Veronica de Paco Plaza : critique

Publié par Lucia Miguel le 24 janvier 2018

Synopsis : À Madrid, après avoir participé à une séance de spiritisme avec ses amies, une jeune fille est assaillie par des créatures surnaturelles qui menacent de s’en prendre à sa famille. Le seul cas d’activité paranormale officiellement reconnu par la police espagnole.

♥♥♥♥

 

Veronica - affiche

Veronica – affiche

Après le succès de la saga d’horreur [REC], le cinéaste espagnol Paco Plaza revient avec le film de possession Veronica. Ce récit, ancré dans l’Espagne des années 1990, retrace un fait divers tragique et surnaturel survenu dans un quartier populaire de Madrid. Deux policiers débarquent dans un appartement suite à un appel téléphonique nocturne d’une jeune fille en détresse. La scène qui les attend atteint des sommets cauchemardesques. Le film remonte ensuite le temps, quelques jours auparavant pour comprendre ces derniers moments tragiques. On suit ainsi cette adolescente qui prépare ses petits frères pour l’école, car sa mère, trop absente, se repose après une longue nuit de travail. Solitaire et sérieuse, Veronica rêve de légèreté et d’insouciance. Elle aimerait d’ailleurs plutôt ressembler à la voisine d’en face qui chante à plein poumon tous les matins. Mais Veronica est obligée de s’occuper du bain, du sac à dos et du petit déjeuner de sa tribu. Le film bascule progressivement dans un récit horrifique classique, après cette fameuse séance de spiritisme entre camarades de l’école, au moment d’une éclipse du soleil. Le surnaturel s’empare dès lors du réel. Plaza joue sur l’alternance entre le quotidien et les manifestations paranormales, tout en fixant le cadre contextuel parfaitement reconnaissable et familier, surtout pour le spectateur espagnol.

 

Veronica

Veronica

 

Les années 1990 sont parfaitement recréées, avec cet ancrage dans le quartier très populaire de Vallecas et la bande-son de Héroes del Silencio. Ainsi, tout ce qui arrive à Veronica est d’autant plus puissant et extraordinaire que le réel est présent et pesant, surtout via la scène d’introduction qui présente le contexte social et familial. Le film de Plaza se rapproche du style de M. Night Shyamalan ; le fantastique survient dans une cellule familiale déstructurée, éclatée. La lutte contre les phonèmes paranormaux est d’autant plus forte qu’il s’agit finalement d’un combat pour la survie de la famille. Veronica raconte comment l’horreur s’introduit via les faiblesses d’un foyer et les blessures ouvertes. Après le format found-footage dans [REC], Plaza opte pour une mise en scène plus classique, stylisée et méticuleuse. La musique, qui accentue l’onirisme, et les mouvements de la caméra traduisent brillamment la sensation de cauchemar vécue par la jeune fille. La longueur des plans réussit à créer de réels moments d’angoisse. L’actrice Sandra Escacena porte admirablement le poids de ce récit et de ce personnage, rêveur et solitaire, qui n’arrive plus à rester dans la réalité. Si l’intrigue de Veronica n’a finalement rien d’original et ne renouvelle pas le genre possession, la contexte social et culturel et la mise en scène transforment ce film en petit bijou du cinéma de genre espagnol. Plaza redonne ainsi de l’espoir à la cinématographie ibérique.

 

 

 

  • VERONICA
  • Sortie en salles : 24 janvier 2018
  • Réalisation : Paco Plaza
  • Avec: Sandra Escena, Bruna González, Claudia Placer, Iván Chavero, Consuelo Trujillo, Ana Torrent…
  • Scénario: Fernando Navarro, Paco Plaza.
  • Production: Enrique López Lavigne, Maria Angulo, Mar Iilundain
  • Photographie : Pablo Rosso
  • Montage: Martí Roca
  • Effets spéciaux : Raúl Romanillos
  • Costumes: Vinyet Escobar
  • Musique : Chucky Namanera
  • Distribution: Wild Bunch
  • Durée: 1h50

 

Commentaires

A la Une

La série des frères Coen pour Netflix tournée en numérique

Joel et Ethan Coen tournent en numérique pour leur première série, The Ballad of Buster Scruggs, produite par Netflix.  … Lire la suite >>

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender dans Kung Fury 2

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender et David Hasselhoff dans Kung Fury 2, toujours réalisé par David Sandberg.      … Lire la suite >>

Box office France : Cinquante nuances plus claires et Les Tuche 3 au coude à coude

Au top hebdo du 7 au 13 février, Cinquante nuances plus claires déloge de peu Les Tuche 3 tandis que… Lire la suite >>

Le monde de la musique en deuil avec la disparition de Johann Johannsson à 48 ans

Johann Johannsson, le compositeur de Premier Contact, récompensé pour Une Merveilleuse Histoire Du Temps, est décédé ce vendredi 9 février… Lire la suite >>

Alex Garland développe une série télévisée pour FX

Alex Garland, le réalisateur de Ex-Machina, planche sur une série télévisée en huit parties pour FX, alors que Annihilation est… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES 1 257 650 1 1 257 650
2 LES TUCHE 3, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITUCHE 1 254 001 2 3 455 008
3 LE LABYRINTHE : LE REMEDE MORTEL 751 040 1 751 040
4 LE 15H17 POUR PARIS 204 845 1 204 845
5 PENTAGON PAPERS 198 541 3 978 336
6 CRO MAN 191 950 1 191 950
7 JUSQU'A LA GARDE 122 946 1 122 946
8 WONDER WHEEL 102 050 2 253 371
9 LE VOYAGE DE RICKY 92 127 1 92 127
10 THE GREATEST SHOWMAN 91 857 3 479 607

Source: CBO Box office