Espèces menacées de Gilles Bourdos : critique

Publié par Camille Carlier le 27 septembre 2017

Synopsis : Trois destins familiaux entrelacés. Joséphine et Tomasz viennent de se marier dans l’allégresse. Mais bientôt, derrière le bonheur solaire des époux, les parents de Joséphine vont découvrir une réalité plus sombre. Mélanie, elle, annonce à ses parents qu’elle attend un bébé mais le père de l’enfant n’a pas du tout le profil du gendre idéal ! De son côté, Anthony, étudiant lunaire et malheureux en amour, va devoir prendre en charge sa mère, devenue soudainement incontrôlable.

♥♥♥♥

 

Especes menacees - affiche

Espèces menacées – affiche

De nuit, un cortège de voitures fonce à tombeau ouvert sur l’autoroute, les klaxons sont hystériques et des fumigènes ouvrent la voie. Deux amants fêtent leur union, installés à l’arrière d’un pick-up : elle, en robe de mariée et perfecto rouge, lui, éméché à bonne dose pour rendre honneur à l’occasion. La caméra les suit sans les lâcher, nos yeux font de même. La prise qui suit annonce la couleur dans un plan-séquence immersif et assez parfait. Joséphine aime Tomasz et va découvrir la force brutale de cette nuit de noces qui anime celui qu’elle a choisi pour époux, en même temps que l’on comprend le trouble entourant cette union. Ellipse temporelle. Un deuxième plan-séquence présente, un an après, la suite des personnages d’un film choral de qualité, à l’équilibre savant et au casting impeccable. Vincent, qui se sépare de sa femme et tente de prévenir leur fille Mélanie, est court-circuité par cette dernière qui lui annonce son mariage et sa grossesse avec son ancien professeur âgé de 63 ans. De son côté, Anthony, qui parvient difficilement à finir sa thèse, se retrouve à devoir gérer une mère internée en hôpital psychiatrique après que son mari l’ait quitté pour une bimbo plus jeune. Il tente de mettre de l’ordre dans sa vie, tout en vidant la maison familiale des immondices qui la ternisse. Mais dans ce décor chaotique, même les ordures sont belles. La photographie, réalisée par Ping Bin Lee, à qui l’on doit celles de In the Mood for Love de Wong-Kar-Wai  et de The Assassin de Hou Hsiao-Hsien, est superbe. Dans une dominante orange, que contraste souvent un point de vert dans le cadre,  les personnages creusés évoluent sous les néons et le ciel d’un Nice en hiver, reflets et opposés des uns et autres. Gilles Bourdos sert ici un triptyque d’histoires, qui se rentrent dedans à la manière d’auto-tamponneuses, dont les arcs narratifs sont inégaux sans que cela soit dommageable.

 

Especes menacees

Espèces menacées

 

Les parcours de Vincent et d’Anthony, bien qu’ayant leur dose de drame, paraissent plus légers et presque drôles en contrepoint de Joséphine, femme battue et humiliée qui s’isole au grand désarroi de ses parents. Les prises sont filmées avec élégance pour des plans impressionnants, comme l’ascension de Tomasz en haut d’un palmier afin de le tailler. Le réalisateur joue avec les niveaux et les couches, utilisant les miroirs et les vitres. C’est alors le questionnement de la responsabilité de chacun, le devoir de protection d’êtres en danger et les rapports de forces qui se jouent. Choisir de baisser la tête et d’abandonner ou bien continuer au nom du sacro-saint mot « famille ». Lorsque Mélanie annonce à son père ses noces, elle le fait par « Courtoisie familiale » pour des dialogues ciselés et qui exposent avec justesse les craintes et la douleur de se trouver incapable ou obligé. Le nouveau film de Gilles Bourdos, sélectionné à la Mostra de Venise cette année, est basé sur plusieurs histoires courtes de l’écrivain américain Richard Bausch, The Stories of Richard Bausch. Après Renoir en 2012, le réalisateur signe ici un bijou brut qui sait se faire tendre et qui ne manque pas de nous renvoyer à notre propre vécu ou au moins y faire écho, aux côtés d’espèces menacées qu’il a fallu un jour protéger des autres ou d’elles-mêmes. 

 

 

 

ESPÈCES MENACÉES
Sorties salles : 27 septembre 2017
Réalisation : Gilles Bourdos
Avec : Alice Isaaz, Vincent Rottiers, Eric Elmosnino, Suzanne Clément, Grégory Gadebois, Carlo Brandt, Agathe Dronne, Damien Chapelle…
Scénario : Michel Spinosa, Gille Bourdos
Production : Kristina Larsen, Les Films du Lendemain
Photographie :Ping Bin Lee
Montage : Yannick Kergoat
Décors : Emilie Ferrenq
Costumes : Virginie Montel
Musique : Alexandre Desplat
Distribution : Mars Films
Durée : 1h45

 

Commentaires

A la Une

Le Parrain de Coppola a 45 ans, retour sur une œuvre magistrale

Le Parrain a fêté son 45e anniversaire au Festival de Tribeca avec tout le casting en avril dernier. À notre tour de… Lire la suite >>

Trent Reznor et Atticus Ross revisitent le theme de Halloween de John Carpenter

Trent Reznor et Atticus Ross, membres du groupe Nine Inch Nails, se sont réappropriés le theme mythique de Halloween de… Lire la suite >>

Jeanne Moreau à l’honneur sur l’affiche des César 2018

L’Académie des Arts et Techniques du Cinéma a dévoilé l’affiche de la 43ème Cérémonie des César, qui met à l’honneur… Lire la suite >>

Musique/ Howard Shore acclamé en concert à la salle Pleyel à Paris

Howard Shore, le compositeur privilégié de David Cronenberg et de Martin Scorcese, starifié pour Le Seigneur des Anneaux et ses… Lire la suite >>

Nouveau trailer et nouvelle affiche pour Star Wars – Les Derniers Jedi

À deux mois de sa sortie en salles, le huitième épisode de la saga Star Wars, Les Derniers Jedi, en… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LE SENS DE LA FETE 808 544 1 808 544
2 BLADE RUNNER 2049 544 508 1 544 508
3 CA 318 521 3 1 808 360
4 SEVEN SISTERS 122 584 6 1 687 354
5 CAPITAINE SUPERSLIP 103 937 1 103 937
6 LE PETIT SPIROU 101 870 2 326 382
7 CONFIDENT ROYAL 72 053 1 72 053
8 BARRY SEAL : AMERICAN TRAFFIC 70 085 4 618 296
9 MON GARCON 67 492 3 358 473
10 UN BEAU SOLEIL INTERIEUR 60 024 2 190 859

Source: CBO Box office