Série/ House of Cards (saisons 1, 2 et 3): critique

Publié par Guillaume Ménard le 23 mars 2015
Kevin Spacey et Robin Wright dans House of Cards (saison 1)

Kevin Spacey et Robin Wright dans House of Cards (saison 1)

 

Le récit de la deuxième saison démarre quelques minutes après la fin de la première. Pas de temps mort donc, au vu d’un premier épisode où Frank persiste dans la barbarie, provoquant la suppression d’un des personnages principaux. La suite des évènements devient de plus en plus palpitante, mais aussi résolument plus sombre. Les journalistes du Washington Herald tentent de prouver par tous les moyens les agissements de Frank, qui réplique à sa manière. Dans un registre plus léger, ses apartés fonctionnent toujours autant et provoquent le sourire, ce qui nous amène à tisser un lien familier avec le tyran. Cette démarche évolue, même si la technique reste inchangée, avec les personnages secondaires en arrière-plan qui se retrouvent floutés tandis que le focus est fait sur Frank. Effectivement, lors d’un aparté, Doug demande à Frank ce qu’il vient de dire. Pour la première fois, un personnage présent à côté de l’antihéros l’entend nous interpeller.

 

Cette intrusion révèle l’étau qui se resserre sur Frank, et plus particulièrement sur son intimité. Depuis qu’il occupe le poste de vice-président, il est entouré de gardes du corps. Les moyens de se ressourcer se retrouvent donc limités. Il doit être escorté pour se rendre dans le restaurant de son ami Freddy (Reg E.Cathey), ne peut plus jouer à Call Of Duty car son pare-feu d’internet doit être vérifié. La privation de ses exutoires entraîne une radicalisation. Le personnage doit redoubler d’intensité face à la crise qui le frappe dans cette deuxième saison. Un conflit diplomatique avec la Chine le place dans un triangle infernal avec son ennemi Raymond Tusk, et au centre, le président des Etats-Unis.

 

Kevin Spacey et Molly Parker dans House of Cards (saison 2)

Kevin Spacey et Molly Parker dans House of Cards (saison 2)

 

Ce nouveau chapitre marque aussi l’arrivée du personnage de Jackie Sharp (Molly Parker) à qui Frank compte confier son ancien poste de Whip, lui permettant d’avoir la main mise sur la chambre des représentants. Sa présence sert le récit car elle représente une nouvelle dynamique féminine dans un milieu presque exclusivement masculin. Le sexisme et la domination par la virilité sont mis à mal. Jackie Sharp met les autres politiques à genoux et Claire, face à son passé qui refait surface, fait preuve d’une détermination et d’une lucidité édifiante. Elle gagne en profondeur, ses réactions sont encore plus imprévisibles, provoquant des retournements de situations. Le découpage en est la preuve, avec le principe de centrer dans les plans Claire et Frank. Ainsi, lorsqu’ils apparaissent en public ou lors d’un conflit, les personnages occupent l’espace de manière plus imposante. Ils marquent une parfaite symétrie de l’image renvoyant à la notion de perfection, en contradiction avec le caractère paranoïaque des coulisses.

 

Toute cette architecture rappelle ainsi le classicisme des thrillers politiques, avec un montage nerveux, passant des journalistes à Frank. Dans ce duel avec la presse, on pense immédiatement à Les hommes du Président de Alan J.Pakula, mais aussi à Jeux de Pouvoirs de Kevin MacDonald. Si la réflexion sur le pouvoir était déjà bien exploitée dans la première saison, elle prend une nouvelle dimension dans celle-ci. Ainsi, l’image de Frank, texan à la dent dure, explore davantage ses penchants sexuels, relevés dans l’épisode 8 de la première saison. Ici, Frank assume cette bisexualité, devant une Claire qui se révèle être au courant depuis le début. À l’écran, les non-dits fourmillent et nous assistons à des silences éloquents. Le sexe, pour les Underwood, possède une valeur avant tout opportuniste. L’adultère est toléré s’il ne déborde pas sur le terrain du sentimentalisme. Cette liberté est aussi la force du couple, qui a choisi de ne pas avoir d’enfants, se confrontant ainsi au puritanisme américain.

 

La saison 2 se clôt au sommet, à tous les niveaux, se révélant supérieure à la précédente. L’écriture des épisodes est surprenante d’inventivité et le charismatique Gerald McRaney est excellent dans le rôle de Raymond Tusk. Michael Kelly offre une composition de plus en plus intéressante avec le personnage de Douglas Stamper, qui s’attache à Rachel Posner (Rachel Brosnahan), témoin-clé des actes d’Underwood. La relation du bourreau et de sa victime prend ainsi une nouvelle direction qui dévoile la face cachée de l’homme de main. Ainsi, cette conclusion aurait quasiment pu clôturer la série dans la mesure où Underwood accède au poste ultime en coiffant au poteau ses adversaires. Cette place rêvée depuis l’épisode-pilote est obtenue, accomplissant le but du personnage. Comment alors relancer l’intérêt avec une troisième saison ?

Commentaires

A la Une

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Le réalisateur Thomas Lilti redevient médecin face à la pandémie

Le réalisateur d’Hippocrate a décidé de rejoindre les rangs de ses confrères soignants en pleine crise pandémique de Covid-19.  … Lire la suite >>

Confinement : The Jokers invite petits et grands à jouer avec son cahier d’activités cinéphile

Le distributeur hexagonal de Parasite vous offre de petits jeux ludiques et un concours autour du cinéma, pour divertir petits… Lire la suite >>

Confinement : le décor d’un tournage en pause plonge les passants dans le Paris de l’Occupation

Repérées au début du mois par les habitants du quartier, deux rues de la Butte Montmartre arborent des affiches du… Lire la suite >>

Confinement : Masterclass et cours donnés par de grands noms du septième art en accès libre

Accédez à des centaines de masterclass, de tables rondes, et de cours livrés par des personnalités du cinéma depuis chez… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts