Musique/ Alien Covenant par Jed Kurzel : critique

Publié par Jérôme Nicod le 14 mai 2017

Résumé : Encore un nouveau compositeur pour le sixième opus – mais second prequel – de la saga Alien. Jed Kurzel puise dans l’oeuvre de ses prédécesseurs, dans un ensemble qui permet à la série de retrouver une cohérence musicale anxiogène, au détriment d’apport mélodique nouveau. Dans les bacs depuis le 5 mai, édité par Milan.

♥♥♥♥♥

 

Alien Convenant - bande originale

Alien Convenant – bande originale

La saga Alien, qui compte désormais six épisodes, est miraculeusement encore en vie grâce au culte de son premier et second épisode. Deux visions d’une même horreur, la première minimaliste (Alien, le huitième passager, variation des Dix Petits Nègres dans l’Espace), la seconde outrancière à la James Cameron, ce n’est plus un monstre invincible mais une horde de monstres destructibles. Jerry Goldsmith et James Horner y ont composé deux de leurs meilleurs scores. Ensuite, la saga a perdu son esprit au gré des cinéastes et des scénaristes. L’élément fédérateur qui justifie encore aujourd’hui de s’intéresser à la saga est l’apport phénoménal de H.R. Giger, créateur des décors, des créatures et de l’ambiance visuelle. Il est le véritable lien entre tout les épisodes. La star, c’est sa créature, qui occupe encore à elle seule l’affiche du film. L’album de Jed Kurzel alterne deux styles, résumés par les deux premiers morceaux. Incubation est une conception sonore pure – textures de synthétiseur, pas de mélodie, des froissements -, alors que The Covenant offre le premier d’un nombre impressionnant d’apparitions du thème classique (et d’autres) de Jerry Goldsmith. Ridley Scott lui-même a précédemment décrit le score de Goldsmith comme le meilleur jamais écrit pour l’un de ses films, et il a tout à fait raison. Pourtant, en 1979, les relations entre Ridley Scott et Jerry Goldsmith furent très tendues, le premier souhaitant Isao Tomita (un style plus proche de l’ambiance sonore du Vangelis de Blade Runner) et le studio Fox lui imposant Goldsmith, dont il a écarté de nombreux morceaux.

.

.

Plus généralement, le score de Jed Kurzel pose la question musicale des prequels (Prometheus, Alien Covenant), phénomène cinématographique récent qui, s’il permet aux producteurs de trouver plus facilement de nouvelles histoires sans épuiser le filon des sequels, se révèle en général très décevant du point de vue musical. Or, si l’on admet que la réussite d’un film est la recette combinée d’un bon scénario, d’une réalisation réussie et d’une musique qui sublime le tout, alors on comprend que le problème des prequels est entier. À la différence des suites, qui poursuivent une aventure musicale en évolution, les prequels ont un aboutissement musical connu, que sont les thèmes de l’opus fondateur.

.

Dans les cas les plus simples, lorsque le compositeur est le même sur l’ensemble des épisodes, le bonheur est total. Ainsi, John Williams a créé un univers pour la première trilogie des épisodes IV-V-VI de Star Wars. Lorsque George Lucas a entrepris le développement de la prélogie, Williams a pris un malin plaisir à créer des thèmes qui semblent en devenir de ceux de la trilogie fondatrice. C’est un bonheur musical absolu de noter comment les thèmes les plus emblématiques semblent ici être à l’état de brouillon. Le même Williams qui, pour l’épisode VII et sans doute pour le VIII à venir, s’est permis de faire évoluer, pour la première fois, les thèmes qu’il avait composé historiquement. Le scherzo de l’épisode VII est une évolution majeur du thème principal.

.

.

Ici, l’exercice est complexe car la saga n’a jamais eu de continuité musicale. Le score magistral de Goldsmith pour Alien (1979) ne se retrouve pas dans les suites, les compositeurs se succédant apportant leur style pour ceux qui en ont un. On retient particulièrement James Horner, dont le score est à l’opposé de celui de Goldsmith tout autant qu’Aliens est le contraire d’Alien. Le choix fait ici de faire appel à un jeune compositeur avec une approche de DJ, qui consiste à puiser sans fin dans les scores de ses « successeurs » (Jerry Goldsmith, James Horner, Elliot Goldenthal), ne serait pas une mauvaise idée si Alien Covenant était la dernière étape avant de rejoindre dans la continuité Alien. Mais Ridley Scott a annoncé encore deux films avant cela. Quel dilemme sonore alors pour ces deux prochains chapitres…

.

