Deauville 2017/ Gook de Justin Chon : critique

Publié par Antoine Gaudé le 5 septembre 2017

Synopsis : Eli et Daniel, deux frères d’origine coréenne, gèrent un petit magasin de chaussures pour femmes situé dans un quartier majoritairement afro-américain de Los Angeles. Ils se lient d’une amitié profonde et improbable avec Kamilla, une jeune fille âgée de seulement onze ans. Un jour, les tensions raciales entre communautés atteignent leur paroxysme et des rixes – les tristement célèbres émeutes de 1992 – éclatent dans la ville. En cherchant à protéger le magasin, ce sont les notions mêmes de famille, de rêves et d’avenir que le trio va devoir être amené à reconsidérer.

♥♥♥♥♥

 

Gook - affiche

Gook – affiche

Second film du réalisateur américano-coréen, Justin Chon, Gook, présenté à Deauville, est une plongée dans le quartier de Paramount à L.A en avril 1992, le jour où de violentes émeutes éclatent suite à la décision de justice de déclarer les policiers non-coupables d’une agression sur un jeune noir, Rodney King. Laissant au loin les fameuses émeutes de South Central, le film suit deux frères d’origine coréenne, Eli et Daniel, dans leur quotidien de vendeur de chaussures discount ou « tombées du camion », ainsi qu’une jeune noire de onze ans, Kamilla, qui préfère leur prêter main forte à la boutique plutôt que d’aller à l’école. En formant ce trio, Gook tente d’abord de dépasser les clivages raciaux et la perte d’identité dans un élan naïf mais sincère, voire touchant. Pour cela, le réalisateur, qui joue d’ailleurs Eli dans le film, alterne entre des scènes légères (de danse, de chant) et plus violentes (les agressions, les incessantes insultes). Si le noir et blanc de l’image laisse imaginer l’artifice documentaire ou même l’intemporalité, il y a chez Chon un vrai désir de s’évader l’espace de quelques instants d’un univers de plus en plus hostile, où il est impossible de sortir dans la rue sans être alpagué, humilié et souvent tabassé. C’est tous ces moments de pause et de détente entre les protagonistes, voire de visions poétiques qui irradient le film d’un sentiment de réconciliation et d’union salvatrices. Car le rêve de la génération précédente – les fameux parents absents à l’image du vieux Mr. Kim – s’est visiblement envolé. L’idée d’un « avenir meilleur » n’a plus aucun sens pour cette nouvelle génération, délaissée de tous comme le prouve en fond l’affaire Rodney King, qui fait logiquement écho à un passé encore plus récent. Personne n’est dupe, même pas ce pauvre Daniel, qui se rêve chanteur RnB entre deux passages à tabac, mais dont la seule démo contient des bruits de chien en arrière-fond. Prisonnier du « rêve » de leurs parents, cette génération doit en finir, et pour cela, l’émancipation reste la première option mais elle ne peut se faire qu’avec une forme de radicalité, de brutalité même. Si Gook a d’énormes défauts d’écriture, en particulier ce final à l’étrange surenchère dramatique – son côté American History X peut-être -, il reste un film qui marque, non pas par son souci d’évoquer les problèmes de violences, d’émeutes ou d’injustice, largement abordés dans le cinéma américain, mais par la place qu’il donne à cette communauté asiatique, souvent parent pauvre de ce cinéma (hormis dans le génial Gran Torino), et qui se voit offrir ici une place de choix au centre de l’image.

.

.

.

  • GOOK
  • Sortie : prochainement
  • Réalisation : Justin Chon
  • Avec : Justin Chon, Omono Okojie, Simon Baker, Sang Chon, Chris Jai Alex, Jeff Corbett, Terence Dickson, Cesar Garcia…
  • Production : Alex Chi, James J. Yi…
  • Scénario : Justin Chon
  • Photographie : Ante Cheng
  • Montage : Reynolds Barney, Rooth Tang
  • Décors : Sharon Roggio, Jena Serbu
  • Costumes : Eunice Jera Lee
  • Musique : Roger Suen
  • Distribution : Kinology
  • Durée : 1h34

.

Commentaires

A la Une

Y a-t-il un flic : Pamela Anderson rejoint Liam Neeson dans le remake 

Le projet de remake de la saga Y a-t-il un flic va raviver la nostalgie de nombreux fans, avec l’arrivée de l’icône Pamela Anderson aux côtés de Liam Neeson.

Cannes 2024 : La Quinzaine des cinéastes dévoile sa sélection officielle

La 56e sélection de la Quinzaine des cinéastes se révèle avec des films indépendants, engagés et atypiques à travers le globe.

Cannes 2024 : La sélection de la Semaine de la Critique

La Semaine de la Critique, qui aura lieu entre le 15 et le 23 mai, a dévoilé sa sélection qui vise toujours à mettre en avant les premiers et seconds longs-métrages.

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts