Deauville 2017/ Becoming Cary Grant de Mark Kidel : critique

Publié par Antoine Gaudé le 6 septembre 2017

Synopsis : Un documentaire consacré au côté sombre du légendaire acteur américain Cary Grant.

♥♥♥♥♥

 

Becoming Cary Grant - affiche

Becoming Cary Grant – affiche

Présenté à Deauville après Cannes Classics en mai dernier, Becoming Cary Grant de Mark Kidel raconte la vie tourmentée du génial acteur de Cukor (Sylvia Scarlett), de McCarey (Cette sacré vérité), de Hawks (L’impossible Mr. Bébé), de Stevens (La chanson du passé) et bien sûr de Hitchcock (Soupçons, Les enchaînés, La mort aux trousses). Si les extraits des films cités suffirait presque à notre bonheur tant le talent de Cary Grant reste unique, et ce, dans une époque qui comptait ce qui se faisait de mieux (Gable, Bogart, Stewart, Fonda, Tracy…), ils invitent surtout à revoir les films, et c’est sûrement le plus important. Ridel parvient tout de même à sortir des documents précieux et rares telles que des vidéos filmées par Grant lui-même ou des interviews, de lui et de ses proches, qui lui servent à construire la narration de son documentaire. Il retrace ainsi toute la vie de l’acteur, sa naissance en tant qu’Archibald Leach à Bristol, ses acrobaties chez les Pender, son départ à New York, ses débuts à Broadway, ses premiers films à la Paramount, sa renaissance en tant que Cary Grant, ses femmes, ses réalisateurs, sa fille. Cette narration à base d’images d’archives, de photos, d’interviews et de films suffisait largement sauf que le réalisateur entrecoupe ces images par des séquences reconstituées d’une laideur douteuse, presque ringarde, à l’image des scènes de thérapie suivie par Grant. Pour tenter d’approcher la personnalité ambiguë de l’acteur, Kidel y dévoile la sombre histoire autour de son enfance – du décès de son frère à la disparition de sa mère (finalement interné par son père) – qui l’obligera à se lancer dans une étrange thérapie sous LSD à partir de la cinquantaine. Sa méfiance à l’égard des femmes (trois mariages ratés), sa timidité, son désir d’ailleurs, son costume… prendraient ainsi leur source à Bristol, dans son enfance en Angleterre. Si le documentaire tente à tout prix de trouver dans ses films des échos à sa vie personnelle, parfois de manière un peu superficielle, facile ou forcée, Becoming Cary Grant, produit et diffusé par Showtime, mérite un coup d’œil, juste pour se rappeler qui était Cary Grant, ce que c’était d’être Cary Grant, et de s’apercevoir, avec un peu de mélancolie, qu’aucun acteur de notre génération ne peut supporter la comparaison.

.

.

.

  • BECOMING CARY GRANT
  • Sortie : prochainement
  • Réalisation : Mark Kidel
  • Avec : Judy Balaban, Mark Glancy, Barbara Jaynes, David Thomson…
  • Voix-off narrateur : Jonathan Pryce
  • Production : Christian Popp
  • Scénario : Mark Kidel, Nick Ware
  • Photographie : Jean-Marie Delorme
  • Montage : Cyril Leuthy
  • Décors : Valérie Valéro
  • Musique : Adrian Utley, The Insects
  • Distribution :
  • Durée : 1h25

.

Commentaires

A la Une

James Franco pourrait se démultiplier dans un spin-off X-Men

James Franco est en pourparlers pour incarner le mutant Multiple Man dans un nouveau spin-off X-Men en préparation chez 20th Century… Lire la suite >>

Le prochain film de Quentin Tarantino chez Sony Pictures

Sony Pictures financera et distribuera le prochain film de Quentin Tarantino. Brad Pitt, Leonardo DiCaprio et Tom Cruise sont envisagés…. Lire la suite >>

Catch-22 décliné en série avec George Clooney

Catch-22, tiré du roman de Joseph Heller en 1961 et adapté au cinéma par Mike Nichols en 1970, va connaître… Lire la suite >>

Luc Besson et Jean Dujardin sur un projet de série pour ABC

Luc Besson et Jean Dujardin vont collaborer ensemble pour un projet de série pour ABC, d’après les romans de James… Lire la suite >>

Un nouveau trailer pour Hostiles avec Christian Bale

Le western ambitieux de Scott Cooper, avec Christian Bale, se dévoile un peu plus dans un second trailer.       Après… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 EPOUSE-MOI MON POTE 341 694 3 1 955 056
2 AU REVOIR LA-HAUT 338 527 3 1 328 735
3 JALOUSE 315 948 1 315 948
4 THOR : RAGNAROK 311 991 3 2 160 075
5 LE SENS DE LA FETE 182 466 6 2 686 809
6 L'ECOLE BUISSONNIERE 177 426 5 1 600 541
7 CARBONE 169 674 2 504 465
8 LA MONTAGNE ENTRE NOUS 129 306 1 129 306
9 JIGSAW 125 623 2 428 090
10 TOUT NOUS SEPARE 101 574 1 101 574

Source: CBO Box office