Nocturnal Animals de Tom Ford : critique contre

Publié par Charles Villalon le 7 janvier 2017

Synopsis : Susan, galeriste à Los Angeles, mène une vie bien rangée à la limite de la monotonie, délaissée par son époux Hutton Morrow. Jusqu’au jour où, seule à la maison, elle reçoit un livre : Nocturnal Animals, signé par son ex-mari Edward Sheffield, dont elle est sans nouvelles depuis des années. Edward s’y met en scène dans le rôle de Tony Hastings, un père de famille en proie à l’horreur sur les routes du Texas, face à Ray Marcus, un chef de gang ultra-violent et le lieutenant Bobby Andes. Ce roman, d’une violence rare, va bouleverser Susan et réveiller bien des sentiments, que la jeune femme croyait enfouis à jamais… fissurant dangereusement la surface vernie de l’existence qu’elle s’est choisie.

♥♥♥♥♥

 

Nocturnal Animals - affiche

Nocturnal Animals – affiche

L’entrée en matière de Nocturnal Animals, le second long-métrage de Tom Ford, laisse d’abord présager de bonnes choses en opérant une incursion assez impitoyable au cœur de « l’aristocratie » californienne. Comme chez beaucoup de metteurs en scène américains modernes, sa mise en scène se résume à l’installation d’une ambiance – sombre, de préférence – mais au moins ne se trompe-il pas de cible en brossant le portrait de Susan (Amy Adams) et de son monde. La galeriste en vue a son Jeff Koons dans le jardin, son garde du corps à disposition, sa grande maison vide et un mari distant et volage. Chez cette élite auto-satisfaite, les conversations mondaines trahissent la même obscénité pornographique que les discussions des talk-show télévisuels. Cette existence ne convient plus à Susan, mais son entourage lui assure que ce monde qui est le leur, si vide soit-il, vaut toujours mieux que le monde réel, qui n’a que de la souffrance à offrir. L’univers du film est posé et ne semble pas inintéressant. L’affaire se gâte lorsque Susan reçoit de son ex-mari Edward (Jake Gyllenhaal) une copie de son nouveau roman, Nocturnal Animals, qu’il lui a dédié. La lecture du roman par Susan devient le prétexte d’un film dans le film. On y suit l’histoire de Tony en voyage avec sa femme et sa fille, la nuit, sur une route déserte du Texas. Agressées par des dégénérés locaux, la femme et la fille sont violées et assassinées. Tony survit et assiste le shérif du coin (Michael Shannon) dans son enquête. Est-ce là le monde réel évoqué plus tôt ? Le point de vue que Tom Ford a du Sud n’a non seulement rien d’original, mais il est en sus fort déplaisant de voir ce contempteur du monde aseptisé des élites culturelles américaines n’avoir à y opposer que le cliché trop souvent rebattu du redneck sociopathe. À mesure de sa lecture, Susan revit en souvenir sa vie passée avec Edward. Alors que s’entrelace les deux récits, on constate que l’un est le revers romanesque et morbide de l’autre. Tout comme Tony n’a pas su protéger sa femme et sa fille, Edward, n’a pas su retenir son amour et l’a laissé filer avec un bellâtre plein aux as qui l’avait convaincue d’avorter de son enfant à lui. Susan est émue par cet aveu de faiblesse, qui semble aussi une déclaration d’amour. Là encore l’idée n’est pas inintéressante. Malheureusement, elle aboutit à une conclusion sinistre et sans grandeur. Susan, acceptant le rendez-vous de son ex-mari, s’apprête pour le retrouver au restaurant. Un nouveau départ, semble-t-il, s’offre à elle. Tandis qu’elle attend son arrivée, seule à sa table, et que la soirée se prolonge, on comprend que celui-ci ne viendra pas. Le film laisse donc là la pauvre Susan, sans sauveur, sans espoir, en laissant entendre qu’elle l’a bien mérité. Triste spectacle en vérité.

.

Charles Villalon

.

>> La critique POUR de Nocturnal Animals <<

.

.

.

  • NOCTURNAL ANIMALS réalisé par Tom Ford en salles depuis le 4 janvier 2017.
  • Avec : Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Michael Shannon, Aaron Taylor-Johnson, Isla Fisher…
  • Scénario : Tom Ford, d’après le roman Tony and Susan d’Austin Wright
  • Production : Tom Ford, Robert Salerno
  • Photographie : Seamus McGarvey
  • Montage : Joan Sobel
  • Décors : Shane Valentino, Christopher Brown
  • Costumes : Arianne Philipps
  • Musique : Abel Korzeniowski
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 1h56

.

Commentaires

A la Une

Vivre et laisser mourir, Roger Moore s’est éteint à l’âge de 89 ans

L’acteur anglais Roger Moore, rendu célèbre sur le petit écran mais aussi pour avoir succédé à Sean Connery dans le rôle… Lire la suite >>

Sam Mendes en pourparlers pour réaliser Pinocchio en live-action

Alors que Disney continue d’adapter ses succès en live-action, le célèbre pantin de bois pourrait voir prendre vie au cinéma… Lire la suite >>

Cannes 2017/ L’éclatement de la famille et Hommage à André Téchiné (jour 5 – photos)

Une sixième journée de compétition marquée par la projection de Happy End de Michael Haneke, en lice pour une troisième… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Histoire de famille, expérience godardienne et escapades coréennes (jour 4 – photos)

Une journée marquée par la présentation en Compétition Cannes du deuxième film Netflix, The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach, et… Lire la suite >>

Cannes Soundtrack 2017 : qui sont les compositeurs de la Compétition officielle ?

Tour d’horizon des compositeurs de la Compétition officielle du 70e Festival de Cannes en lice pour le Prix Coup de… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ALIEN : COVENANT 675 785 1 675 785
2 LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2 333 945 3 2 553 225
3 GET OUT 239 606 2 804 226
4 FAST & FURIOUS 8 124 233 5 3 698 165
5 PROBLEMOS 96 600 1 96 600
6 BRAQUAGE A L'ANCIENNE 84 040 2 295 211
7 BABY BOSS 74 074 7 3 605 867
8 DJANGO 67 058 3 374 537
9 AURORE 64 954 3 330 921
10 LES SCHTROUMPFS ET LE VILLAGE PERDU 54 468 6 1 651 718

Source: CBO Box office