.

À part les mélodies largement tirées de Goldsmith – qui aurait pu figurer comme co-compositeur -, l’album ressemble à un remake électronique d’une partition d’origine orchestrale, une succession de morceaux à ficelles, parfois subtiles, souvent efficaces. Composer une ambiance plutôt qu’une mélodie pour créer l’angoisse, le procédé est connu et John Carpenter en a fait carrière. Lorsqu’il ne cite pas Goldsmith, Kurzel utilise des cordes placées dans un cadre glacial, avec des effets saillants, des textures éthérées, il assemble ses notes comme un monteur de la pellicule. Des synthétiseurs sombres et des touches orchestrales fugaces arpentent fermement un territoire d’horreur. Cette grande efficacité, souvent habile, n’empêche par une certaine musicalité, mais lorsque le résultat est réussi, car troublant, il n’en est pas pour autant agréable à entendre hors contexte. Parfois, il y a des morceaux très convaincants, comme Payload Deployment, une belle séquence électronique, avec un style épuré mais complexe qui évoque Jóhann Jóhannsson, pour un court moment. Une technique anxiogène à souhait, qui fait mouche à l’écran et à l’oreille.

.

L’intérêt de l’album est donc relatif, le score est clairement construit pour amplifier les images et maintenir une tension à l’écran. À ce titre, il est vraiment efficace. Quant à une écoute de salon, on conseille vivement la réédition intégrale de la bande originale de Jerry Goldsmith, parue chez Intrada.

.

.

.

Alien Convenant - bande originale

Alien Convenant – bande originale

Alien: Covenant par Jed Kurzel

Durée 59 minutes

  1. Incubation
  2. The Covenant
  3. Neutrino Burst
  4. A Cabin On The Lake
  5. Sails
  6. Planet 4 / Main Theme
  7. Launcher Landing
  8. Wheat Field
  9. Spores
  10. The Med Bay
  11. Grass Attack
  12. Dead Civilization
  13. Survivors
  14. Payload Deployment
  15. Command Override
  16. Face Hugger
  17. Chest Burster
  18. Lonely Perfection
  19. Cargo Lift
  20. Bring It To My Turf
  21. Terraforming Bay
  22. Alien Covenant Theme

Commentaires

A la Une

Cannes 2017 : Palme d’or pour The Square de Ruben Östlund (palmarès complet)

Le président Pedro Almodovar, accompagné de son jury, a décerné la palme d’or à l’excellent The Square de Ruben Östlund qui… Lire la suite >>

Cannes Soundtrack 2017: Oneohtrix Point Never remporte le prix de la meilleure BO pour Good Time

Oneohtrix Point Never alias Daniel Lopatin remporte le Prix Cannes Soundtrack pour Good Time des frères Safdie, parmi les films de la… Lire la suite >>

Cannes 2017/ les pronostics pour le palmarès de la 70e édition

Le 70e Festival de Cannes touche à sa fin. Avant de connaître les choix du Jury présidé par Pedro Almodovar,… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Quatre femmes à l’affiche (Jours 9 et 10 – photos)

Diane Kruger, Marine Vacth, Emmanuelle Seigner et Eva Green sont les vedettes des trois derniers films de la Sélection officielle… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Des bas-fonds de New-York à Il était une fois dans l’Est de l’Europe (Jour 8, photos)

Avec deux fictions pas très éloignées des réalités, la Compétition officielle de Cannes invite, en secousses, à un voyage d’Ouest… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ALIEN : COVENANT 675 785 1 675 785
2 LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2 333 945 3 2 553 225
3 GET OUT 239 606 2 804 226
4 FAST & FURIOUS 8 124 233 5 3 698 165
5 PROBLEMOS 96 600 1 96 600
6 BRAQUAGE A L'ANCIENNE 84 040 2 295 211
7 BABY BOSS 74 074 7 3 605 867
8 DJANGO 67 058 3 374 537
9 AURORE 64 954 3 330 921
10 LES SCHTROUMPFS ET LE VILLAGE PERDU 54 468 6 1 651 718

Source: CBO Box office