Marvel Renaissance

Le journaliste Philippe Guedj et le réalisateur Philippe Roure cosignent Marvel Renaissance, un documentaire rythmé et percutant de 52 minutes. Ce récit, qui oppose avec un certain brio les artistes de comics et les financiers de Wall Street, retrace les événements qui ont failli faire sonner le glas de Marvel dans les années 1990, submergé par la folie spéculative de la haute finance, avant de se relever et devenir l’un des Empires indéboulonnables à Hollywood et de la pop culture aux côtés de DC. CineChronicle a rencontré les coréalisateurs qui évoquent toute la conception complexe de ce thriller économique, qui sera diffusé ce vendredi 7 mars 2014 à 23h15 sur Canal+, à l’issu de la première projection du milliardaire Avengers de Joss Whedon.

 

 

 

Selfie Philippe Roure et Philippe Guedj - Tournage Marvel Renaissance New York

Selfie Philippe Roure et Philippe Guedj – Tournage Marvel Renaissance New York

CineChronicle :  Qu’est ce qui vous a donné l’idée de ce projet ?

Philippe Guedj : Philippe et moi avons été biberonnés à Marvel et à la culture Strange depuis notre enfance. Mais avec la multiplication des blockbusters à l’écran et le fait que cette culture soit devenue très importante depuis dix ans, je me suis dit qu’il était temps de faire un documentaire qui ferait le point sur le destin et le succès de Marvel. A force de lire des articles sur les sites web et différents ouvrages, tout s’est déclenché. Il y a vraiment une dramaturgie intéressante à raconter. Venant de la presse écrite, je ne me voyais pas réaliser ce projet tout seul, j’en ai parlé à Philippe que je connaissais pour son premier documentaire MARVEL 14 : LES SUPER HÉROS CONTRE LA CENSURE et il a trouvé l’idée très séduisante.

 

CC : Comment s’est déroulé le processus de coécriture ?

Philippe Roure : On a d’abord mis à plat tous les événements autour de la banqueroute. Mais on voulait aller au-delà, à savoir jusqu’aux événements actuels. On cherchait à clore le film sur un moment précis sans qu’on se dise ‘oui mais après ?’. Le point départ était donc la banqueroute et on a développé ensuite l’arrivée des comics Marvel à Hollywood jusqu’à Avengers et le rachat par Disney. Nous avons beaucoup écrit ensemble en amont et sans producteur. La première histoire était colossale car elle traitait de nombreux sujets, trop même. On allait jusqu’à évoquer entre autres l’imbroglio autour des droits de Spider-Man.

PG : Le scénario initial était effectivement construit pour un format de 90 minutes, voire même jusqu’à 2 heures.

 

Spider-Man de Sam Raimi / Marvel

Spider-Man de Sam Raimi / Marvel

CC : Sur quelle base de documents avez-vous travaillé ?

PG : Nous avons travaillé concrètement sur la base de plusieurs sources et ouvrages comme les biographies non autorisées de Stan Lee, le livre Comic Wars du journaliste américain Dan Raviv, qui a fait un magnifique travail d’enquête sur la banqueroute de Marvel. Je me suis basé de mon côté sur des interviews que j’avais faites les années précédentes pour des piges en presse écrite avec Avi Arad et Stan Lee. On s’est aussi énormément basés sur le destin du Comic-Con de San Diego. Dans le montage final, l’événement n’apparaît quasiment pas mais initialement il a un rôle important dans le documentaire pour évoquer l’explosion de la culture super héros et son importance aux yeux d’Hollywood. Lorsque la manifestation a été créée dans les années 70, seulement 200 ou 300 personnes s’y rendaient. Au tournant des années 2000 et grâce notamment au succès de Spider-Man de Sam Raimi, la fréquentation du Comic-Con a largement explosé son quota en dépassant la barre des 100 000 visiteurs. Nous avons donc compilé plusieurs sources, écrit différentes parties du film dans un processus de ping pong permanent avec Philippe. L’écriture s’est déroulée sur plusieurs mois pendant l’année 2011 jusqu’à ce qu’on puisse vraiment accoucher d’une version grâce à Empreinte Digitale qui nous a signé une option en octobre de cette même année.

PR : Nous avons également revu tous les films Marvel, les anciens comme les nouveaux, en envisageant de manière utopique qu’on imaginerait bien tel extrait dans le documentaire.

 

CC : Avez-vous réorienté le scénario après le succès concret d’Avengers en 2012 ?

PG : Disons qu’Avengers était déjà inclus car on se doutait que le film allait être un carton. Cependant j’étais loin du compte. Mais c’était le point d’orgue dans une histoire qui allait crescendo. Mais il a effectivement influencé par ricochet l’écriture. On a été tenté d’appuyer sur le fait que ce triomphe renforce plus que jamais la puissance de Marvel à Hollywood et valide les choix de toute sa stratégie depuis la création des studios en 2008.

 

Avengers de Joss Whedon / Marvel

Avengers de Joss Whedon / Marvel

 CC : Vous êtes-vous posés la question DC car vous l’avez complètement exclu du panorama de votre documentaire, sachant que le premier succès dans l’univers des super héros est Superman ?

PR : On avait intégré au départ plus de DC car effectivement Superman est le premier super héros au cinéma et dans les comics, mais ça ne pouvait pas fonctionner avec un documentaire qui allait parler à 99% de Marvel. On sait que Marvel a la réputation d’être des suiveurs dans les bandes dessinées. Ils ont souvent rebondi sur les modes et les tendances du moment. On avait conçu un historique de Marvel sur les comics et à travers les quelques adaptations cinématographiques après Superman, comme un Spider-Man peu connu qui était une compilation de la série TV, un Hulk aussi, The Punisher ou encore le Fantastic Four de Roger Corman si on remonte un peu plus loin. Mais toutes les versions des super héros transposées par Marvel sur grand écran étaient à l’époque quand même calamiteuses.

PG : Ta question est pertinente. Comme il le mentionne, on voulait l’intégrer mais aussi signifier que DC pouvait se reposer sur ses succès comme Superman et Batman de Tim Burton pendant que Marvel ramait sur le front des films depuis des années. Néanmoins sur 52 minutes, on a dû couper et recentrer sur Marvel. On est conscient que ça manque.

PR : Deux points ont disparu du film : DC et le personnage de Stan Lee. Tout ce que Marvel doit à Stan Lee et tout ce qu’on doit à Stan Lee. On en parle à deux trois reprises mais au départ il était plus présent même s’il ne représente pas un personnage central au même titre que les autres intervenants puisqu’il est question ici de la banqueroute.

Commentaires

A la Une

Disclaimer : Cate Blanchett et Kevin Kline dans une série d’Alfonso Cuarón

Apple continue d’attirer de grands noms sur sa plateforme de streaming en offrant une série à Alfonso Cuarón qui dirigera… Lire la suite >>

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 526 906 1 526 906
2 LES BODIN'S EN THAILANDE 330 688 2 910 869
3 HOUSE OF GUCCI 293 474 1 293 474
4 ALINE 191 109 3 1 087 526
5 LES ETERNELS 123 205 4 1 579 070
6 RESIDENT EVIL : BIENVENUE A RACCOON CITY 110 288 1 110 288
7 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 102 040 2 260 962
8 DE SON VIVANT 90 106 1 90 106
9 SUPREMES 77 095 1 77 095
10 AMANTS 72 186 2 208 189

Source: CBO Box office

Nos Podcasts