Livre / Darkness 5. Homosexualité, censure et cinéma : critique

Publié par Jacques Demange le 7 juillet 2019

Résumé : Cinquième tome de la Collection « Darkness » consacré à la représentation de l’homosexualité au cinéma et à son rapport avec la censure.

♥♥♥♥

 

Darkness 5 Homosexualite censure et cinema

Darkness 5. Homosexualité, censure et cinéma

La publication de ce cinquième tome Darkness aux éditions LettMotif prolonge la qualité de ses prédécesseur. Placé sous la direction de Christophe Triollet, juriste et spécialiste de la question de la censure au cinéma, ce collectif aborde la problématique de l’homosexualité à travers différentes approches concomitantes. Histoire, culture, sociologie et droit s’entrelacent pour aborder une thématique toujours taboue au pays de l’image mouvante. Le motif de l’homosexualité à l’ère du classicisme hollywoodien permet dans un premier temps de relativiser la prétendue liberté d’expression de la période du pré-code et de souligner l’émergence de stéréotypes appelés à perdurer. Femme ou homme de l’ombre, l’homosexuel voit son discours relégué au second degré tandis que les allusions trop directes à sa sexualité se doivent d’être dissimulées. Cet art du troncage et du coup de ciseau se retrouve encore aujourd’hui, l’ouvrage nous apprenant que les franchises Thor ou Star Trek ont, elles aussi, préféré supprimer certaines séquences ou dialogues révélant l’homosexualité d’un de leurs personnages. Le cinéma contemporain n’est donc pas à l’abri des censeurs de toute sorte comme le soulignent encore les brèves clôturant le volume. De la suppression des affiches de L’inconnu du lac à Versailles et Saint-Cloud, à l’interdiction aux mineurs du récent Power Rangers en Russie (pour cause de « propagande homosexuelle »), la censure semble avoir de beaux jours devant elle. Pour trouver une représentation plus juste de homosexualité, il faut alors se tourner vers les marges du cinéma mainstream. Comme à leur habitude, les différents articles composant ce volume assurent le plaisir de la découverte. Cinématographies (Israël, l’Orient), genres (le péplum, les films sur le Moyen-Âge), réalisateurs (Lionel Soukaz, Jack Smith, Pasolini) ou films (Boys in the Sand) peu connus du grand public se voient ainsi consacrer des chapitres entiers. Cette qualité analytique se retrouve aussi dans l’étude de productions familières des cinéphiles (Cruising ; Leather Bar ; la série télévisée Modern Family) qui, rassemblées autour d’une problématiques et de thématiques communes, profitent de développements détaillés. Si ce large corpus d’exemples a de quoi réjouir, on pourra regretter que le cinéma d’animation n’ait bénéficié d’aucun traitement particulier. Ainsi des Loud, série destinée à la jeunesse et qui par sa mise en scène de différents personnages homosexuels (dont un couple de parents) aurait mérité d’être mentionné.

 

 

 

  • DARKNESS 5. HOMOSEXUALITÉ, CENSURE ET CINÉMA
  • Auteur : Christophe Triollet (sous la direction de)
  • Éditions : LettMotif
  • Collection : Darkness 
  • Date de parution : 24 mai 2019
  • Format : 290 pages
  • Tarif : 25 € (print) – 12,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts