Livre/ Images et mots de l’horreur (deux volumes) : critique

Publié par Jacques Demange le 17 avril 2017

Résumé : Une étude consacrée aux oeuvres, des plus sublimes aux plus abjectes, et aux créateurs qui se sont dédiés à l’horreur, que ce soit dans la littérature, au cinéma, en peinture ou à la télévision.

♥♥♥♥♥

 

Images et mots de lhorreur - Outrance et ravissementImages et mots de lhorreur - Territoires de leffroiGuy Astic est aujourd’hui un nom bien connu dans le domaine de l’édition consacrée au cinéma. Le directeur de l’excellente maison Rouge Profond, est aussi un essayiste prolixe qui a consacré d’intéressantes études aux œuvres de David Lynch, Stephen King, ou Günter Grass, entre autres. Ce goût partagé pour la littérature et l’art cinématographique se retrouve tout au long de ces deux volumes (Outrance et ravissement et Territoires de l’effroi) qui se répondent à la manière de miroirs réfléchissants. Au carrefour des images et des mots donc, Astic propose au lecteur un voyage au pays de l’effroi sensible et de la terreur charnelle. Deux études placées sous la tutelle de deux figures tutélaires (Clive Barker d’abord, Stephen King ensuite), elles-mêmes reliées à deux thématiques principales (le corps et l’espace). Félicitions tout d’abord le choix de l’auteur. Loin d’être réduite à sa seule adaptation filmique de Hellraiser, la figure de Barker profite pour la première fois en langue française d’une étude complète et savante. Fin lettré, Astic n’hésite pas à comparer l’écrivain des Évangiles écarlates et des Livres de sang à Victor Hugo, Lewis Carroll, Pier Paolo Pasolini, ou Günter Grass. L’œuvre de Barker mettrait ainsi en scène « l’infrangible (…) à partir des corps, des milieux où la réalité fusionne, mollit, se distend, se déforme. »

.

L’entreprise menée par Astic n’est pas si différente. À partir d’un seul et même regard, l’auteur cherche à interroger l’indicible de l’horreur, et, au-delà, l’étrange attraction qu’exerce sur nous l’acte de la fiction. Un beau projet mené à bien à partir d’une approche pluridisciplinaire. Films, séries télévisées (Buffy contre les vampires, X Files), romans, photographies, bandes dessinées, peintures (l’Andromède de Pierre Peyrolle ou L’ïle des morts de Böcklin), l’auteur provoque au creux des images la création de seuils aux multiples clés interprétatives. Telle œuvre renvoie à une autre, tel sujet appelle au développement d’un second. L’ensemble s’enchâsse parfaitement. La monstruosité exposée de La Mouche (David Cronenberg) convoque tour à tour The Thing (John Carpenter), Alien (Ridley Scott), Elephant Man (David Lynch), Freaks (Tod Browning) ; tandis que la figure enfantine permet de jolis rapprochements entre certains passages de La Horde sauvage (Sam Peckinpah), Les Griffes de la nuit (Wes Craven), L’Autre (Robert Mulligan), ou du moins connu Mauvaise graine de Melvyn LeRoy.

.

Astic interroge les nombreuses facettes de l’horreur, s’attarde sur une cinématographie (la J-Horror), un parcours singulier (la collaboration entre l’écrivain Richard Matheson et la Hammer), un trait d’esprit (l’humour noir parfaitement illustré à travers les éclaboussures d’encre de chine projetées par Franquin dans ses Idées noires), l’exploration d’un lieu (les sous-sols londoniens, du Loup-garou de Londres à Creep), l’analyse d’une facette (le gothique domestique chez Stephen King) ou d’une représentation particulière (l’enfer perçu à travers le prisme du décalage lynchéen, ou des cases du manga Panorama de l’enfer de Hideshi Hino). La lecture de ces pages s’apparente à la traversée de dédales et de ponts menant vers l’Outre-monde, et, progressivement, l’identité du lecteur se confond avec celle de John Trent, le héros de L’Antre de la folie de John Carpenter, film hanté par les univers de Barker, King et Lovecraft. C’est une course magnifique et haletante ponctuée par la vision d’images sidérantes, se rencontrant et se heurtant sans cesse. Soulignons ici la belle et riche mise en page des deux volumes, signature habituelle de Rouge Profond. Œuvre tout à la fois totale et subjective, ces Images et mots de l’horreur en deux volumes sont déterminés par la plus belle des dynamiques : celle du plaisir partagé.

.

.

.

Commentaires

A la Une

Le Parrain de Coppola a 45 ans, retour sur une œuvre magistrale

Le Parrain a fêté son 45e anniversaire au Festival de Tribeca avec tout le casting en avril dernier. À notre tour de… Lire la suite >>

Trent Reznor et Atticus Ross revisitent le theme de Halloween de John Carpenter

Trent Reznor et Atticus Ross, membres du groupe Nine Inch Nails, se sont réappropriés le theme mythique de Halloween de… Lire la suite >>

Jeanne Moreau à l’honneur sur l’affiche des César 2018

L’Académie des Arts et Techniques du Cinéma a dévoilé l’affiche de la 43ème Cérémonie des César, qui met à l’honneur… Lire la suite >>

Musique/ Howard Shore acclamé en concert à la salle Pleyel à Paris

Howard Shore, le compositeur privilégié de David Cronenberg et de Martin Scorcese, starifié pour Le Seigneur des Anneaux et ses… Lire la suite >>

Nouveau trailer et nouvelle affiche pour Star Wars – Les Derniers Jedi

À deux mois de sa sortie en salles, le huitième épisode de la saga Star Wars, Les Derniers Jedi, en… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 KINGSMAN : LE CERCLE D'OR 641 173 1 641 173
2 LE SENS DE LA FETE 432 321 2 1 240 865
3 L'ECOLE BUISSONNIERE 351 303 1 351 303
4 BLADE RUNNER 2049 262 900 2 807 408
5 COEXISTER 243 818 1 243 818
6 CA 158 295 4 1 966 655
7 LEGO NINJAGO LE FILM 116 414 1 116 414
8 DETROIT 106 423 1 106 423
9 NUMERO UNE 70 592 1 70 592
10 SEVEN SISTERS 64 208 7 1 751 562

Source: CBO Box office