MarvelCRÉATIFS VS COSTARDS-CRAVATES

 

 

CC : Vous donnez un réel équilibre dans l’évolution du récit entre tous les intervenants, à savoir les créatifs d’un côté (Mark Waid, Mark Millar, Tom Desanto, Louis Leterrier…) et les businessmen de l’autre (Ronald Perelman, Carl Icahn, Harvey Miller, Avi Arad, Isaac Pelmutter…). Etait-ce votre objectif de départ d’éviter justement de tomber dans le documentaire trop économique ?

PG : On souhaitait mêler dès le départ les deux camps. Celui des passionnés, à savoir ceux qui ont la foi, pour illustrer la force qui anime ces créateurs pour la culture comics en général et pour l’univers Marvel en particulier. Il y a une réelle spécificité à l’univers Marvel, à cette fascination qu’il suscite et à son pouvoir d’identification. Et puis celui des puissances de l’argent qui rendent possibles l’expression de cet art et sa distribution vers le grand public. Ce sont deux faces d’une même pièce qui sont totalement indissociables. Ensuite dans la clarification de cette problématique, on a vraiment été aidé par notre monteur Dorian Tabone et notre producteur exécutif Thierry Tripod. On avait tant récolté d’interviews et d’éléments qu’on a failli perdre de vue l’objectif de cette problématique.

PR : On s’était en effet trop orientés vers le côté financier à un moment donné et on se dirigeait même vers une direction trop juridique, trop détaillée. L’histoire perdait en compréhension. Il nous manquait des éléments dans les interviews pour que ça devienne suffisamment clair. On n’avait plus de recul et ça ne fonctionnait pas. Il a fallu retirer des strates au fur et à mesure pour aller à l’essentiel. Mais il était clair dès le départ qu’on voulait construire un thriller financier, c’est-à-dire avoir des intervenants aussi forts que des personnages de comics et de films. Notre référence était Inside Job qui retrace la crise des subprimes car esthétiquement le documentaire est incroyable.

PG : J’ajoute qu’en parallèle à cet aspect financier pour revenir sur les créatifs et les dessinateurs qui sont les super héros de notre histoire, nous avons vraiment été sensibilisés par notre consultant Fabrice Sapolsky, ancien directeur en chef de Comic Box. Il a insisté sur le fait de ne jamais perdre de vue que toute cette renaissance de Marvel provient avant tout des artistes de la branche édition et à des personnes comme Mark Waid, Mark Millar…

 

Avi Arad (Fondateur de Marvel Studios et Ex-Directeur Créatif de Marvel) - Photo Marvel Renaissance

Avi Arad (Fondateur de Marvel Studios et Ex-Directeur Créatif de Marvel) – Photo Marvel Renaissance

CC : Comment avez-vous sélectionné vos intervenants ?

PR : On voulait un peu tout le monde au départ en fait. On avait bien sûr visé Sam Raimi, Bryan Singer, Jon Favreau, Stan Lee et Joe Quesada. Et côté finance, Ronald Perelman, Isaac Pelmutter et Carl Icahn. Quant à Avi Arad, ce fut simple finalement car nous l’avions rencontré à Paris lors de la promotion de The Amazing Spider-Man. On lui a confié notre projet qu’il avait trouvé intéressant sous cet angle. Il avait envie aussi de raconter son histoire à lui. Il a été le premier à nous donner une certaine crédibilité.

PG : La sélection s’est faite au cas par cas, le casting n’a pas été simple à constituer car Marvel n’a pas voulu soutenir le documentaire. Tout s’est fait finalement par contrainte et obligation ou par choix délibéré. Notre consultant Fabrice nous a conseillé certains intervenants. De notre côté, on souhaitait contacter des personnalités comme Harvey Miller, l’avocat de Marvel pendant les faits. Il représentait l’aspect financier important. Ni Carl Icahn ni Ronald Perelman n’ont accepté de nous répondre.

PR : Nous avons pu rencontrer aussi des intervenants découverts au détour de certains sites en cherchant des ouvrages, comme Shirrel Rhoades, ancien vice-président de Marvel, qui a écrit deux anthologies sur les comics aux Etats-Unis.

 

Carl Icahn - Time Magazine dec 2013

Carl Icahn – Time Magazine dec 2013

CC : On se demande comment Carl Icahn, spécialiste en la matière sur de nombreuses entreprises en difficultés dont la dernière en date était la MGM sauvée de la faillite en décembre 2010, n’ait pas été bloqué plus tôt…

PG : Potentiellement Carl Icahn apporte de l’argent dans les affaires dans lesquelles il s’investit. Il doit être dans un premier temps un recours jouable pour des entreprises étranglées par les dettes qui ont besoin d’argent frais et d’investisseurs. Même si nous avons tout essayé pour le rencontrer, nous n’avons pas réussi à dépasser le hall de son bureau…

 

CC : Pourquoi Marvel n’a pas voulu soutenir votre documentaire ?

PG : On ne connaît pas exactement les raisons profondes et je pense qu’on ne les connaîtra jamais. La raison officielle qu’ils ont donnée, en répondant dans un mail bref un 31 décembre, est qu’ils n’avaient pas le temps de donner suite à nos demandes, qu’ils étaient très sollicités.

PR : Ils ne nous ont pas interdit de faire le documentaire mais il fallait rester prudents quant à l’utilisation du matériel Marvel et ce qu’on disait sur le studio. Mais à partir du moment où tu sais que Marvel ne participe pas au projet, les distributeurs comme Sony ne t’ouvrent pas les portes puisqu’ils sont partenaires. Et puis sans autorisation sur les couvertures de comics, les planches à dessins et les extraits de films, il faut finalement tout contextualiser. Ca voulait dire ne pas les montrer entièrement mais créer un cadre, une ambiance, un contexte où tu montres un individu tenir un comics dans un magasin par exemple. Auquel cas, le film peut être attaquable.

Commentaires

A la Une

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts