Deauville 2017/ My Friend Dahmer de Marc Meyers : critique

Publié par Antoine Gaudé le 9 septembre 2017

Synopsis : Adolescent au comportement étrange, Jeff Dahmer vit chez ses parents bientôt divorcés. Il collectionne les cadavres d’animaux trouvés en bord de route et épie régulièrement un voisin qui fait son jogging devant chez lui. Au lycée, personne ne lui prête la moindre attention, jusqu’au jour où, au début de son année de terminale, il se met à simuler des crises d’épilepsie dans les couloirs de son établissement. Amusés par ses pitreries, un groupe de boutonneux du lycée décide de monter le « Dahmer Fan Club », dans un esprit d’amicale solidarité qui peine pourtant à masquer l’état de dépravation avancée du jeune homme devenant chaque jour de plus en plus incontrôlable.

♥♥♥♥♥

 

My Friend Dahmer - affiche

My Friend Dahmer – affiche

Tirée d’une histoire vraie, celle de Jeffrey Dahmer, et adapté d’une bande dessinée écrite par un ex-camarade d’école, Derf Backderf, My Friend Dahmer de Marc Meyers, présenté en compétition à Deauville, retrace la dernière année de lycée du futur et célèbre « cannibale de Milwaukee » à la fin des années 1970. Le film se focalise sur l’émergence du « vrai » Jeffrey Dahmer, le passage du jeune asocial, qui faisait des expériences sordides sur des animaux morts dans sa petite cabane isolée, au véritable freak, cette bête de foire simulant des crises d’épilepsie et des attitudes de trisomique dans les couloirs du lycée pour principalement amuser son fan club. Humour noir et blagues douteuses garanties, le film joue sur le malaise que procure la vision du jeune Jeff. De sa coupe de cheveux à sa posture bossue en passant par son regard opaque derrière ses gigantesques lunettes, Jeff est terrifiant de nature. Il le sait et le film aussi (les photos de classe). Le spectre du tueur plane littéralement sur le film, qui joue avec le spectateur sur son attente et sur une forme de voyeurisme scopique. Chaque séquence fonctionne comme une annonce du premier dérapage violent, qui sera évidemment retardé ou décalé par le cinéaste. L’équilibre du film tient donc sur peu de choses, car la redondance de ce schéma peut rapidement annihiler l’intensité du drame. Pour densifier l’ensemble, Meyers accentue, assez maladroitement, les fameuses circonstances atténuantes ; une famille dysfonctionnelle, un divorce compliqué, des camarades cruels, voire opportunistes. Sauf que ces circonstances ne construisent pas nécessairement des monstres. Le film donne l’impression que Jeff aurait pu être différent, si son père ne l’avait pas poussé à avoir une vie sociale, si son homosexualité n’avait pas été bridée, si sa mère avait été présente, si ses camarades ne l’avaient pas seulement considéré comme un freak, s’il n’avait pas sombré dans l’alcool. Si on l’avait tout simplement laissé à sa biologie. Mais les expériences de Jeff montrent déjà un comportement violent et destructeur, une anormalité qui le poussera à commettre ces futurs crimes. La puissance cinématographique du film naît surtout de son rapport à l’imaginaire du spectateur, à nos désirs pervers d’assister à la naissance d’un monstre, d’un vrai pour une fois, et ainsi de voir la gêne et le malaise se diffuser, grossir jusqu’à devenir insoutenable. C’est une des dimensions anthropologiques et psychologiques du cinéma que de répondre à ce besoin primaire de cruauté tel un archétype qu’activeraient les mécanismes de la mise en scène de Meyers.

.

.

.

  • MY FRIEND DAHMER
  • Sortie : prochainement
  • Réalisation : Marc Meyers
  • Avec : Ross Lycnh, Anne Heche, Vincent Kartheiser, Alex Wolff, Dallas Roberts, Miles Robbins, Cameron McKendry, Carmen Gangale…
  • Scénario : Marc Meyers, d’après le roman graphique américain Mon ami Dhamer (My Friend Dahmer) de John « Derf » Backderf
  • Production : Milan Chakraborty, Jody Girgenti, Adam Goldworm, Michael Merlob, Marc Meyers
  • Photographie : Daniel Katz
  • Montage : Jamie Kirkpatrick
  • Décors : Jennifer Klide, Carmen Navis
  • Costumes : Carla Shivener
  • Musique : Andrew Hollander
  • Distribution :
  • Durée : 1h47

.

Commentaires

A la Une

Trailer du documentaire sur Steven Spielberg pour HBO

HBO a mis en ligne la bande annonce du documentaire consacré à la carrière remarquable de l’une des légendes du… Lire la suite >>

Un premier trailer superbe pour Isle of Dogs de Wes Anderson

Wes Anderson a enfin dévoilé la première bande annonce attrayante de Isle of Dogs, son prochain film d’animation en stop-motion… Lire la suite >>

TOP 10 des meilleures adaptations de Stephen King au cinéma

À l’occasion des soixante-dix ans de Stephen King, retour sur les meilleures adaptations au cinéma de l’un des écrivains les plus… Lire la suite >>

120 battements par minute représentera la France aux Oscars

Le comité de sélection du CNC a fait son choix : 120 battements par minute de Robin Campillo a été… Lire la suite >>

Court Métrange : en route pour la 14e édition!

Du 18 au 22 octobre aura lieu la 14e édition du Festival Court Métrange de Rennes avec, au programme, 71… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BARRY SEAL : AMERICAN TRAFFIC 271 607 1 271 607
2 SEVEN SISTERS 251 165 3 1 184 885
3 MOTHER ! 190 141 1 190 141
4 OTEZ-MOI D'UN DOUTE 167 832 2 417 481
5 LES GRANDS ESPRITS 104 837 1 104 837
6 120 BATTEMENTS PAR MINUTE 94 341 4 632 946
7 BARBARA 87 677 2 233 530
8 PETIT PAYSAN 73 440 3 304 828
9 LE REDOUTABLE 72 473 1 72 473
10 NOS ANNEES FOLLES 66 095 1 66 095

Source: CBO Box office