Netflix ouvre un bureau à Paris et évoque ses productions françaises

Publié par CineChronicle le 28 septembre 2018
Netflix

Netflix

En visite à Paris sur le tournage d’Osmosis, Reed Hastings, le PDG de Netflix, a annoncé le lancement d’une nouvelle succursale parisienne, la troisième en Europe après Londres et Amsterdam. 

 

 

 

Reed Hastings - Netflix

Reed Hastings – Netflix

C’est la deuxième fois que le géant du streaming, fondé il y a 21 ans, tente de s’implanter dans la capitale. Ces nouveaux bureaux compteront une vingtaine d’employés, certains travaillant déjà pour Netflix à Amsterdam, tandis que d’autres feront partie d’une nouvelle vague de recrutement.

 

Selon Variety, cette succursale ne sera néanmoins pas dédiée uniquement à la production, comme c’est le cas en Espagne, mais se focalisera à la fois sur la production, les acquisitions et le marketing. L’objectif à long terme est de se baser sur le modèle londonien qui emploie actuellement 50 personnes.

 

Qu’est-ce que cela signifie ? Et bien que nous aurons droit à des productions locales ! L’annonce de Reed Hastings ce jeudi 28 septembre fait mention de 7 nouveaux projets de films et de séries françaises actuellement en préparation. Parmi ces contenus, on trouvera notamment Marianne, une série adaptée du roman Vampires de Thierry Jonquets. Mais aussi le documentaire Solidarité écrit et réalisé par Stéphane de Freitas, à qui l’on doit déjà A voix haute. Ou encore le drame signé Elisabeth Vogler Paris est une fête. Au total, Netflix a déjà 14 nouveaux programmes sous le coude. Reste à savoir lequel sera capable de rivaliser avec le succès de La Casa de Papel.

 

Selon les déclarations du PDG, cette implantation dans l’hexagone se justifie par une augmentation fulgurante du nombre d’abonnés depuis son lancement il y a trois ans. Bien qu’il ne se soit pas hasardé à donner les chiffres exacts -une habitude chez Netflix qui refuse de révéler ses données internes-, Hastings a confirmé que le service compte plus de 3,5 millions d’utilisateurs. Ce nombre mirobolant a été depuis étayé par Libération.

 

Hastings a également ajouté qu’après un mois d’échanges avec la Commission Nationale du Film France et le CNC, Netflix s’est engagé à payer 2% de taxes sur ses revenus annuels en France. C’est moins que ce que paye Canal +, mais Netflix ne bénéficie pas du même nombre de contenus subventionnés. Toutefois, pour être approuvé par la commission européenne, Netflix sera contraint comme n’importe quelle plateforme de streaming, disponible en Europe, de consacrer 30% de son catalogue à la demande à des contenus produits chez nous. Cet objectif devra être atteint d’ici deux ans.

 

La décision de privilégier les contenus internationaux a été motivée par l’émergence d’une concurrence de plus en plus rude, notamment de la part de Disney qui devrait lancer sa plateforme d’ici la fin de l’année 2019. Selon Deadline, son service sera divisé en trois parties : une section Hulu pour les adultes, une section Pixar, Marvel, et Lucasfilm destinée à un public familial et enfin, une section ESPN consacrée aux sports.

 

Aussi excitante que soit la perspective de voir débarquer ce titan du divertissement, ce n’est pourtant pas la première fois que Netflix tente de poser ses valises chez nous. En 2016, la firme derrière Stranger Things et House of Cards possédait déjà un bureau constitué d’une équipe marketing de 3 personnes. Elle fut délocalisée à Amsterdam pour des raisons que l’on suppose en relation avec notre système d’imposition. Bien que cela ne fut jamais admis, Hastings s’est défendu en disant que cette implantation était simplement prématurée.

 

Interrogé sur la question des acquisitions, Hastings a précisé que le rachat d’entreprises françaises ne faisait nullement partie de ses intentions futures. En effet, il serait plus avantageux de louer des contenus et de développer parallèlement leurs propres programmes que de passer par un tiers. D’ailleurs, le PDG s’est refusé à tout commentaire concernant les rumeurs de rachat d’Europacorp et le soi-disant échec des négociations.

 

Pour l’heure, nous sommes curieux de voir ce que ces productions made in France nous réservent.

 

Hugo Martinez

Commentaires

A la Une

Un remake de The Guilty avec Jake Gyllenhaal en préparation

Via sa boite de production Nine Stories, Jake Gyllenhaal a racheté les droits du film danois The Guilty pour en… Lire la suite >>

Onward : Pixar révèle le titre et le casting de son prochain film

Alors que la sortie de Toy Story 4 est attendue pour cet été, les studios Pixar viennent de révéler le… Lire la suite >>

The Trial of the Chicago 7 : le prochain projet d’Aaron Sorkin mis en stand-by

Alors que la production devait débuter en février 2019, The Trial of the Chicago 7, le prochain film d’Aaron Sorkin,… Lire la suite >>

La vie d’Audrey Hepburn adaptée en série télévisée

Icône du cinéma hollywoodien d’après-guerre, Audrey Hepburn va enfin voir sa vie transposée à l’écran, vingt-cinq ans après sa disparition…. Lire la suite >>

Jodie Foster aux commandes d’un remake du film islandais Woman at War

Actrice et réalisatrice, Jodie Foster va enfiler la double casquette pour la troisième fois en développant le remake de Woman… Lire la suite >>

Écoutez nos Podcasts

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ASTERIX - LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE 928 153 1 928 153
2 LE GRINCH 383 332 2 964 446
3 LES ANIMAUX FANTASTIQUES - LES CRIMES DE GRINDELWALD 300 740 4 3 371 611
4 PUPILLE 263 524 1 263 524
5 BOHEMIAN RHAPSODY 213 460 6 3 274 372
6 SAUVER OU PERIR 210 053 2 548 982
7 CASSE-NOISETTE ET LES QUATRE ROYAUMES 163 793 2 418 732
8 LES VEUVES 119 874 2 330 130
9 ROBIN DES BOIS 106 966 2 304 326
10 LE GRAND BAIN 88 195 7 4 078 944

Source: CBO Box office