Mission Impossible 4 : critique

Publié par Nathalie Dassa le 11 décembre 2011

Impliquée dans l’attentat terroriste du Kremlin, l’agence Mission Impossible (IMF) est totalement discréditée. Tandis que le président lance l’opération « Protocole Fantôme », Ethan Hunt, privé de ressources et de renfort, doit trouver le moyen de blanchir l’agence et de déjouer toute nouvelle tentative d’attentat. Mais pour compliquer encore la situation, l’agent doit s’engager dans cette mission avec une équipe de fugitifs d’IMF dont il n’a pas bien cerné les motivations…

 

♥♥♥♥

 

Un énième opus sur une franchise à succès qui sort sur les écrans, c’est monnaie courante à Hollywood. Mais un volet signé par le génialissime Brad Bird, réalisateur oscarisé pour Les Indestructibles et Ratatouille, qui se lance dans son premier long-métrage en live action, on s’enthousiasme et on se déplace volontiers un matin à Ivry sur Seine pour le découvrir en projection presse dans une des rares salles IMAX en France. Si ce quatrième volet propose un scénario certes très classique, le réalisateur, le producteur JJ. Abrams (Mission : Impossible 3) et les scénaristes Josh Appelbaum et André Nemec (Alias) s’approprient littéralement l’univers de la saga d’espionnage et ses règles en insufflant une véritable densité exponentielle, de belles perspectives visuelles et une énergie exaltante. Mission : Impossible – protocole fantôme est nettement supérieur aux trois précédents films, même celui signé par Brian de Palma en 1996, servi par un cocktail détonant d’humour inattendu, d’adrénaline, de suspense et de haute voltige. On salue particulièrement l’investissement physique de Tom Cruise, plus modéré et plus performant dans son jeu, qui réalise lui-même la plupart des cascades du film, la plus impressionnante et acrobatique étant celle où il grimpe tel Spider-Man sur le plus haut gratte-ciel du monde, le Burj Khalifa, sublimé par l’effet IMAX qui restera en mémoire pour tout le monde, en particulier pour tous ceux qui ont le vertige (comme moi). >>> VOIR MAKING OF  <<<

 

Mission Impossible 4 a le potentiel d’envergure d’un volet de James Bond et la saveur agréable des Indestructibles avec des scènes d’action tournant à plein régime, d’autant plus faramineuses qu’elles nous transportent dans de somptueux décors naturels de grandes villes des quatre coins du monde telles Dubaï entourée par le désert et Mumbaï. Brad Bird les filment d’une main de maître via de longs travellings panoramiques et des cadrages audacieux, intensifiées par une photographie lumineuse selon les lieux et rythmées par une excellente bande son de Michael Giacchino (SUPER 8, Mission Impossible 3Les Indestructibles…) qui épouse et renforce la tension omniprésente plus que palpable. On retient l’excellent score remixé en version indienne du thème central immortalisé par le grand Lalo Schifrin. Ainsi le cinéaste nous embarque dans les trente premières minutes sous une tension qui annonce d’emblée la tonalité et le rythme d’un blockbuster survolté de deux heures. L’enchaînement des différentes scènes d’action parfaitement orchestrées sonnent l’explosion du Kremlin et de la Place Rouge, la mort du patron de Hunt (Tom Wilkinson), le discrédit de l’IMF, de l’agent Hunt et de son équipe qui tentent de contrecarrer les plans de l’ennemi fanatique Kurt Hendricks (Michael Nyqvist un peu trop monolithique et sans relief) pour s’emparer des codes de lancement de missiles nucléaires qui pourrait désintégrer la planète. Le Président déclenche le protocole fantôme.

