Ressortie/ Dead Zone de David Cronenberg : critique

Publié par Thierry Carteret le 26 septembre 2017

Synopsis : Johnny Smith, jeune professeur dans une petite ville de province, est victime d’un accident de la route, peu de temps après avoir raccompagné sa fiancée, Sarah. Il ne revient à lui qu’au bout de cinq années de coma. Sarah est à présent mariée. Il s’aperçoit que passé, présent et futur se confondent dans son esprit. C’est ainsi qu’il réussit à sauver d’un incendie l’enfant de son infirmière et qu’il révèle à son médecin que sa mère, qu’il croyait morte en déportation, est en fait toujours vivante.

♥♥♥♥♥

 

Dead Zone - affiche

Dead Zone – affiche

Le grand Stephen King – qui a fêté ses 70 printemps le 21 septembre – reste bien sûr au cœur de l’actualité en cette rentrée. Après la nouvelle version de Ça, qui a fait un démarrage record pour un film d’horreur en France depuis dix-sept ans, une autre adaptation, Dead Zone réalisée par David Cronenberg en 1983, ressort sur les écrans le 27 septembre via Mary-X Distribution. Produit par Debra Hill et Dino De Laurentiis, Dead Zone, d’après le roman L’accident paru en 1979, est le premier film américain de cinéaste canadien qui venait de réaliser Scanners et Videodrome dans son pays d’origine. Sa collaboration avec Dino De Laurentiis fût intense et non dépourvue de quelques discussions, comme le choix du casting. De Laurentiis voulait absolument imposer Christopher Walken à David Cronenberg. Mais le réalisateur désirait un acteur plus jeune pour incarner le héros de son film, un médium inspiré du célèbre parapsychologue Peter Hurkos. Un choix qui s’avère finalement judicieux tant Christopher Walken parvient à apporter un mélange de noirceur et d’émotion à Johnny Smith, professeur de collège ordinaire, brutalement victime d’un accident de voiture, et se retrouve doté d’un encombrant pouvoir de divination après un très long coma. Un don qu’il refuse d’assumer, et qu’il subit, avant de découvrir une « zone morte » de son esprit qui lui permet d’agir sur les évènements à venir et de les modifier.

 

Dead ZoneDead ZoneDead ZoneDead Zone

 

Grâce à ses visions lorsqu’il touche les mains de ses « patients », il évite des accidents et aide même la police locale à résoudre une enquête qui piétine autour de meurtres en série. Devenant peu à peu une sorte de guérisseur quasi divin, Johnny est confronté au choix de sauver le monde de Greg Stillson (Martin Sheen), un candidat à la Présidence des États-Unis aux tendances mégalomanes et psychotiques. Avec Dead Zone, David Cronenberg livre une formidable œuvre de commande où affleure ses obsessions pour les mutations de la chair et de l’esprit. Christopher Walken y trouve l’un des plus beaux rôles de sa carrière dans la peau d’un homme simple et meurtri, se retrouvant du jour au lendemain doté d’un pouvoir trop grand, le conduisant au sacrifice.

 

Les seconds rôles sont confiés à de solides comédien(ne)s comme Brooke Adams (Les moissons du ciel), Martin Sheen (Apocalypse Now, La balade sauvage), Tom Skerritt (Alien, Top Gun), Anthony Zerbe (Le survivant) ou encore Herbert Lom (Tueurs de dames) parfait dans le rôle du docteur Sam Weizak. Côté technique, le maquilleur Rick Baker (Hurlements, Le loup-garou de Londres), qui avait déjà conçu pour David Cronenberg les éblouissants effets spéciaux de Videodrome, retrouve ici le réalisateur pour une approche plus réaliste mais pas moins marquante. Il faut saluer enfin la très belle partition musicale de Michael Kamen, qui illustre et accentue parfaitement le savant mélange de suspense et d’émotion que dégage le film.

 

Dead Zone a été un relatif échec à sa sortie, malgré le soutien de Stephen King pour l’adaptation de Cronenberg, les critiques presse élogieuses et les récompenses comme le Prix de la critique au Festival d’Avoriaz en 1984. Le roman a également inspiré une série TV diffusée dès 2002 sur USA Network puis en France sur M6. Cette ressortie restaurée dans les salles tombe à point pour réviser les immenses qualités de ce désormais grand classique du cinéma fantastique.

 

 

 

  • DEAD ZONE (The Dead Zone)
  • Ressortie salles : 27 septembre 2017
  • Copie numérique restaurée
  • Réalisation : David Cronenberg
  • Avec : Christopher Walken, Brooke Adams, Martin Sheen, Tom Skerritt, Anthony Zerbe, Herbert Lom, David Rigby, Roger Dunn…
  • Scénario : Jeffrey Boam d’après l’oeuvre de Stephen King
  • Production : Debra Hill, Dino De Laurentis
  • Photographie : Mark Irwin
  • Montage : Ronald Sanders
  • Décors : Carol Spier
  • Costumes : Olga Dimitrov
  • Musique : Michael Kamen
  • Distribution : Mary-X Distribution
  • Durée : 1h45
  • Sortie initiale : 21 octobre 1983 (USA) – 7 mars 1984 (France)

 

Commentaires

A la Une

Le Parrain de Coppola a 45 ans, retour sur une œuvre magistrale

Le Parrain a fêté son 45e anniversaire au Festival de Tribeca avec tout le casting en avril dernier. À notre tour de… Lire la suite >>

Trent Reznor et Atticus Ross revisitent le theme de Halloween de John Carpenter

Trent Reznor et Atticus Ross, membres du groupe Nine Inch Nails, se sont réappropriés le theme mythique de Halloween de… Lire la suite >>

Jeanne Moreau à l’honneur sur l’affiche des César 2018

L’Académie des Arts et Techniques du Cinéma a dévoilé l’affiche de la 43ème Cérémonie des César, qui met à l’honneur… Lire la suite >>

Musique/ Howard Shore acclamé en concert à la salle Pleyel à Paris

Howard Shore, le compositeur privilégié de David Cronenberg et de Martin Scorcese, starifié pour Le Seigneur des Anneaux et ses… Lire la suite >>

Nouveau trailer et nouvelle affiche pour Star Wars – Les Derniers Jedi

À deux mois de sa sortie en salles, le huitième épisode de la saga Star Wars, Les Derniers Jedi, en… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LE SENS DE LA FETE 808 544 1 808 544
2 BLADE RUNNER 2049 544 508 1 544 508
3 CA 318 521 3 1 808 360
4 SEVEN SISTERS 122 584 6 1 687 354
5 CAPITAINE SUPERSLIP 103 937 1 103 937
6 LE PETIT SPIROU 101 870 2 326 382
7 CONFIDENT ROYAL 72 053 1 72 053
8 BARRY SEAL : AMERICAN TRAFFIC 70 085 4 618 296
9 MON GARCON 67 492 3 358 473
10 UN BEAU SOLEIL INTERIEUR 60 024 2 190 859

Source: CBO Box office