Once Upon a Time… in Hollywood de Quentin Tarantino : critique

Publié par CineChronicle le 15 août 2019

Synopsis : En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus. 

♥♥♥♥♥

 

Once upon a time in Hollywood - affiche

Once upon a time in Hollywood – affiche

En lice pour la palme d’Or à Cannes en mai dernier, le neuvième opus de Tarantino, Once Upon a Time…in Hollywood est une chronique flamboyante et mélancolique de l’Amérique des sixties. C’est aussi une magistrale déclaration d’amour au 7ème Art. Hollywood. 1969. Rick Dalton endosse le costume de cow-boy dans des westerns de seconde zone.  Il a connu ses heures de gloire avec la série Bounty Law, inspirée d’Au nom de la Loi, la sitcom qui a lancé la carrière de Steve McQueen. Dalton, quant à lui, fébrile et enchaînant les whiskies, s’est fossilisé. Cliff Booth, sa doublure et désormais homme à tout faire, traité en paria à cause d’une rumeur, reste bredouille sur les tournages. Le soir, il se retrouve seul en compagnie de son chien dans une caravane miteuse. Ces deux déclassés, à l’amitié indéfectible, croisent le chemin de leurs illustres voisins : Roman Polanski et Sharon Tate, tandis qu’un certain Charles Manson rôde dans le quartier…  Once Upon a Time…in Hollywood possède les ingrédients qui ont fait la recette du cinéma décalé de l’enfant terrible du cinéma américain : le pastiche et la culture pop, une narration éclatée et le fétichisme des pieds. Pour autant, Tarantino n’en reste pas là. Il infiltre dans son imagerie habituelle une nostalgie aux accents mélancoliques. Et c’est en cela qu’il déconcerte tout autant qu’il fera le bonheur de ses aficionados. La première partie de Once Upon a Time…in Hollywood, au charme pictural, prend le pouls des années 60 : ambiance rétro aux petits oignons.

 

Once upon a time in Hollywood

Once upon a time in Hollywood

 

On peut saluer la reconstitution d’époque quasi maniaque, et le cinéaste, en DJ mélomane, sert pour l’occasion une musique jubilatoire, florilège de Rock et de folk. De même, quels acteurs auraient mieux donner corps à ces protagonistes arpentant des studios mythiques, que Brad Pitt et Leonardo DiCaprio, deux monstres sacrés du cinéma ? Or, fidèle à sa veine iconoclaste, le trublion de Hollywood s’applique à gratter le vernis glamour de « l’usine à rêves ». Il peint un monde crépusculaire en suivant le parcours de Rick Dalton, désabusé, cabotinant dans les décombres du Vieil Hollywood. Ironie du sort, les figures montantes du Nouvel Hollywood résident à deux pas de chez lui. Et, si son cascadeur tombe sous le charme d’auto-stoppeuses hippies aux clins d’œil innocents, il faut se méfier des apparences…La secte Hippie de Manson précipitera bientôt à la fin des utopies.

 

Once upon a time in Hollywood

Once upon a time in Hollywood

 

Le culte du cinéma innerve le film jusqu’aux moindres recoins. La caméra plonge son regard fasciné dans des affiches rétros, emmène le spectateur dans des drive-in, se délecte avec Sharon Tate d’une séance de ciné…Ici, on reconnaît Steve Mc Queen ressuscité en noir et blanc par la magie du pastiche ; là, on assiste à une baston avec Bruce Lee… Tarantino délivre une éblouissante boîte à images, sophistiquée à souhait, captant sur la pellicule un Hollywood fantasmé et ses coulisses. Soit. On sait que Tarantino aime passer la fiction au crible de sa cinéphilie. Or, dans cet opus, les pastiches n’imprègnent pas la réalité. Le film interroge subtilement les rapports entre celle-ci et la fiction, et pour cela joue avec les attentes du spectateur façonnées par l’inconscient collectif, en tordant le cou aux mythes et aux rumeurs. Le deuxième volet du long-métrage, qui revisite singulièrement l’Histoire à la Inglourious Basterds, est à cet égard un véritable pied de nez. La mécanique de Once Upon a Time…in Hollywood, bien huilée, baroque et déroutante, a donc de multiples résonances et prend tout son sens au terme de l’intrigue…

 

Alice Dumas

 

 

 

  • ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD
  • Sorties salles : 14 août 2019
  • Réalisation : Quentin Tarantino
  • Avec : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Al Pacino, Emile Hirsch, Timothy Olyphant, Kurt Russell, Michael Madsen, Dakota Fanning, Quentin Tarantino…
  • Scénario : Quentin Tarantino
  • Production : David Heyman, Shannon McIntosh, Quentin Tarantino
  • Photographie : Robert Richardson
  • Montage : Fred Raskin
  • Décors: Barbara Ling
  • Costumes: Arianne Phillips
  • Musique : Mary Ramos
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 2h41
  • Site officiel du film

 

Commentaires

A la Une

Voyagers : un trailer aux allures de bacchanale spatiale par le réalisateur de Limitless

Lionsgate a récemment dévoilé une bande-annonce pour Voyagers, un film de science-fiction psychédélique avec Colin Farrell, Tye Sheridan et Lily-Rose… Lire la suite >>

Michael B. Jordan se déchaîne dans le trailer de Sans aucun remords d’après le roman de Tom Clancy

Amazon Prime vient de dévoiler la bande-annonce de Sans Aucun remords, le nouveau film de Stefano Sollima, avec Michael B…. Lire la suite >>

Roar : Nicole Kidman, Cynthia Erivo, Merritt Wever et Alison Brie dans une série d’anthologie féministe

Le recueil de nouvelles de l’autrice irlandaise Cecelia Ahern, intitulé Roar, est en cours d’adaptation en série télévisée pour Apple… Lire la suite >>

Alain Chabat va diriger une série d’animation Astérix pour Netflix

Alain Chabat retrouve le petit gaulois pour une série d’animation produite par Netflix, d’après l’album Le combat des chefs.  … Lire la suite >>

Parallel : un film de casse et de science-fiction pour Netflix par l’auteur de Source Code

Ben Ripley, le scénariste de Source Code, a écrit un nouveau projet à peu près dans la même veine pour… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts