Wonder de Stephen Chbosky : critique

Publié par CineChronicle le 20 décembre 2017

Synopsis : August Pullman est un petit garçon né avec une malformation du visage qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller normalement à l’école. Aujourd’hui, il rentre en CM2 à l’école de son quartier. C’est le début d’une aventure humaine hors du commun. Chacun, dans sa famille, parmi ses nouveaux camarades de classe, et dans la ville tout entière, va être confronté à ses propres limites, à sa générosité de coeur ou à son étroitesse d’esprit. L’aventure extraordinaire d’Auggie finira par unir les gens autour de lui.

♥♥♥♥♥

 

Wonder - affiche

Wonder – affiche

Adaptation du roman à succès de RJ Palacio, Wonder donne plus que ce qui paraît au premier abord. Le feel good movie familial est un style populaire mais difficile à manier dans les détails. August Pullman (Jacob Tremblay), Auggie pour les intimes, entre pour la première fois à l’école à dix ans à cause d’une malformation génétique. Comme la plupart des récits d’école, l’endroit est un rite de passage, une initiation à la communauté. Très simplement mis en scène, toute la bonté du réalisateur et des personnages transparaît dans cet univers où les évènements n’ont d’épreuve que le nom. Un proviseur aux petits soins et au nom drolatique, un professeur bienveillant, des couloirs intacts et immaculés, heureusement que les enfants apportent de l’agrément à cet ensemble. C’est surtout à ses semblables qu’Auggie devra prouver sa valeur, et comme tout marginal il sera dorénavant le centre de l’attention, en bien comme en mal. Si la thématique de l’acceptation sociale est tire-larme elle parvient à se faire oublier rapidement, notamment grâce à l’astucieuse séparation en chapitres. La première partie du film se consacre à Auggie et ses premiers jours à l’école, et donc son accès à l’indépendance puisque jusqu’ici il suivait des cours chez lui avec sa mère (Julia Roberts). Le chapitre suivant est consacré justement à sa mère qui apprend à lâcher son enfant et acquiert un autre rôle que celui de mère. Enfin, la dernière partie se focalise sur Olivia (Izabela Vidovic), la sœur d’Auggie, qui entre au lycée et qui elle aussi doit affronter ses propres problèmes. Le père, interprété par Owen Wilson, n’a pas le droit à son chapitre puisqu’il est relégué au rang de personnage secondaire. Son absence est parfaitement justifiée, mais on regrette tout de même de ne pas voir plus de séquences de complicité entre lui et Jacob Tremblay.

 

Jacob Tremblay - Wonder

Jacob Tremblay – Wonder

 

L’histoire bénéficie d’une jolie métaphore visuelle et narrative avec l’utilisation de l’espace et de la tenue de cosmonaute dans laquelle se réfugie Auggie. L’espace est passionnant et terrifiant, tout comme le monde social l’est pour Auggie. Des petites séquences déguisées apportent la légèreté nécessaire au récit pour ne pas s’affaisser dans l’auto-complaisance. Cette passion pour l’espace se matérialise aussi sous la forme de l’adoration d’Auggie pour Star Wars : combat de sabre laser et discussion fantaisistes. Le moment où Auggie se compare à Chewbacca avec l’intervention de ce dernier est amusant. Malgré tout, la voix-off moralisatrice agace. D’autant plus qu’Auggie n’est pas la victime qu’il paraît être. Une discussion avec sa sœur révèle qu’il peut être antipathique. Celle-ci se confie à lui pour lui faire part de ses tourments actuels, et ce dernier lui répond d’un ton agressif que ce qu’elle vit n’est rien en comparaison de ce que lui a vécu. D’après lui sa sœur est illégitime à se plaindre parce que ses problèmes à lui ont plus d’envergure. Cette remarque ne trouvera pas d’autre écho dans le film laissant cette question sur ce point a priori définitif et sans nuance. Chacun des personnages principaux évolue dans son arc jusqu’à la fin de l’année scolaire, les variations sont légères mais les émotions sont assénées au burin. Les bonnes intentions ne font pas de bons films, mais celui-ci tire parti d’une agréable candeur et de quelques propositions qui le sortent du lot.

 

Alexandre Pierzak

 

 

 

  • WONDER
  • Sortie salles : 20 décembre 2017
  • Réalisation : Stephen Chbosky
  • Avec : Julia Roberts, Jacob Tremblay, Owen Wilson, Izabela Vidovic, Mandy Patinkin, Daeev Diggs, Danielle Rose Russell, Nadja Jeter,…
  • Scénario : Steven Conrad, Jack Thorne, Stephen Chbosky, d’après l’oeuvre de R.J. Palacio
  • Production : David Hoberman, Todd Lieberman
  • Photographie :  Don Burgess
  • Montage : Mark Livolsi
  • Décors :  Kalina Ivanov
  • Costumes : Monique Prudhomme
  • Musique : Marcel Zarvos
  • Distribution : Metropolitan FilmExport
  • Durée : 1h51

 

Commentaires

A la Une

Un remake de The Guilty avec Jake Gyllenhaal en préparation

Via sa boite de production Nine Stories, Jake Gyllenhaal a racheté les droits du film danois The Guilty pour en… Lire la suite >>

Onward : Pixar révèle le titre et le casting de son prochain film

Alors que la sortie de Toy Story 4 est attendue pour cet été, les studios Pixar viennent de révéler le… Lire la suite >>

The Trial of the Chicago 7 : le prochain projet d’Aaron Sorkin mis en stand-by

Alors que la production devait débuter en février 2019, The Trial of the Chicago 7, le prochain film d’Aaron Sorkin,… Lire la suite >>

La vie d’Audrey Hepburn adaptée en série télévisée

Icône du cinéma hollywoodien d’après-guerre, Audrey Hepburn va enfin voir sa vie transposée à l’écran, vingt-cinq ans après sa disparition…. Lire la suite >>

Jodie Foster aux commandes d’un remake du film islandais Woman at War

Actrice et réalisatrice, Jodie Foster va enfiler la double casquette pour la troisième fois en développant le remake de Woman… Lire la suite >>

Écoutez nos Podcasts

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ASTERIX - LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE 928 153 1 928 153
2 LE GRINCH 383 332 2 964 446
3 LES ANIMAUX FANTASTIQUES - LES CRIMES DE GRINDELWALD 300 740 4 3 371 611
4 PUPILLE 263 524 1 263 524
5 BOHEMIAN RHAPSODY 213 460 6 3 274 372
6 SAUVER OU PERIR 210 053 2 548 982
7 CASSE-NOISETTE ET LES QUATRE ROYAUMES 163 793 2 418 732
8 LES VEUVES 119 874 2 330 130
9 ROBIN DES BOIS 106 966 2 304 326
10 LE GRAND BAIN 88 195 7 4 078 944

Source: CBO Box office