Tunnel de Kim Seong-hun : critique

Publié par CineChronicle le 14 mai 2017

Synopsis : Alors qu’il rentre retrouver sa famille, un homme est accidentellement enseveli sous un tunnel, au volant de sa voiture. Pendant qu’une opération de sauvetage d’envergure nationale se met en place pour l’en sortir, scrutée et commentée par les médias, les politiques et les citoyens, l’homme joue sa survie avec les maigres moyens à sa disposition. Combien de temps tiendra-t-il ?

♥♥♥♥

 

Tunnel - affiche

Tunnel – affiche

Festival de Cannes, 2014. Hard Day, un thriller coup de poing mâtiné d’humour noir vient secouer la Quinzaine des Réalisateurs. Son auteur, Kim Seong-hun, est alors inconnu en Occident. Issu du « deuxième round » de la nouvelle vague coréenne, il entend faire partie de ces réalisateurs qui vous frappent par un cinéma de genre revisité, où la critique sociale n’est jamais loin. Il nous revient aujourd’hui avec un film catastrophe inhabituel, gros succès au box office coréen. Nous suivons le calvaire de Jung-soo, un « salaryman » générique brillamment interprété par Ha Jung-woo (superstar nationale récemment vue dans Mademoiselle de Park Chan-wook), coincé dans ce tunnel effondré, alors que s’organisent les secours à l’extérieur. Malgré une intrigue classique, Tunnel s’éloigne des canons du genre, si bien qu’on pourrait le qualifier d’anti-film catastrophe à bien des égards, notamment avec une dimension politique lourde de sens. En dehors de quelques scènes d’éboulement magnifiquement rythmées, le film fait preuve d’un minimalisme bienvenu et d’une économie d’effets spéciaux, se focalisant sur la gestion des ressources du survivant et par son exploration dans des espaces réduis avoisinant le véhicule. L’économie de moyens visuels renforce l’appréhension ; le sentiment de claustrophobie naît d’une dualité traversant le récit entre l’intérieur du tunnel et l’extérieur. Dualité par la photographie (couleurs froides du tunnel, lumière blafarde artificielle de la voiture s’opposant à la lumière naturelle et les dominantes blanches de l’extérieur). Mais aussi dualité dans l’accès aux ressources, avec une scène hautement symbolique lorsque l’épouse contemple son bap (bol de riz) tandis que le héros doit rationner des croquettes de chien.

.

Tunnel de Kim Seong-hoon

Tunnel de Kim Seong-hoon

.

L’eau, par sa présence ou son absence, est au centre de l’attention. Les secouristes travaillent en effet sous des trombes de pluie alors que Jung-soo en est réduit à des extrémités pour se désaltérer. L’empathie est d’ailleurs renforcée. Kim Seong-hun a délibérément évité de donner un background à son héros, permettant ici une identification facilitée. L’immersion sonore est un autre point fort. En dehors de la bande originale classique de Mok Yeon-jin, venant souligner les émotions à l’écran (percussions pour les scènes de panique, piano lors des dialogues entre Jung-soo et sa femme), c’est le travail sur le silence qui apporte une tension presque palpable, et la manière dont ce silence est rompu : écho d’un klaxon, écoulement d’un filet de sable contre le pare-brise, annonciateur de danger. La tension est contrebalancée par des touches d’humour, apportées notamment par un curieux sidekick à mi-parcours. Si l’on rit parfois de bon cœur, on regrette aussi de ne pas être d’avantage malmené, mis sous pression.

.

Tunnel de Kim Seong-hoon

Tunnel de Kim Seong-hoon

.

C’est dans son sous-texte politique que réside la plus grande réussite de Tunnel. Difficile de ne pas voir dans le personnage de la ministre opportuniste la figure de Park Geun-hye, présidente récemment destituée pour une affaire de corruption. Kim Seong-hun dénonce la course économique à la rentabilité menée par les chaebol, ces conglomérats coréens bénéficiant de largesses politiques, au détriment des normes de sécurité. Les médias sont également écornés, dans leur course au sensationnalisme et leur propension à faire d’une tragédie un feuilleton national. Le réalisateur dépeint un pays plus usé qu’il n’y parait, où même les infrastructures ont une obsolescence programmée. Une société confucéenne où une vie humaine est une quantité négligeable et où la volonté de survivre est vue comme égoïste car contraire à l’intérêt collectif. En ce sens, le personnage de Jung-soo (ironie du sort, il travaille pour le chaebol Kia motors) est le symbole du salam (personne) qui ose affirmer son individualisme, qui ose sortir du chemin tout tracé (du tunnel ?) imposé par la société. En cela, Tunnel de Kim Seong-hun est un film profondément humaniste.

.

Paul Laborde

.

.

.

  • TUNNEL ( Teo-neol, 터널) écrit et réalisé par Kim Seong-hun en salles le 3 mai 2017.
  • Avec : Ha Jung-woo, Donna Bae, Oh Dal-su, Kim Hae-sook, Park Hyuk-kwon, Nam Ji-hyun…
  • Scénario : Kim Seong-hun, d’après le roman de So Jae-won
  • Production:  Lee Taek-dong, Kim A-ran, Billy Acumen
  • Photographie: Kim Tae-Seong
  • Montage:  Kim Chang-ju
  • Décors:  Lee Hwo-kyoung
  • Costumes: Chae Kyung-hwa
  • Musique:  Mok Yeong-jin
  • Distribution:  Version Originale / Condor
  • Durée: 2h06

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2017 : Palme d’or pour The Square de Ruben Östlund (palmarès complet)

Le président Pedro Almodovar, accompagné de son jury, a décerné la palme d’or à l’excellent The Square de Ruben Östlund qui… Lire la suite >>

Cannes Soundtrack 2017: Oneohtrix Point Never remporte le prix de la meilleure BO pour Good Time

Oneohtrix Point Never alias Daniel Lopatin remporte le Prix Cannes Soundtrack pour Good Time des frères Safdie, parmi les films de la… Lire la suite >>

Cannes 2017/ les pronostics pour le palmarès de la 70e édition

Le 70e Festival de Cannes touche à sa fin. Avant de connaître les choix du Jury présidé par Pedro Almodovar,… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Quatre femmes à l’affiche (Jours 9 et 10 – photos)

Diane Kruger, Marine Vacth, Emmanuelle Seigner et Eva Green sont les vedettes des trois derniers films de la Sélection officielle… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Des bas-fonds de New-York à Il était une fois dans l’Est de l’Europe (Jour 8, photos)

Avec deux fictions pas très éloignées des réalités, la Compétition officielle de Cannes invite, en secousses, à un voyage d’Ouest… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ALIEN : COVENANT 675 785 1 675 785
2 LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2 333 945 3 2 553 225
3 GET OUT 239 606 2 804 226
4 FAST & FURIOUS 8 124 233 5 3 698 165
5 PROBLEMOS 96 600 1 96 600
6 BRAQUAGE A L'ANCIENNE 84 040 2 295 211
7 BABY BOSS 74 074 7 3 605 867
8 DJANGO 67 058 3 374 537
9 AURORE 64 954 3 330 921
10 LES SCHTROUMPFS ET LE VILLAGE PERDU 54 468 6 1 651 718

Source: CBO Box office