 

Mission Impossible 4 marque ainsi formellement sa différence avec une équipe d’experts devenue désormais seule contre tous, sans l’appui de gouvernement américain, dirigé par un réalisateur et des scénaristes qui s’amusent à déconstruire le principe même de la série créée par Bruce Geller et de la saga cinématographique : un premier message qui ne s’autodétruit pas, plus de masques et autres transformations physiques, des gadgets et des équipements sophistiqués qui fonctionnent mal et des plans inefficaces. Ethan Hunt, habitué à se sortir de toutes les impasses en solo, doit se fier à son unité composée d’un casting magistral : le génie informatique Benji Dunn (Simon Pegg) promu sur le terrain depuis le précédent opus qui apporte toute la touche humoristique, Jane Carter (magnifique Paula Patton), charismatique et dure à cuire digne d’une James Bond Girl, guidée ici par le désir de venger son coéquipier (Josh Holloway) assassiné par Sabine Moreau (superbe Léa Seydoux), une tueuse de sang froid russe payée en diamants, et William Brandt (Jeremy Renner), un analyste maniant l’art du combat qui traîne un passé obscur. Dans ce summum de pur divertissement, Brad Bird a brillamment allumé la mèche et réussi son passage dans la prise de vue réelle en signant l’une des pêchues et des plus cool missions : impossibles.


 

 

CLIQUEZ DANS LES PHOTOS POUR AGRANDIR

 

 

 

MISSION : IMPOSSIBLE – PROTOCOLE FANTÔME (Mission : impossible – Ghost Protocol) de Brad Bird en salles le 14 décembre avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Paula Patton, Michael Nyqvist, Vladimir Mashkov, Josh Holloway, Anil Kapoor et Léa Seydoux. Scénario : André Nemec, Josh Appelbaum. Production : J.J. Abrams, Bryan Burk, Tom Cruise. Photographie : Robert Elswit. Musique : Michael Giacchino. Superviseur Effets Spéciaux : Mike Meinardus. Chef Accessoiriste : Kristopher E. Peck. Distribution : Paramount. Durée : 2h13.

.

 

 

 

Articles sur le même thème

  1. Mission Impossible 4 : making of vertigineux et nouveau trailer
  2. Trailer officiel de Mission : Impossible – Ghost Protocol
  3. Planète des Singes – les origines : critique
  4. Super 8 : critique
  5. Source Code : nouvelle oeuvre brillante de Duncan Jones (critique)

 

Commentaires

A la Une

A la Poursuite de demain : Walt Disney ou sa fascination des visionnaires

      À LA POURSUITE DE DEMAIN (Tomorrowland), l’une des nouvelles productions Disney réalisée par Brad Bird, sortira le 20… Lire la suite >>

Un trailer pour Regression de Alejandro Amenabar

Agora était le dernier film en date du cinéaste espagnol Alejandro Amenabar. Depuis la sortie de cette fresque historique sur… Lire la suite >>

Adam West et Burt Ward de retour en Batman et Robin dans un film animé pour 2016

Cinquante ans après Batman, la célèbre série télévisée des années 1960, Adam West et Burt Ward devraient prêter leur voix à leurs… Lire la suite >>

L’Académie des Oscars s’offre une navette de 2001 de Stanley Kubrick

    L’Académie des Oscars a récemment fait l’acquisition d’un objet rare et précieux, la navette Aries 1B Trans-Lunar de… Lire la suite >>

Sundays : le court de science-fiction qui séduit Warner Bros

    Voici encore un nouveau court métrage impressionnant qui a littéralement emballé la toile et séduit de facto les… Lire la suite >>






Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 Divergente 2 : L'Insurrection 1 172 398 1 1 172 398
2 Un homme idéal 337 525 1 337 525
3 American Sniper 319 455 5 2 816 255
4 Big Eyes 221 977 1 221 977
5 Le dernier loup 190 172 4 1 107 817
6 Night run 188 014 2 401 984
7 Kingsman: Services Secrets 162 182 5 1 496 201
8 La famille Bélier 153 173 14 7 260 281
9 Papa ou Maman 142 295 7 2 744 918
10 Selma 132 812 2 268 451

Source: CBO Box office

DVD/Blu-ray-Blu-ray-300x250