Cannes 2017/ Wonderstruck de Todd Haynes: critique

Publié par Antoine Gaudé le 19 mai 2017

Synopsis : L’histoire de deux enfants, tous deux sourds, à différentes époques, l’un en 1927, l’autre en 1977. Ces deux enfants s’échappent de New York. Malgré le gouffre entre ces deux périodes, ils sont tous deux connectés par un mystère en attente de résolution.

♥♥♥♥♥

 

Wonderstruck - affiche

Wonderstruck – affiche

En visionnant le dernier film de Todd Haynes, Wonderstruck, la crainte subsistait de voir le cinéaste se faire phagocyter par l’univers foisonnant du scénariste et adaptateur Brian Selznick dont Scorsese s’était inspiré pour Hugo Cabret. Le doute était donc permis, surtout lors d’une première partie, où Haynes se laisse aller à un montage parallèle, figure un brin datée, où deux interminables séquences quasi clipesques – l’une muette et en noir et blanc (les années 1920), l’autre dans un style plus chatoyant et habituel pour l’excellent chef opérateur Ed Lachman (les années 1970) – s’amusent de la répétition des gestes ainsi que des lieux visités par nos deux héros en fuite. Esthétiquement très beau, musicalement très enlevé, Wonderstruck, présenté en Compétition officielle au 70e Festival de Cannes, ressemble alors à une succession de clichés sans vie. Et puis la vie revient de manière plus magistrale lorsque le personnage de Julianne Moore entre en scène et apporte les réponses à la quête identitaire du jeune Ben. Alors que le film ne faisait que caresser ses thèmes (deuil, transmission, identité, langage), voire les préparer pour ce splendide final, Haynes réussit pour ainsi dire à reprendre la main. Il trouve dans le langage des signes une puissance émotionnelle dû à l’attente prolongée qu’implique une réponse écrite sur un bout de papier tant sur le plan dramatique que comique ; ou, encore dans les miniatures, où l’on retrouve le côté artisanal qui faisait défaut à cette première partie et qui lui permet de déconstruire cette lisibilité de l’image et cette clarté du son qui ne font jamais bon ménage avec l’imaginaire enfantin, voire tout simplement avec la fiction. Un imaginaire qui puise alors ses sources dans l’animalité primitive (les loups), dans la littérature (le cabinet des curiosités) et dans les lieux (les musées, la ville de New York) dont la maquette géante vient cristalliser, de par ses multiples secrets dissimulés, la rencontre magique entre l’univers aventureux de Selznick et celui plus intime de Haynes.

.

.

  • Note de la rédaction cannoise 
  • Nathalie Dassa : ♥♥♥♥
  • Philippe Descottes : ♥♥♥♥

.

.

.

  • WONDERSTRUCK de Todd Haynes en salles le 15 novembre 2017
  • Avec : Oakes Fegley, Milicent Simmonds, Julianne Moore, Michelle Williams, Amy Hargreaves, Cory Michael Smith, Tom Noonan…
  • Scénario : Brian Selznick  d’après son oeuvre
  • Production : Christine Vachon, Pamela Koffler, John Sloss
  • Photographie : Edward Lachman
  • Montage : Alfonso Gonçalves
  • Décors : Mark Friedberg
  • Musique : Carter Burwell
  • Distribution : Metropolitan FilmExport
  • Durée : 1h57

.

Commentaires

A la Une

Trailer du documentaire sur Steven Spielberg pour HBO

HBO a mis en ligne la bande annonce du documentaire consacré à la carrière remarquable de l’une des légendes du… Lire la suite >>

Un premier trailer superbe pour Isle of Dogs de Wes Anderson

Wes Anderson a enfin dévoilé la première bande annonce attrayante de Isle of Dogs, son prochain film d’animation en stop-motion… Lire la suite >>

TOP 10 des meilleures adaptations de Stephen King au cinéma

À l’occasion des soixante-dix ans de Stephen King, retour sur les meilleures adaptations au cinéma de l’un des écrivains les plus… Lire la suite >>

120 battements par minute représentera la France aux Oscars

Le comité de sélection du CNC a fait son choix : 120 battements par minute de Robin Campillo a été… Lire la suite >>

Court Métrange : en route pour la 14e édition!

Du 18 au 22 octobre aura lieu la 14e édition du Festival Court Métrange de Rennes avec, au programme, 71… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BARRY SEAL : AMERICAN TRAFFIC 271 607 1 271 607
2 SEVEN SISTERS 251 165 3 1 184 885
3 MOTHER ! 190 141 1 190 141
4 OTEZ-MOI D'UN DOUTE 167 832 2 417 481
5 LES GRANDS ESPRITS 104 837 1 104 837
6 120 BATTEMENTS PAR MINUTE 94 341 4 632 946
7 BARBARA 87 677 2 233 530
8 PETIT PAYSAN 73 440 3 304 828
9 LE REDOUTABLE 72 473 1 72 473
10 NOS ANNEES FOLLES 66 095 1 66 095

Source: CBO Box office