novembre – 6e décennie : 1960-1970

– Djibril Glissant dénoue « la ligne claire du cinéma » à partir de Nadja à Paris d’Eric Rohmer

– Les laboratoires Arane « imperfectionnent » les images en direct à partir des Carabiniers de Jean-Luc Godard

– Bertrand Burgalat, Marie Möör et Laurent Chambert composent un spectacle-installation inédit autour de Juliet Berto.

.

11 novembre – 7e décennie : 1970-1980

– Julie Desprairies et Adolfo Arrietta créent une intervention chorégraphique autour de l’œuvre de ce dernier

– Serge Bozon et Pascale Bodet mettent en scène, au centre du Forum, une pièce de théâtre inspirée de Jean Eustache, Jean Rouch et Claude Ollier

– Le groupe Dorian Pimpernel s’inspire des films de Gérard Blain pour un spectacle inédit autour du lien unissant librairies musicales et compositeurs de bandes originales.

.

12 novembre – 8e décennie : 1980-1990

– Jean-Christophe Bouvet et Jean-Charles Fitoussi, à partir d’un making-of inédit de Bouvet sur le tournage de Loin de Manhattan de Jean-Claude Biette, interviennent sur la question des pauses et attentes pendant les tournages, et présentent des films tournés pour l’occasion

– Virginie Thévenet, Laurent Perrin et Rosette présentent chacun un manifeste inédit (chanson, film, « casting de garçons en ascenseur »)

– Pierre Léon et Benjamin Esdraffo interprètent en direct Notre Brecht, un spectacle musical composé pour l’occasion, avant la projection en avant-première du nouveau film de Pierre Léon, un documentaire sur Jean-Claude Biette.

.

13 novembre – 9e décennie : 1990-2000

– Vincent Dietschy réfléchit sur la production dans le cinéma français, depuis son statut de réalisateur-producteur, en partant du choix des acteurs

– Philippe Faucon et sa femme réagissent sur le cinéma social

– Patricia Mazuy choisit et commente en direct des scènes de films de « jeunes » cinéastes, qui lui répondent en direct.

.

14 novembre – 10 décennie : 2000-2010

– Les frères Larrieu interviennent sur la question de la mise en scène des foules en partant de leur dernier film Les derniers jours du monde

– Marc Scialom revient sur ses influences à partir de son film Lettre à la prison (tourné en 1969 et sorti en 2009)

– Emmanuel Levaufre présente sa théorie sur la renaissance contemporaine de la science-fiction française, avant d’être dirigé en direct par Delphine Kreuter, depuis Dubaï, dans des scènes de science-fiction

– Des critiques de cinéma (parmi lesquels Jean Narboni, Luc Moullet, Jean- Marc Lalanne, Bernard Eisenschitz…) font leur autocritique, entrecoupée de ponctuations instrumentales de Haussmann Tree.

.

.

Plus d’infos : ‘Beaubourg, la dernière Major’ au Centre Pompidou

.

Commentaires

A la Une

David Fincher devrait bien réaliser World War Z 2

Après le succès de World War Z réalisé par Marc Forster en 2013, Brad Pitt s’était lancé en quête d’un… Lire la suite >>

Glass, la suite d’Incassable et Split par Shyamalan, planifiée en janvier 2019

M. Night Shyamalan a annoncé sur son compte Twitter qu’il préparait Glass, suite et crossover d’Incassable et Split, prévu sur… Lire la suite >>

Virginie Efira en nonne lesbienne dans le prochain Verhoeven

Après avoir gagné le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère pour Elle l’année dernière, Paul Verhoeven confirme son… Lire la suite >>

Michael Mann prépare une mini-série sur la guerre du Vietnam

Michael Mann planche, avec le producteur de Michael De Luca, sur l’adaptation en série du roman de guerre Hue 1968, à… Lire la suite >>

Jeff Goldblum de retour sur la terre des dinosaures dans Jurassic World 2

Après avoir survécu au Jurassic Park et avoir quitté Le Monde Perdu en un seul morceau, Jeff Goldblum alias Ian… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 FAST & FURIOUS 8 864 108 2 2 725 216
2 BABY BOSS 467 563 4 2 947 987
3 LES SCHTROUMPFS ET LE VILLAGE PERDU 314 552 3 1 163 781
4 SOUS LE MEME TOIT 261 235 1 261 235
5 LA BELLE ET LA BETE 256 314 5 3 094 419
6 LIFE - ORIGINE INCONNUE 222 132 1 222 132
7 A BRAS OUVERTS 136 328 3 832 432
8 BOULE & BILL 2 119 039 2 315 754
9 POWER RANGERS 75 732 3 497 269
10 GHOST IN THE SHELL 74 264 4 952 519

Source: CBO Box office