Cannes 2017/ Faute d’Amour de Andrey Zvyagintsev : critique

Publié par Antoine Gaudé le 18 mai 2017

Synopsis : Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser… Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

 

♥♥♥♥♥

 

Faute damour de Andrey Zvyagintsev - affiche

Faute d’amour de Andrey Zvyagintsev – affiche

Après Léviathan (2012), allégorie « monstrueusement » politique, le cinéaste russe Andrey Zvyagintsev continue son exploration sans concession d’une Russie renfermée sur elle-même, indolore à la souffrance des uns et des autres, voire totalement amorphe. Faute d’Amour, prix du Jury au 70e Festival de Cannes, est une sorte de cri du cœur, silencieux et torve, prenant les traits malicieux d’une « histoire d’amour » sordide entre la plantureuse Génia et le bourru Boris en pleine instance de divorce. Couple frustré (un travail redondant avec des collègues lourds), égoïste (des séances de maquillages et de selfie), et visiblement irresponsable, ils sont entièrement tournés vers leur avenir, tout aussi détestable que leur présent, où chacun a refait sa vie sans penser à leur enfant commun. Et lorsque le drame survient, le mal est déjà fait. Servi par une esthétique sinistre où chaque plan de forêt ou de ruines doit évoquer la très grande froideur d’un film qui a délaissé tout son côté humain, Faute d’Amour n’en reste pas moins bavard (quelques saillies amusantes), figé (les deux parents n’évoluent pas) et totalement hermétique à toute empathie, malgré ses élans gentiment provocateurs (scènes de sexe ou à la morgue). En ritualisant, voire parodiant chaque geste ou chaque posture, Zvyagintsev fait preuve d’un terrible sarcasme dans la manière dont il se délecte à offrir des personnages aigris, odieux et méprisables. De cet improbable exercice misanthrope, il ne reste rien, ni de l’enfant ni de la vie si bien que la Russie en sort toute petite et misérable.

 .

.

  • Note de la rédaction cannoise
  • Nathalie Dassa : ♥♥♥♥♥

.

.

.

  • FAUTE D’AMOUR (Loveless)
  • Sorties salles : 20 septembre 2017
  • Réalisation : Andrey Zvyagintsev
  • Avec : Djan Badmaev, Alexey Rozin, Matvei Novikov, Marina Vasilieva, Andris Keishs, Alexei Fateev…
  • Scénario : Andrey Zvyagintsev, Oleg Negin
  • Production : Alexander Rodnyansky, Sergey Melkumov, Gleb Fetisov
  • Photographie : Mikhail Krichman
  • Montage : Anna Mass
  • Décors : Andrey Ponckratov
  • Musique : Evgeny Galperin
  • Distribution : Pyramide Distribution
  • Durée : 2h07

.

Commentaires

A la Une

La série des frères Coen pour Netflix tournée en numérique

Joel et Ethan Coen tournent en numérique pour leur première série, The Ballad of Buster Scruggs, produite par Netflix.  … Lire la suite >>

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender dans Kung Fury 2

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender et David Hasselhoff dans Kung Fury 2, toujours réalisé par David Sandberg.      … Lire la suite >>

Box office France : Cinquante nuances plus claires et Les Tuche 3 au coude à coude

Au top hebdo du 7 au 13 février, Cinquante nuances plus claires déloge de peu Les Tuche 3 tandis que… Lire la suite >>

Le monde de la musique en deuil avec la disparition de Johann Johannsson à 48 ans

Johann Johannsson, le compositeur de Premier Contact, récompensé pour Une Merveilleuse Histoire Du Temps, est décédé ce vendredi 9 février… Lire la suite >>

Alex Garland développe une série télévisée pour FX

Alex Garland, le réalisateur de Ex-Machina, planche sur une série télévisée en huit parties pour FX, alors que Annihilation est… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES 1 257 650 1 1 257 650
2 LES TUCHE 3, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITUCHE 1 254 001 2 3 455 008
3 LE LABYRINTHE : LE REMEDE MORTEL 751 040 1 751 040
4 LE 15H17 POUR PARIS 204 845 1 204 845
5 PENTAGON PAPERS 198 541 3 978 336
6 CRO MAN 191 950 1 191 950
7 JUSQU'A LA GARDE 122 946 1 122 946
8 WONDER WHEEL 102 050 2 253 371
9 LE VOYAGE DE RICKY 92 127 1 92 127
10 THE GREATEST SHOWMAN 91 857 3 479 607

Source: CBO Box office