À l’ouest du Jourdain de Amos Gitaï : critique

Publié par Philippe Descottes le 11 octobre 2017

Synopsis : Amos Gitaï retourne dans les territoires occupés pour la première fois depuis son film documentaire Journal de Campagne (1982). Gitaï circule en Cisjordanie, où il est témoin des efforts de citoyens israéliens et palestiniens pour tenter de dépasser les conséquences d’une occupation qui dure depuis cinquante ans.

♥♥♥♥

 

A louest du jourdain de Amos Gitai - affiche

À l’Ouest du Jourdain de Amos Gitaï – affiche

Avec son nouveau long métrage, Amos Gitaï poursuit son travail de documentariste et d’observateur du conflit israélo-palestinien, comme il l’a déjà fait auparavant dans son documentaire-fleuve Donnons une chance à la paix (1993), ou encore L’Arène du meurtre (1996) et le docu-fiction Le Dernier Jour d’Yitzhak Rabin. Ces deux derniers films sont consacrés à Yitzhak Rabin, le Premier ministre israélien assassiné par un extrémiste juif en novembre 1995, et aux conséquences de sa mort sur le processus de paix et les accords d’Oslo de 1993 dont il fut l’un des principaux artisans. Trente-cinq ans après l’un de ses premiers documentaires, Journal de campagne, tourné avant et pendant la guerre du Liban de 1982, le réalisateur retourne en Cisjordanie, dans les Territoires occupés depuis 1967 et la Guerre des Six jours. À la manière d’un journaliste, il associe reportages sur le terrain et entretiens et apparaît souvent à l’écran. Des moments complétés par des extraits d’une très longue conversation qu’il a eu avec Yitzak Rabin, très peu de temps avant son assassinat. Un document qui va bien au delà de l’habituelle dichotomie terroristes/colons de biens des médias. Sans surprise, le constat qu’il dresse de la situation est des plus sombres. La politique d’extrême droite du gouvernement Netanyahou empêche toute solution du conflit. Les accords d’Oslo et de Camp David (2000) sont bel et bien morts et enterrés. Pourtant, Amos Gitai croit toujours en des lendemains meilleurs. Au cours de son voyage, il rencontre des mères israéliennes et palestiniennes membres de The Parents Circle, une association réunissant des familles ayant perdu des enfants à cause du conflit. Il fait découvrir B’Tselem, une organisation non gouvernementale qui aide les femmes palestiniennes à filmer les exactions dans les Territoires occupés, ou filme également une fête où israéliens et palestiniens partagent leur passion de la danse orientales et du backgammon. Le film abonde d’exemples d’hommes et de femmes qui agissent au nom de leur conscience civique. Mais il souffle également le froid. Difficile alors de partager ces moments optimistes, d’autant plus que la musique triste et lancinante d’Amit Poznansky qui accompagne le documentaire n’y aide pas. Les déclarations de Rabin révèlent son côté visionnaire, en prévoyant notamment l’émergence du terrorisme. Hormis le fait qu’ « (…) il n’a pas eu de successeur dans sa recherche sobre et réaliste d’une paix juste », souligne l’éditorialiste du quotidien Ha’Aretz, Ari Shavit, co-auteur de reportages réguliers dans les Territoires. C’est bien là le drame, malgré toutes les bonnes volontés sur le terrain d’avancer, d’aller plus loin, pour trouver des solutions. D’autant plus que, toujours devant la caméra, on entend ces propos, l’un et l’autre terrifiants pour des raisons opposées, ceux d’un enfant palestinien pour qui : « la vie est belle, mais mourir en martyr c’est mieux », et ceux de la ministre déléguée aux Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, qui revendique le droit à occuper les terres palestiniennes « au nom de la religion (…) » ! Si À l’ouest du Jourdain, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au dernier Festival de Cannes, entretient malgré tout une lueur d’espoir, celle-ci reste bien mince et risque de s’éteindre à tout moment.

 

 

 

  • À L’OUEST DU JORDAN (West of the Jordan River – Field Diary revisited)
  • Sortie salles : 11 octobre 2017
  • Réalisation et Scénario : Amos Gitaï
  • Production : Romain Picard, Amos Gitaï
  • Photographie : Oded Kirma, Eitan Hai, Vladimir Truchovski
  • Montage : Tal Zana, Vincent Schmitt, Yuval Orr
  • Musique : Amit Poznansky
  • Distribution : Sophie Dulac Distribution
  • Durée : 1h24

 

Commentaires

A la Une

La série des frères Coen pour Netflix tournée en numérique

Joel et Ethan Coen tournent en numérique pour leur première série, The Ballad of Buster Scruggs, produite par Netflix.  … Lire la suite >>

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender dans Kung Fury 2

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender et David Hasselhoff dans Kung Fury 2, toujours réalisé par David Sandberg.      … Lire la suite >>

Box office France : Cinquante nuances plus claires et Les Tuche 3 au coude à coude

Au top hebdo du 7 au 13 février, Cinquante nuances plus claires déloge de peu Les Tuche 3 tandis que… Lire la suite >>

Le monde de la musique en deuil avec la disparition de Johann Johannsson à 48 ans

Johann Johannsson, le compositeur de Premier Contact, récompensé pour Une Merveilleuse Histoire Du Temps, est décédé ce vendredi 9 février… Lire la suite >>

Alex Garland développe une série télévisée pour FX

Alex Garland, le réalisateur de Ex-Machina, planche sur une série télévisée en huit parties pour FX, alors que Annihilation est… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES 1 257 650 1 1 257 650
2 LES TUCHE 3, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITUCHE 1 254 001 2 3 455 008
3 LE LABYRINTHE : LE REMEDE MORTEL 751 040 1 751 040
4 LE 15H17 POUR PARIS 204 845 1 204 845
5 PENTAGON PAPERS 198 541 3 978 336
6 CRO MAN 191 950 1 191 950
7 JUSQU'A LA GARDE 122 946 1 122 946
8 WONDER WHEEL 102 050 2 253 371
9 LE VOYAGE DE RICKY 92 127 1 92 127
10 THE GREATEST SHOWMAN 91 857 3 479 607

Source: CBO Box office