Synopsis : Thomas Crown, un milliardaire divorcé, à la tête d’une grande banque de Boston, estime que sa vie d’homme riche ne lui procure plus aucune satisfaction. Afin de ressentir à nouveau le frisson de l’aventure, il prépare minutieusement, avec neuf complices, un fabuleux hold-up, qui laissera la police perplexe. Sa propre banque lui paraît être le meilleur endroit pour ses exploits. Le coup réussit à la perfection. Tandis que l’enquête menée par le commissaire Malone piétine, Thomas s’en va cacher son butin en Suisse. Il découvre alors que la compagnie d’assurances de sa banque lui a dépêché une redoutable enquêtrice, la ravissante et sagace Vicky Anderson…

♥♥♥♥

 

LAffaire Thomas Crown - afiche

L’Affaire Thomas Crown – afiche

L’Affaire Thomas Crown, sorti le 19 juin 1968 aux Etats-Unis puis à l’automne de la même année en France, est une œuvre majeure dans la carrière prolifique du réalisateur Norman Jewison, alors à son septième film depuis 1961. Ce film policier a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire du septième art et sa ressortie en salles en version restaurée, le 16 mai 2018, pour célébrer son cinquantième anniversaire, devrait pleinement satisfaire les spectateurs nostalgiques. L’Affaire Thomas Crown est, en effet, transcendée par le duo élégant et glamour formé par Steve McQueen et Faye Dunaway. Ces deux figures mythiques du cinéma américain n’ont pas été retenus par hasard au moment du casting. Après Bonnie and Clyde, en 1967, Faye Dunaway, érigée désormais au rang de star, a décroché le rôle principal d’enquêtrice entêtée. Norman Jewison avait pensé cependant d’abord à la Française Anouk Aimé. Steve McQueen, alors âgé de onze ans de plus que Faye Dunaway, a eu un avantage pour obtenir le rôle principal de milliardaire ambigu, puisqu’il a déjà été dirigé par Norman Jewison dans Le Kid de Cincinnati en 1965. De plus, sa carrière commence à prendre un véritable tournant après sa nomination à l’Oscar du meilleur acteur en 1967 pour sa prestation remarquée dans La Canonnière du Yang-Tse. La thématique de L’Affaire Thomas Crown, censée reposer sur l’orchestration d’un braquage de haut vol, se voit éclipser en majeure partie par une histoire d’amour qui va à contre-courant des intérêts des deux personnages impliqués.

 

LAffaire Thomas Crown

L’Affaire Thomas Crown

 

Thomas Crown (Steve McQueen), milliardaire de Boston, en manque d’adrénaline au point de monter toute une équipe pour le casse réjouissant et réussi de sa banque, est rapidement repéré par Vicky Anderson (Faye Dunaway) travaillant, de son côté, pour les compagnies d’assurance. Mais en se rapprochant de lui pour le stopper dans ses desseins, elle va irrésistiblement succomber à son charme. Thomas Crown s’inscrit admirablement dans la lignée des gentlemen cambrioleurs. Le professionnalisme requis par Vicky Anderson pour confondre cet homme, dont elle est éprise, résistera-t-il ? Leur couple est ainsi suspendu à la question suivante : qui trahira l’autre en premier en sacrifiant une passion qui repose sur un subtil jeu du chat et de la souris ? Le suspense est maintenu jusqu’à la fin malgré certaines longueurs. Le plus grand moment de grâce est bien sûr la mythique partie d’échecs, où l’érotisme suggestif est roi, et qui s’achève par l’un des plus longs baisers de toute l’histoire du cinéma. L’utilisation du split-screen est sollicitée abondamment. La réalisation est d’une diversité extrême et pâlit face aux dialogues assez peu fouillés.

 

Si L’Affaire Thomas Crown est parfaitement ancré dans les années soixante, elle a su superbement résister à l’épreuve du temps et continue d’attirer les nouvelles générations. L’oeuvre de Jewison a eu droit à un remake de John McTiernan en 1999, avec Pierce Brosnan dans le rôle-titre, qui n’a eu pas l’envergure de son modèle. L’Affaire Thomas Crown doit aussi énormément à sa musique composée par Michel Legrand. Ce touche-à-tout de génie a fortement contribué à un plein succès initial et à une pérennité dans les mémoires cinéphiles. Michel Legrand a d’ailleurs eu le privilège de se voir remettre un Oscar et un Golden Globe de la meilleure chanson originale pour The Windmills Of Your Mind, qui accompagne le générique. Ce morceau traduit en français par Les moulins de mon coeur doit à Alan et Marilyn Bergman leur texte en anglais et à Eddy Marnay leur texte en français. Un titre inoubliable, devenu un “standard” avec une reprise -à souligner pour son caractère insolite- par le groupe américain de rock psychédélique, Vanilla Fudge. L’Affaire Thomas Crown s’est ainsi imposée comme un classique indémodable et ce, avec une quasi unanimité, qu’il s’agisse de la profession ou de l’adhésion d’un public ébloui. 

 

Eric Françonnet

 

 

  • L’AFFAIRE THOMAS CROWN (The Thomas Crown Affair)
  • Version restaurée
  • Ressortie salles : 16 mai 2018
  • Réalisation : Norman Jewison, assisté de Walter Hill
  • Avec : Steve McQueen, Faye Dunaway, Paul Burke, Jack Weston, Astrid, Carol Corbett, Yaphet Kotto, Gordon Pinsent
  • Scénario : Alan Trustman
  • Production : Norman Jewison
  • Production associée : Hal Ashby
  • Photographie : Haskell Wexler
  • Montage : Hal Ashby, Byron Brandt, Ralph E. Winster
  • Décors : Edward G. Boyle
  • Musique : Michel Legrand
  • Distribution : Mission Distribution
  • Durée : 1h42
  • Sortie initiale : 19 juin 1968 (États-Unis) et 11 octobre 1968 (France)

 

 

Commentaires

A la Une

Top 10 des stars aux multiples rôles

De plus en plus de productions donnent l’opportunité aux stars de pouvoir incarner des multiples rôles dans un même film…. Lire la suite >>

Musique / Concert John Williams à Chicago : une absolue perfection

La dernière fois que John Williams avait dirigé le Chicago Symphony Orchestra était en 2012, pour l’enregistrement de la musique… Lire la suite >>

Cannes 2018 : Palme d’or pour Une affaire de Famille de Hirokazu Kore-Eda (palmarès complet)

La présidente Cate Blanchett, accompagnée de son jury, a décerné la palme d’or à l’excellent Une affaire de Famille de… Lire la suite >>

Cannes 2018 / Sprint final (jour 11, photos)

Deux films en Compétition avant la diffusion du Palmarès samedi soir. Les pronostics de la presse française et internationale et… Lire la suite >>

Cannes 2018 / L’enfance maltraitée et les réfugiés (jour 10, photos)

Entrée en lice du quatrième et dernier film français de la Compétition, Un Couteau dans le cœur de Yann Gonzalez… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVENGERS : INFINITY WAR 767 431 3 4 384 210
2 EVERYBODY KNOWS 391 207 1 391 207
3 RAMPAGE - HORS DE CONTROLE 255 384 2 600 178
4 TAXI 5 251 720 5 3 436 623
5 MONSIEUR JE-SAIS-TOUT 186 907 1 186 907
6 ACTION OU VERITE 177 182 2 405 407
7 DEATH WISH 145 073 1 145 073
8 ABDEL ET LA COMTESSE 109 355 1 109 355
9 LARGUEES 104 657 4 707 924
10 PIERRE LAPIN 102 360 6 1 657 915

Source: CBO Box office