Deauville 2017/ Katie Says Goodbye de Wayne Roberts : critique

Publié par Antoine Gaudé le 8 septembre 2017

Synopsis : Katie, une jeune serveuse au cœur d’or, habite dans le Sud-Ouest américain et rêve d’une nouvelle vie à San Francisco. Elle vit ses premières amours et se révèle d’une honnêteté désarmante. Son empathie compulsive envers les autres fait d’elle une proie facile, et ce sont ceux qu’elle aime le plus au monde qui mettront à rude épreuve la ténacité et l’innocence qui la caractérisent.

♥♥♥♥♥

 

Katie Says Goodbye - affiche

Katie Says Goodbye – affiche

Si l’enfer sur terre a un nom, une localisation et un décor, le monde de Katie Says Goodbye n’en serait pas loin. Dans ce décorum, dont le temps semble s’être arrêté dans les années 1950, l’espoir a définitivement abandonné ces terres. Seule Katie (Olivia Cooke), souriante et candide serveuse du dinner du coin, continue de rêver, d’amour et de Californie. Le film de Wayne Roberts a quelque chose à la fois d’agaçant et de profondément touchant. Il est énervant en cela qu’il ne laisse aucune place à la révolte. La cruauté dont est ici victime Katie est insupportable, tant moralement que visuellement. Aucun être humain, avec un minimum de dignité, n’accepterait ce que subit la trop gentille Katie. Mais c’est qu’elle n’en fait qu’un personnage de fable, complètement fantasmé, une nouvelle Alice en quelque sorte ; une poupée au charme incontestable, immaculée d’innocence et d’insouciance. Elle s’élève ainsi en dernier garant d’une humanité perdue. Elle rayonne dans un désert hostile où chaque monstre (pervers sexuel, lâche décérébré, autiste repris de justice) s’avance publiquement, librement, sans que personne ne remette en cause ce mode de vie patriarcale, machiste et décadent. Si elle croit encore à l’amour véritable avec l’énigmatique Bruno (Christopher Abbott), bloc d’austérité au regard fragile, ce n’est pas par naïveté, mais par nature, voire par mission. Sincère et spontanée, elle souhaite et apporte le bonheur aux autres, à ses proches, sa mère et même aux monstres. Mais lorsque le rêve vire au cauchemar, Katie, complètement vidée et acculée, n’a plus d’autre choix que fuir et d’oublier, sans se retourner. Une renaissance, une autre vie commence alors, loin de l’enfer et de ses créatures.

.

.

.

  • KATIE SAYS GOODBYE
  • Sortie salles : 3 janvier 2018
  • Réalisation : Wayne Roberts
  • Avec : Olivia Cooke, Christopher Abbott, Natasha Bassett, Jim Belushi, Chris Lowell, Mireille Enos, Mary Steenburgen…
  • Production : Kimberly Parker, Eric Schultz, Jacob Wassermann, Carlo Sirtori, Max Born, Benjamin Steiner, David Steiner
  • Scénario : Wayne Roberts
  • Photographie : Paul Huidobro
  • Montage : Sabine Emiliani, Carlo Sirtori
  • Décors : Tania Bijlani, Scott Christopher Clark
  • Costumes : Amit Gajwani
  • Musique : Dan Romer
  • Distribution : Bodega Films
  • Durée : 1h28

.

Commentaires

A la Une

La série des frères Coen pour Netflix tournée en numérique

Joel et Ethan Coen tournent en numérique pour leur première série, The Ballad of Buster Scruggs, produite par Netflix.  … Lire la suite >>

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender dans Kung Fury 2

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender et David Hasselhoff dans Kung Fury 2, toujours réalisé par David Sandberg.      … Lire la suite >>

Box office France : Cinquante nuances plus claires et Les Tuche 3 au coude à coude

Au top hebdo du 7 au 13 février, Cinquante nuances plus claires déloge de peu Les Tuche 3 tandis que… Lire la suite >>

Le monde de la musique en deuil avec la disparition de Johann Johannsson à 48 ans

Johann Johannsson, le compositeur de Premier Contact, récompensé pour Une Merveilleuse Histoire Du Temps, est décédé ce vendredi 9 février… Lire la suite >>

Alex Garland développe une série télévisée pour FX

Alex Garland, le réalisateur de Ex-Machina, planche sur une série télévisée en huit parties pour FX, alors que Annihilation est… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES 1 257 650 1 1 257 650
2 LES TUCHE 3, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITUCHE 1 254 001 2 3 455 008
3 LE LABYRINTHE : LE REMEDE MORTEL 751 040 1 751 040
4 LE 15H17 POUR PARIS 204 845 1 204 845
5 PENTAGON PAPERS 198 541 3 978 336
6 CRO MAN 191 950 1 191 950
7 JUSQU'A LA GARDE 122 946 1 122 946
8 WONDER WHEEL 102 050 2 253 371
9 LE VOYAGE DE RICKY 92 127 1 92 127
10 THE GREATEST SHOWMAN 91 857 3 479 607

Source: CBO Box office