Sortie DVD/ L’autre de Robert Mulligan : critique

Publié par Thierry Carteret le 13 septembre 2016

Synopsis : 1935, dans un petit village du sud des États-Unis, Niles et Holland Perry, des frères jumeaux entretenant un lien extrêmement fort, passent leurs journées à jouer paisiblement ensemble. Élevés par leur grand-mère Ada, celle-ci leur enseigne « le jeu »… Un rituel étrange qui consiste à se transformer en objet ou animal par le seul pouvoir de la pensée. Débute alors une série d’accidents de plus en plus macabres…

♥♥♥♥

 

L'autre de Robert Mulligan - affiche

L’autre de Robert Mulligan – affiche

L’Autre, classique à l’ambiance gothique de Robert Mulligan, sorti en 1972, est enfin disponible dès le 14 septembre dans une édition DVD/Blu-ray restaurée et agrémentée d’un livret de 78 pages grâce à l’éditeur Wild Side. Il s’agit d’une adaptation du bestseller Le visage de l’autre (The Other en version originale) de Thomas Tryon, ancien comédien raté (Le cardinal) mais romancier accompli et précurseur de Stephen King. D’abord envisagé comme réalisateur par les producteurs de Hollywood à la suite du succès phénoménal du livre, Tryon en signe seulement l’adaptation en scénario. C’est finalement une valeur sûre, le réalisateur Robert Mulligan (Du silence et des ombresUn été 42…), qui est chargé de le mettre en scène. Dès l’ouverture, dans une tranquille campagne de l’Amérique profonde où des jumeaux jouent ensemble, Mulligan instaure un malaise. On pressent rapidement que tout ne tourne pas rond chez ces deux jeunes frères. Peu à peu, des évènements étranges se font jour et des accidents inexplicables et dramatiques surviennent. On découvre alors le pouvoir étrange que semble posséder ces deux garçons, un don que leur enseigne Ada (Uta Hagen), leur grand-mère d’origine russe qui les élève. Par la pensée, ces derniers sont capables de se mettre dans la peau de toutes les choses qui les entourent. Progressivement se dessine une ambiance de plus en plus malsaine et macabre, avec en fond, l’idée de la corruption et la perte de l’innocence de l’enfance. Un thème qui hante tout le cinéma de Robert Mulligan.

.

L'autre de Robert Mulligan

L’autre de Robert Mulligan

.

Si l’ombre de Psychose de Hitchcock n’est pas loin, on songe aussi au superbe Les innocents de Jack Clayton (critique). Même utilisation du thème de l’enfance comme générateur de nos peurs et angoisses profondes. On pense également à des longs métrages comme La malédiction ou Les autres, qui se réclament d’ailleurs du classique de Mulligan. Côté littérature, l’œuvre s’inscrit dans la tradition littéraire de Nathaniel Hawthorne (La lettre écarlate), Henry James (Le Tour d’écrou) ou encore Edgar Allan Poe (Le corbeau). Unique œuvre fantastique de son réalisateur, L’Autre est une réussite sur tout les plans. D’ailleurs, le terme fantastique s’avère quelque peu inexact, s’agissant plutôt des névroses et des hallucinations d’un jeune schizophrène. L’extrême modernité du film est d’exprimer la folie de manière frontale, en adoptant le point de vue du malade. Le réalisateur compose alors un monde imaginaire uniquement dicté par les pensées et délires du protagoniste, cet « autre » du titre (qui est aussi le jumeaux). Autre, dans le sens de celui qui est différent, en décalage avec le monde qui l’entoure. Un monstre en quelque sorte. Un thème de la marginalité que l’on retrouve dans la filmographie du réalisateur, comme l’excellent film noir The Nickel Ride.

.

L'autre de Robert Mulligan

L’autre de Robert Mulligan

.

La force ici, ou le coup de génie, est de laisser penser qu’un seul acteur joue les deux frères. En effet, jamais Niles et Holland ne sont ensemble dans le même plan. Or, il s’agit bien de deux jumeaux joués par Chris et Martin Udvarnoky. Tel un fantôme, Holland semble uniquement s’incarner par la présence de son frère Niles à ses côtés. Cette idée est exprimée grâce aux différents angles de la caméra, et à un fabuleux travail de montage, pourtant critiqué à l’époque. Sans avoir recours aux effets spéciaux, L’Autre (que François Truffaut admirait) parvient à bâtir un univers gothique, onirique et inquiétant qui semble régi par sa logique propre. Comme toute grande œuvre, le récit est ouvert à une double interprétation. Si l’approche purement fantastique est possible (à l’image de Rosemary’s Baby par exemple), la cohérence est cependant mise à mal par un ensemble de plus en plus confus ; le fil se perd entre le rêve et la réalité. Le passé et le présent s’entremêlent dans une ambiance de plus en plus bizarre et malsaine. La beauté de la photographie lumineuse et contrastée de Robert Surtees (Ben-Hur, Le Lauréat) passe de la lumière ensoleillée à l’ombre la plus profonde au fur et à mesure de la progression des évènements. Cette impression solaire dans certaines scènes tend à accentuer davantage le malaise. Saluons également la superbe partition musicale de Jerry Goldsmith (Alien, La Malédiction), aux accents envoûtants et mélancoliques. 

.

Au final, L’Autre de Robert Mulligan laisse une empreinte marquante dans l’esprit. Le propre d’un chef-d’œuvre. À inscrire aux côtés des grands films fantastiques sur la gémellité, comme Faux-semblants de David Cronenberg et Soeurs de sang de Brian de Palma. À (re)découvrir sans plus tarder.

.

.

L'autre de Robert Mulligan - edition DVD et BR

L’autre de Robert Mulligan – edition DVD et BR

DVD : La copie en HD est très belle et lumineuse. Beau travail de restauration de l’éditeur sur le plan de l’image et du son. Outre la bande annonce, le disque inclut un segment d’une trentaine de minutes intitulé Robert Mulligan, l’autre Hollywood, sous forme d’un entretien très intéressant entre deux spécialistes du cinéma de genre : le rédacteur en chef de Mad Movies Fausto Fasulo et le réalisateur Pascal Laugier. Enfin, cette très belle édition est complétée par un ouvrage de Frédéric Albert Levy ; 78 pages retracent en effet la carrière de Robert Mulligan et l’auteur du roman Thomas Tryon. Le tout est superbement illustré de photos et documents d’archives.

.

.

.

  • L’AUTRE (The Other) de Robert Mulligan, disponible en combo DVD/ Blu-ray+Livret le 14 septembre 2016.
  • Avec : Chris Udvarnoky, Martin Udvarnoky, Uta Hagen, Diana Muldaur, Norma Connolly, Victor French, Loretta Leversee, Lou Frizzell…
  • Scénario : Thomas Tryon d’après son oeuvre Le visage de l’autre
  • Production : Robert Mulligan
  • Photographie : Robert Surtees
  • Montage : Folmar Blangsted, O. Nicholas Brown
  • Décors : Ruby R. Levitt
  • Costumes : Joanne Haas, Thomas Welsh
  • Musique : Jerry Goldsmith
  • Edition/ Distribution : Wild Side Video
  • Tarif du combo : 24,99 € (Blu-ray + DVD + Livret)
  • Durée : 1h40 (Blu-ray) – 1h36 (DVD)
  • Sortie en salles : 20 décembre 1972

.

Commentaires

A la Une

David Fincher devrait bien réaliser World War Z 2

Après le succès de World War Z réalisé par Marc Forster en 2013, Brad Pitt s’était lancé en quête d’un… Lire la suite >>

Glass, la suite d’Incassable et Split par Shyamalan, planifiée en janvier 2019

M. Night Shyamalan a annoncé sur son compte Twitter qu’il préparait Glass, suite et crossover d’Incassable et Split, prévu sur… Lire la suite >>

Virginie Efira en nonne lesbienne dans le prochain Verhoeven

Après avoir gagné le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère pour Elle l’année dernière, Paul Verhoeven confirme son… Lire la suite >>

Michael Mann prépare une mini-série sur la guerre du Vietnam

Michael Mann planche, avec le producteur de Michael De Luca, sur l’adaptation en série du roman de guerre Hue 1968, à… Lire la suite >>

Jeff Goldblum de retour sur la terre des dinosaures dans Jurassic World 2

Après avoir survécu au Jurassic Park et avoir quitté Le Monde Perdu en un seul morceau, Jeff Goldblum alias Ian… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 FAST & FURIOUS 8 864 108 2 2 725 216
2 BABY BOSS 467 563 4 2 947 987
3 LES SCHTROUMPFS ET LE VILLAGE PERDU 314 552 3 1 163 781
4 SOUS LE MEME TOIT 261 235 1 261 235
5 LA BELLE ET LA BETE 256 314 5 3 094 419
6 LIFE - ORIGINE INCONNUE 222 132 1 222 132
7 A BRAS OUVERTS 136 328 3 832 432
8 BOULE & BILL 2 119 039 2 315 754
9 POWER RANGERS 75 732 3 497 269
10 GHOST IN THE SHELL 74 264 4 952 519

Source: CBO Box office