Spider-Man Homecoming de Jon Watts : critique

Publié par Yvan Lozac'hmeur le 17 juillet 2017

Synopsis : Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mai au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui…

♥♥♥♥♥

 

Spider-Man Homecoming - affiche

Spider-Man Homecoming – affiche

Avec Spider-Man : Homecoming, Jon Watts a eu la lourde tâche de préparer l’intégration définitive de l’Homme-Araignée au sein des Avengers. Si Peter Parker avait fait irruption durant Civil War, prenant parti des chamailleries entre Captain America, Iron-Man et Consorts, l’Homme-Araignée nouvelle génération ne s’était pas encore présenté en bonne et due forme. La principale difficulté pour Jon Watts était de trouver le ton et le récit permettant de séduire le public avec une énième « origin story », après celles des nombreux autres héros, mais surtout après quatre films sur Spider-Man – la trilogie de Sam Raimi avec Tobey Maguire et un reboot de Marc Webb avec Andrew Garfield. Pour réaliser cette périlleuse pirouette, c’est sur Tom Holland que le choix se porte donc. Il incarne un Spider-Man résolument plus jeune, marqué par une espièglerie non sans rappeler Deadpool dont l’humour a fait quasi l’unanimité. Le jeune super-héros, encore en apprentissage, bénéficie de la bienveillance de Tony Stark, figure de mentor, qui tente de le guider tout en l’écartant du danger. Nul hasard ici, au lendemain des propos de Robert Downey Jr. qui évoque l’envie de quitter le rôle d’Iron-Man « avant que cela ne devienne gênant ». Les Avengers ont besoin de fraîcheur, et le Spider-Man de Tom Holland semble avoir pour objectif de préparer la sortie du « tôlier », en prenant sa place de blagueur et fédérateur du groupe. De ce côté-ci de la toile, mission accomplie : Tom Holland offre une performance convaincante, drôle et énergique. Robert Downey Jr., égal à lui-même, est touchant en Tony Stark qui tente à la fois d’être le père qu’il n’a pas eu et celui de Peter en manque de figure paternelle. Quant à Michael Keaton, il incarne un Vautour au sourire glaçant et au costume très réussi, qui n’est pas non plus sans rappeler Birdman. Mais si tout les grands héros ont un point faible, pour Spider-Man : Homecoming, il s’agit du scénario qui pêche par endroits. Plutôt simple et convenu, l’Homme-Araignée déploie sa toile dans une première partie bien menée pour laisser place à une seconde partie qui manque de souffle et se termine sans réelle apothéose. Heureusement, l’humour ne prend pas de pause et dévoile des super-héros Marvel bien plus ouverts sur le second degré, à l’instar de Captain America. La photographie et les effets spéciaux sont quant à eux à la hauteur du standing de Disney/Marvel. Classique mais efficace, Spider-Man : Homecoming manque simplement d’un peu de surprises pour nous faire ressortir de la salle en sifflotant la reprise de son générique culte par Michael Giacchino que les plus attentifs entendront dès l’ouverture.      

.

.

.

  • SPIDER-MAN : HOMECOMING réalisé par Jon Watts en salles le 12 Juillet 2017.
  • Avec : Tom Holland, Michael Keaton, Robert Downey Jr., Zendaya, Marisa Tomei, Martin Starr, Jacob Batalon, Laura Harrier…
  • Scénario : Jon Watts, Christopher D. Ford, Chris McKenna, Erik Sommers, Jonathan Goldstein (XII), John Francis Daley
  • Production : Amy Pascal, Kevin Feige, Eric Hauserman Carroll
  • Photographie : Salvatore Totino
  • Montage : Debbie Berman, Dan Lebental
  • Décors : Oliver Scholl
  • Costumes : Louise Frogley
  • Musique : Michael Giacchino
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 2h14

.

Commentaires

A la Une

La série des frères Coen pour Netflix tournée en numérique

Joel et Ethan Coen tournent en numérique pour leur première série, The Ballad of Buster Scruggs, produite par Netflix.  … Lire la suite >>

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender dans Kung Fury 2

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender et David Hasselhoff dans Kung Fury 2, toujours réalisé par David Sandberg.      … Lire la suite >>

Box office France : Cinquante nuances plus claires et Les Tuche 3 au coude à coude

Au top hebdo du 7 au 13 février, Cinquante nuances plus claires déloge de peu Les Tuche 3 tandis que… Lire la suite >>

Le monde de la musique en deuil avec la disparition de Johann Johannsson à 48 ans

Johann Johannsson, le compositeur de Premier Contact, récompensé pour Une Merveilleuse Histoire Du Temps, est décédé ce vendredi 9 février… Lire la suite >>

Alex Garland développe une série télévisée pour FX

Alex Garland, le réalisateur de Ex-Machina, planche sur une série télévisée en huit parties pour FX, alors que Annihilation est… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES 1 257 650 1 1 257 650
2 LES TUCHE 3, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITUCHE 1 254 001 2 3 455 008
3 LE LABYRINTHE : LE REMEDE MORTEL 751 040 1 751 040
4 LE 15H17 POUR PARIS 204 845 1 204 845
5 PENTAGON PAPERS 198 541 3 978 336
6 CRO MAN 191 950 1 191 950
7 JUSQU'A LA GARDE 122 946 1 122 946
8 WONDER WHEEL 102 050 2 253 371
9 LE VOYAGE DE RICKY 92 127 1 92 127
10 THE GREATEST SHOWMAN 91 857 3 479 607

Source: CBO Box office