Mémoires du Cinéma : Terminator de James Cameron (1984)

Publié par Philippe Descottes le 31 décembre 2017

LA PRESSE DE L’ÉPOQUE

 

Terminator

Terminator

 

Pour

 

« Ce type de sujet, d’ordinaire, donne lieu à des variations sophistiquées, à de délicieux vertiges intellectuels. Le réalisateur James Cameron n’étant visiblement pas sujet à ces vertiges, se contente de filmer l’histoire comme une honnête course-poursuite, dont le sel tient à ce que le mutant est proprement indesctructible. » Emmanuel Carrière – Télérama n°1841 du 24 avril 1985.

 

« (…) Terminator ne se signale pas par les qualités exceptionnelles de son scénario, ni par l’originalité percutante de sa facture. Ce sont les horreurs bien connues de la robotique exacerbée et les chausses trappes prévisibles des voyages dans le temps qui fournissent l’essentiel de ses péripéties et il faudrait n’avoir jamais rien vu pour les trouver le moins du monde surprenantes. Ce qui accroche, dans cette histoire (…), c’est la sincérité visible de son auteur, le plaisir manifeste qu’il éprouve à la mettre en scène. » Michel Perez – Le Matin du 25 avril 1985.

 

« (…) les films d’action ne sont bons que s’ils reposent sur une histoire solide, ce qui est le cas ici. C’est bien sûr mené tambour battant, mais les jeux du présent et du futur qui se fabriquent l’un l’autre volent à mon avis la vedette aux cascades et effets spéciaux par ailleurs fort réussis comme il se doit. »  Claude Klotz – VSD du 25 avril 1985.

 

« (…) dans ce genre de film où généralement on nous fait payer l’excellence des effets spéciaux ou des cascades par un bâclage du reste, la psychologie est plutôt bien fouillée, laissant notamment leur chance à tous les seconds rôles (…) et suggérant que dans cet univers de mâles baraqués qui se bousillent entre eux, l’espoir et la vraie combativité viendront d’une femme. » Gérard Lefort – Libération du 30 avril 1985.

 

« Action, castagne, nuits violentes, poursuites infernales, tout y passe. C’est de la série B comme on aime : électrique. » François Forestier – L’Express du 3 mai 1985.

 

« (…) cette œuvre, pleine de bruit et de fureur, est une bonne petite série B qui déménage à 100 à l’heure et cartonne un maximum. » Philippe Ross – La Revue du Cinéma n° 405 – Mai 1985

 

« On sort du film considérablement secoué d’autant que le réalisateur n’a pris aucune distance vis-à-vis de son œuvre. Il fonce et on participe pleinement. Refusant l’alibi de la caricature, de la satire politique ou les simples effets d’humour (…) , il joue le jeu du film d’action qui déménage et dérange tout à la fois. » Jean-Pierre Putters – Mad Movies n°35 – Avril 1985.

 

«Un tel hiatus entre le sujet et l’argent devrait atteindre les sommets du ridicule. Le cinéaste réussit à sauver la mise par une constante auto-dérision. Il ne s’agit nullement de distanciation mais tout au contraire de surenchère. Il serait malséant de le bouder. Le spectacle cinématographique est là, dans sa pureté primitive. » Jérome Tonnerre – Cinématographe N° 111 – Juin 1985.

 

Contre

 

« (…) le grand défaut du film est de trop vouloir expliquer l’inexplicable. Les trop longues parenthèses dans le futur et les séquences de bavardages donnent à l’ensemble une prétention qui ne s’imposait pas. » Jean-Philippe Guérand – Première n°97 – Avril 1985.

 

« (…) Terminator déploie un programme minimal, prévisible mais efficace : plus le film avance et plus le robot se décompose (maquillages) jusqu’à finir dans un état de délabrement avancé (un squelette d’acier, bon pour la ferraille). Les bonnes idées ne font pas obligatoirement les bons films et il est navrant de voir Terminator gâcher plan après plan son formidable crédit. » Charles Tesson – Les Cahiers du Cinéma N°373 – Juin 1985.

Commentaires

A la Une

Carlotta Films lance sa plateforme de SVOD

Le distributeur de films de patrimoine propose à son tour un service de SVOD, le Vidéo Club Carlotta Films, pour… Lire la suite >>

Aaron Paul aimerait incarner Kurt Cobain

L’interprète de Jesse Pinkman rêve d’incarner le leader du groupe Nirvana, disparu à l’âge de 27 ans en 1994.  … Lire la suite >>

La plateforme Brefcinema propose des courts-métrages primés chaque semaine

Son lancement reporté, le service de SVOD spécialisé dans l’art du court met en ligne une sélection hebdomadaire de films… Lire la suite >>

The Great : un beau trailer avec Elle Fanning pour la minisérie du scénariste de La Favorite

Dans la veine rafraîchissante de l’oscarisé La Favorite, la série Hulu The Great racontera le début du règne de la… Lire la suite >>

Covid-19 : Stephen King explique comment s’étend une pandémie dans un extrait audio tiré du Fléau

« This is how it works », explique calmement Stephen King, alors qu’il détaille dans un chapitre audio de son roman de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts