Deauville 2017/ My Friend Dahmer de Marc Meyers : critique

Publié par Antoine Gaudé le 9 septembre 2017

Synopsis : Adolescent au comportement étrange, Jeff Dahmer vit chez ses parents bientôt divorcés. Il collectionne les cadavres d’animaux trouvés en bord de route et épie régulièrement un voisin qui fait son jogging devant chez lui. Au lycée, personne ne lui prête la moindre attention, jusqu’au jour où, au début de son année de terminale, il se met à simuler des crises d’épilepsie dans les couloirs de son établissement. Amusés par ses pitreries, un groupe de boutonneux du lycée décide de monter le « Dahmer Fan Club », dans un esprit d’amicale solidarité qui peine pourtant à masquer l’état de dépravation avancée du jeune homme devenant chaque jour de plus en plus incontrôlable.

♥♥♥♥♥

 

My Friend Dahmer - affiche

My Friend Dahmer – affiche

Tirée d’une histoire vraie, celle de Jeffrey Dahmer, et adapté d’une bande dessinée écrite par un ex-camarade d’école, Derf Backderf, My Friend Dahmer de Marc Meyers, présenté en compétition à Deauville, retrace la dernière année de lycée du futur et célèbre « cannibale de Milwaukee » à la fin des années 1970. Le film se focalise sur l’émergence du « vrai » Jeffrey Dahmer, le passage du jeune asocial, qui faisait des expériences sordides sur des animaux morts dans sa petite cabane isolée, au véritable freak, cette bête de foire simulant des crises d’épilepsie et des attitudes de trisomique dans les couloirs du lycée pour principalement amuser son fan club. Humour noir et blagues douteuses garanties, le film joue sur le malaise que procure la vision du jeune Jeff. De sa coupe de cheveux à sa posture bossue en passant par son regard opaque derrière ses gigantesques lunettes, Jeff est terrifiant de nature. Il le sait et le film aussi (les photos de classe). Le spectre du tueur plane littéralement sur le film, qui joue avec le spectateur sur son attente et sur une forme de voyeurisme scopique. Chaque séquence fonctionne comme une annonce du premier dérapage violent, qui sera évidemment retardé ou décalé par le cinéaste. L’équilibre du film tient donc sur peu de choses, car la redondance de ce schéma peut rapidement annihiler l’intensité du drame. Pour densifier l’ensemble, Meyers accentue, assez maladroitement, les fameuses circonstances atténuantes ; une famille dysfonctionnelle, un divorce compliqué, des camarades cruels, voire opportunistes. Sauf que ces circonstances ne construisent pas nécessairement des monstres. Le film donne l’impression que Jeff aurait pu être différent, si son père ne l’avait pas poussé à avoir une vie sociale, si son homosexualité n’avait pas été bridée, si sa mère avait été présente, si ses camarades ne l’avaient pas seulement considéré comme un freak, s’il n’avait pas sombré dans l’alcool. Si on l’avait tout simplement laissé à sa biologie. Mais les expériences de Jeff montrent déjà un comportement violent et destructeur, une anormalité qui le poussera à commettre ces futurs crimes. La puissance cinématographique du film naît surtout de son rapport à l’imaginaire du spectateur, à nos désirs pervers d’assister à la naissance d’un monstre, d’un vrai pour une fois, et ainsi de voir la gêne et le malaise se diffuser, grossir jusqu’à devenir insoutenable. C’est une des dimensions anthropologiques et psychologiques du cinéma que de répondre à ce besoin primaire de cruauté tel un archétype qu’activeraient les mécanismes de la mise en scène de Meyers.

.

.

.

  • MY FRIEND DAHMER
  • Sortie : prochainement
  • Réalisation : Marc Meyers
  • Avec : Ross Lycnh, Anne Heche, Vincent Kartheiser, Alex Wolff, Dallas Roberts, Miles Robbins, Cameron McKendry, Carmen Gangale…
  • Scénario : Marc Meyers, d’après le roman graphique américain Mon ami Dhamer (My Friend Dahmer) de John « Derf » Backderf
  • Production : Milan Chakraborty, Jody Girgenti, Adam Goldworm, Michael Merlob, Marc Meyers
  • Photographie : Daniel Katz
  • Montage : Jamie Kirkpatrick
  • Décors : Jennifer Klide, Carmen Navis
  • Costumes : Carla Shivener
  • Musique : Andrew Hollander
  • Distribution :
  • Durée : 1h47

.

Commentaires

A la Une

James Franco pourrait se démultiplier dans un spin-off X-Men

James Franco est en pourparlers pour incarner le mutant Multiple Man dans un nouveau spin-off X-Men en préparation chez 20th Century… Lire la suite >>

Le prochain film de Quentin Tarantino chez Sony Pictures

Sony Pictures financera et distribuera le prochain film de Quentin Tarantino. Brad Pitt, Leonardo DiCaprio et Tom Cruise sont envisagés…. Lire la suite >>

Catch-22 décliné en série avec George Clooney

Catch-22, tiré du roman de Joseph Heller en 1961 et adapté au cinéma par Mike Nichols en 1970, va connaître… Lire la suite >>

Luc Besson et Jean Dujardin sur un projet de série pour ABC

Luc Besson et Jean Dujardin vont collaborer ensemble pour un projet de série pour ABC, d’après les romans de James… Lire la suite >>

Un nouveau trailer pour Hostiles avec Christian Bale

Le western ambitieux de Scott Cooper, avec Christian Bale, se dévoile un peu plus dans un second trailer.       Après… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 EPOUSE-MOI MON POTE 341 694 3 1 955 056
2 AU REVOIR LA-HAUT 338 527 3 1 328 735
3 JALOUSE 315 948 1 315 948
4 THOR : RAGNAROK 311 991 3 2 160 075
5 LE SENS DE LA FETE 182 466 6 2 686 809
6 L'ECOLE BUISSONNIERE 177 426 5 1 600 541
7 CARBONE 169 674 2 504 465
8 LA MONTAGNE ENTRE NOUS 129 306 1 129 306
9 JIGSAW 125 623 2 428 090
10 TOUT NOUS SEPARE 101 574 1 101 574

Source: CBO Box office