Musique/ Star Wars – Les derniers Jedi par John Williams : critique

Publié par Jérôme Nicod le 31 décembre 2017

Résumé : Les héros du Réveil de la Force rejoignent les figures légendaires de la galaxie Star Wars dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé, sous la baguette magique de John Williams.

♥♥♥♥♥

 

Star Wars Les Derniers Jedi - soundtrack

Star Wars Les Derniers Jedi – soundtrack

Mis à part le James Bond thème en ouverture de (presque) tous les James Bond, quel autre thème que celui de Star Wars propulse instantanément le spectateur dans une satisfaction gourmande avant même la première image du film ? La force de la musique, lorsqu’elle atteint un niveau iconique, est de surpasser toute autre source d’émotion. C’est encore le cas aujourd’hui, avec ce nouvel opus tant attendu. Le précédent, Le Réveil de la la Force, faisait suite à un épisode achevé en 1983 avec Le Retour du Jedi. Si la joie d’entendre à nouveau Williams accompagner les guerres de l’étoile trente ans plus tard, l’album avait laissé un peu sur leur faim les connaisseurs. Comme si la Force de Williams ne s’était pas encore tout à fait réveillée, à l’exception du thème de Rey, superbe héritier stylistique de celui composé en 1977 pour Leia. Mais l’emballant scherzo avait surpris par sa transgression du thème principal et apparait avec le recul comme une faiblesse de style, car on n’en trouve pas ici de continuation. L’album de Star Wars : Les Derniers Jedi est cohérent d’un bout à l’autre, il s’écoute comme un (space) opéra, la musique, certains instruments, représentent chaque protagoniste ou fait échos à une scène du passé. En gardien du temple de la saga (il en est l’unique contributeur majeur à avoir participé à tous les épisodes depuis 1977), Williams sait où chercher la cohérence pour donner à son oeuvre une portée hallucinante.

 

Rey - Star Wars Les Derniers Jedi

Rey – Star Wars Les Derniers Jedi

 

L’album s’écoute seul, c’est même une action recommandée pour mettre ses propres images sur le nouvel opus, avant d’en voir l’adaptation filmée pourrait-on dire. Il termine musicalement la saga, les morceaux testaments s’enchaînent, le passé ressurgit, des arrangements propres à Luke Skywalker sonnent à nouveau. Here They Come, un morceau phare de l’épisode IV, revient ici. Plus sec, plus mature, il hante The Battle of Crait et ses presque sept minutes de bonheur. Quelle maestria ! L’album est au niveau musical des épisodes fondateurs IV et V, auquel il emprunte et ainsi boucle la boucle. Car c’est bien John Williams qui honore la dynastie des Skywalker depuis les origines, et conclut ici leur histoire. Si le scénario de Rian Johnson ose un final original, il frustre nombre de fans de la première génération qui rêvaient d’une autre destinée. C’est le rôle de Williams de compenser la faiblesse de certaines scènes et donner de l’ampleur au long-métrage, en proposant musicalement du bonheur à écouter, à défaut, à plusieurs reprises, de bonheur à regarder. Il glisse quelques notes du thème de Dark Vador… Car si ce nouvel épisode est souvent époustouflant au niveau symbolique, esthétique et musical, il n’en est pas de même quant à son inégale mise en scène, capable de fulgurances et de leur contraire.

 

La plus belle scène du film, la dernière à l’écran avec Laura Dern, est silencieuse, la preuve que Williams sait s’effacer lorsque les images n’ont pas besoin de lui. The Fathiers et Chrome Dome sont deux des incroyables morceaux de l’album à plus d’un titre, innovants sur la forme et le fond. Canto Bight est beaucoup plus réussi que le Cantina fondateur, l’apport du jazz donne de la structure au morceau. Mais les instruments sonnent comme à l’époque ! En huit minutes de final, qu’il faut écouter absolument, tout le génie de Williams, qui manipule l’émotion sous toutes ses formes. D’une seconde à l’autre les frissons succèdent aux larmes. Comme toujours synthèse, il touche par quelques notes au piano du thème de Leia, au moment où le générique s’arrête pour lui rendre hommage, un court moment très intense émotionnellement. Depuis 1977 et huit épisodes, John Williams a inventé un vocabulaire, une grammaire et défini un style propre à la saga. Les bandes originales de Star Wars ne ressemblent pas aux autres du maître, tout comme elles ne se ressemblent pas d’un épisode à l’autre. Tel un génie de l’écriture, Williams déploie son style, et enrichit la base musicale de nouvelles phrases, propres à chaque nouveau personnage, pour nous emporter dans des mélodies sans cesse renouvelées.

 

Luke Skywalker - Star Wars Les Derniers Jedi

Luke Skywalker – Star Wars Les Derniers Jedi

 

Il est temps d’affirmer que Star Wars est une saga musicale en plusieurs mouvements, illustrée à l’image par une succession de réalisateurs. À tel point qu’un film de Star Wars ne peut se concevoir sans lui. Musicalement, Rogue One n’était qu’un produit dérivé. Le talent de Michael Giacchino ne peut rivaliser avec Williams, même si l’on a longtemps cru -ou espéré ?- qu’il pourrait devenir son Padawan. Le choix de Desplat pour Rogue One semblait à priori une meilleure option, ce n’est sans doute que partie remise. La question de la succession de John Williams n’a jamais été autant ouverte, dans la mesure ou cette phénoménale nouvelle bande originale, si elle emporte le coeur et donne le tournis, est une quintessence de l’ensemble de la composition de Williams mais résonne comme le bouquet final d’un feu d’artifice. Une conclusion. La cohérence musicale d’une saga est vitale. Danny Elfman, en retournant aux sources de Batman et Superman, pour Justice League, s’est attiré les foudres de la jeune génération, fan de Hans Zimmer, mais a régalé la génération précédente. Il est à désespérer qu’Hollywood comprenne à nouveau le rôle essentiel de la musique à l’image, et que le marketing laisse les forces créatrices à leur place. C’est avec maestria que John Williams vient de rappeler à quel point la musique peut à elle seule la réussite d’un film.

 

 

 

  • STAR WARS LES DERNIERS JEDI (Star Wars – The Last Jedi)
  • Musique de Film / Original Motion Picture Soundtrack
  • Compositeur.s : John Williams
  • Sortie : 15 décembre 2017
  • Label : Walt Disney Records

 

 

Star Wars Les Derniers Jedi - soundtrack

Star Wars Les Derniers Jedi

Star Wars – Les derniers Jedi par John Williams

Durée : 78 minutes

  1. Main Title and Escape – 7:25
  2. Ahch-To Island – 4:22
  3. Revisiting Snoke – 3:28
  4. The Supremacy – 4:00
  5. Fun with Finn and Rose – 2:33
  6. Old Friends – 4:28
  7. The Rebellion is Reborn – 3:59
  8. Lesson One – 2:09
  9. Canto Bight – 2:37
  10. Who Are You? – 3:04
  11. The Fathiers – 2:42
  12. The Cave – 2:59
  13. The Sacred Jedi Texts – 3:32
  14. A New Alliance – 3:13
  15. Chrome Dome – 2:01
  16. The Battle of Crait – 6:47
  17. The Spark – 3:35
  18. The Last Jedi – 3:03
  19. Peace and Purpose – 3:06
  20. Finale – 8:28

Commentaires

A la Une

Top 25 des meilleures comédies musicales de tous les temps

À l’occasion du quarantième anniversaire de Grease, qui sera projeté à Cannes Classics en version restaurée au 71e Festival de… Lire la suite >>

Box Office France : Taxi 5 domine les nouveautés victimes du beau temps

Au top hebdo du 18 au 24 avril, Taxi 5 conserve le leadership très faible d’un classement où les nouveautés… Lire la suite >>

Un trailer possédé par Tom Hardy en Venom

Suite à son passage à la CinemaCon, Sony Pictures a livré la bande annonce de Venom, avec Tom Hardy dans… Lire la suite >>

Sam Rockwell rejoint Scarlett Johansson dans Jojo Rabbit

Sam Rockwell et Scarlett Johansson vont partager l’affiche de Jojo Rabbit, un film satirique sur l’Allemagne Nazie dirigé par Taika… Lire la suite >>

Jumanji 2 est programmé à Noël 2019 avec Dwayne Johnson

Sony Pictures a profité de la CinemaCon pour annoncer une date pour Jumanji 2 et confirmer le retour de son… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 TAXI 5 640 873 2 2 165 091
2 LOVE ADDICT 248 024 1 248 024
3 LARGUEES 215 864 1 215 864
4 READY PLAYER ONE 205 699 4 1 925 687
5 PIERRE LAPIN 194 400 3 1 067 708
6 PLACE PUBLIQUE 182 458 1 182 458
7 ESCOBAR 141 268 1 141 268
8 RED SPARROW 103 931 3 667 523
9 SHERLOCK GNOMES 75 805 2 220 944
10 GAME NIGHT 75 209 1 75 209

Source: CBO Box office