Ressortie / Fog de John Carpenter : critique

Publié par CineChronicle le 31 octobre 2018

Synopsis : Antonio Bay, petit village de pêcheurs de Californie du Nord, s’apprête à célébrer son centenaire. Mais la quiétude de la ville est perturbée par de mystérieux évènements…

♥♥♥♥♥

 

Fog - affiche

Fog – affiche

Pour fêter Halloween ce 31 octobre, Fog de John Carpenter ressort en salles en version restaurée 4K inédite grâce à Splendor Films. Flashback. John Carpenter est auréolé de la casquette de Maître de l’Horreur depuis le succès retentissant de son Halloween en 1978. Comme toute étoile montante à Hollywood, les critiques attendent sa prochaine réalisation. Plutôt que de céder aux sirènes des majors, le réalisateur, après un téléfilm biographique sur Elvis Presley, se tourne vers la petite maison AVCO-Embassy, spécialisée dans les petits films d’horreur pour un contrat de deux projets : le premier fruit de cette collaboration est Fog, en 1980. Écrivant à nouveau le script à quatre mains, avec sa compagne d’alors (et productrice) Debra Hill, John Carpenter s’inspire d’un film de série B britannique, The Trollenberg Terror, qui mettait en scène des fantômes cachés dans les nuages, ainsi que d’une visite qui l’a particulièrement marquée du site de Stonehenge, nappé dans le brouillard. Des légendes locales de naufrages achèvent de l’inspirer. Limité à un budget de 1 million de dollars (le triple d’Halloween), John Carpenter a conscience que son histoire de fantômes vengeurs émergeant d’un brouillard maléfique a toutes les apparences d’un film de série B. Il corrigera cet aspect en filmant en format anamorphique, traditionnellement réservé aux grandes productions. Quitte à filmer un petit film d’horreur, autant qu’il n’en ait pas l’aspect. Si Debra Hill était encore sa compagne au moment de l’écriture, Carpenter prend pour rôle principal celle qu’il a épousé en 1979, Adrienne Barbeau, qu’il avait rencontrée sur le tournage de son téléfilm Meurtre au 43ème étage, réalisé juste avant Halloween. Jamie Lee Curtis, l’héroïne d’Halloween, revient également, accompagnée par sa mère, Janet Leigh, la protagoniste de Psychose. Les noms des personnages sont aussi l’occasion de références de la part de Carpenter : l’un porte le nom de Dan O’Bannon, scénariste d’Alien, qui avait aidé Carpenter sur son film d’étudiant, Dark Star ; un autre, Nick Castle, qui avait campé le tueur d’Halloween ; un troisième, Tommy Wallace, le monteur attitré de Carpenter ; et le médecin-légiste de la ville s’appelle Phibes, référence à l’Abominable Docteur Phibes, film d’horreur culte avec Vincent Price.

 

Fog

Fog

 

Le film occupe une position mal aimée dans le coeur des fans de Carpenter. Il est vrai qu’il l’a réalisé entre Halloween et New York 1997, des films universellement salués, et son scénario assez éculé, avec des personnages sans grande profondeur, a déçu plus d’un. Cependant, s’il s’agit seulement de son deuxième film d’horreur, Carpenter commence à trouver ses marques. L’action se concentre rapidement en un huis-clos, où les personnages commencent à succomber à la terreur et la folie ; procédé qu’il avait déjà très bien exploité dans Assaut et qui reviendra souvent dans la suite. Mais là où l’auteur s’affirme, c’est que John Carpenter ne propose que six meurtres, pratiquement tous hors-champ, prenant le contrepied d’une mode du gore dans l’horreur hollywoodienne. Une mode qu’il avait lui-même contribué à lancer avec Halloween !

 

Sa volonté de se détacher des codes le pousse à sublimer un genre très marqué par le nanar, au-delà de sa maîtrise technique indéniable. Une profondeur se trouve rajoutée avec sa critique en filigrane de l’Amérique des Pères Fondateurs. En effet, la ville doit sa prospérité (et sa malédiction) à un naufrage criminel, qui revient la hanter. Le score au box-office est une réussite, mais la critique est très désarçonnée, d’autant qu’AVCO-Embassy a dépensé le triple du budget en publicité, allant jusqu’à installer des machines à brouillard dans les cinémas. Carpenter lui-même est terriblement déçu par le premier montage, tout comme les producteurs. Pour le rendre plus effrayant, il refait la musique, le montage et tourne des scènes plus gores qu’initialement prévues. Le remake en 2005 sera franchement raté et édulcoré. De nos jours, Fog, bien que souvent oublié, a acquis une réputation de Dents de la Mer surnaturel et de film d’ambiance réussi.

 

Arthur de Boutiny

 

 

 

  • FOG (The Fog)
  • Ressortie salles : 31 octobre 2018
  • Version restaurée 4K
  • Réalisation : John Carpenter
  • Avec : Adrienne Barbeau, Jamie Lee Curtis, Janet Leigh, John Houseman, Tom Atkins, James Canning, Charles Cyphers, Nancy Loomis, Ty Mitchell, Hal Holbrook
  • Scénario : John Carpenter, Debra Hill
  • Production : Debra Hill
  • Photographie : Dean Cundey
  • Montage : Charles Bornstein, Tommy Lee Wallace
  • Décors : Tommy Lee Wallace
  • Costumes : Stephen Loomis, Bill Whitten
  • Musique : John Carpenter
  • Distribution : Splendor Films
  • Durée : 89 minutes
  • Sortie initiale : 8 février 1980 (États-Unis) – 19 mars 1980 (France)

 

Commentaires

A la Une

Un nouveau trailer intense pour Glass de M. Night Shyamalan

Universal a récemment dévoilé un nouveau trailer pour le très attendu Glass, le prochain film de M. Night Shyamalan qui… Lire la suite >>

Un second trailer teinté de nostalgie pour Dumbo réalisé par Tim Burton

Les studios Disney ont dévoilé le second trailer ainsi que l’affiche du très attendu live-action de Dumbo, célèbre chef-d’oeuvre animé… Lire la suite >>

Un retour à la SF pour Robert Zemeckis avec Bios et Project Blue Book

Robert Zemeckis a récemment évoqué deux projets en cours : Bios, son nouveau long-métrage dans lequel il revisitera les années… Lire la suite >>

Une nouvelle bande annonce pour Alita Battle Angel

La Fox a mis en ligne une nouvelle bande annonce de Alita Battle Angel, le prochain film de Robert Rodriguez,… Lire la suite >>

Une affiche et une date de sortie pour le reboot de Chucky

Comme Halloween, Ça et la plupart des films d’horreurs à succès de la fin du 20e siècle, Chucky aura donc droit… Lire la suite >>

Écoutez nos Podcasts

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOHEMIAN RHAPSODY 722 802 2 1 800 463
2 LE GRAND BAIN 602 180 3 3 175 810
3 UN HOMME PRESSE 293 291 1 293 291
4 LE JEU 186 664 4 1 327 305
5 EN LIBERTE ! 175 592 2 503 787
6 A STAR IS BORN 146 537 6 1 540 805
7 YETI ET COMPAGNIE 123 351 4 1 629 997
8 UN AMOUR IMPOSSIBLE 95 480 1 95 480
9 VENOM 95 130 5 2 220 943
10 HALLOWEEN 87 193 3 791 092

Source: CBO Box office