Deauville 2017/ Sweet Virginia de Jamie M. Dagg : critique

Publié par Antoine Gaudé le 7 septembre 2017

Synopsis : Sam, un ancien champion de rodéo, mène une vie rangée dans une petite ville de l’Alaska. Il se lie d’amitié avec un nouveau venu, sans savoir que le jeune homme est responsable des récents actes de violence survenus dans la bourgade. L’entourage de Sam, ses proches comme ses employeurs, contribuent à briser l’équilibre qui était celui de cette communauté. Le héros fatigué va alors devoir affronter ses démons d’hier et d’aujourd’hui afin de mettre hors d’état de nuire cet imprévisible prédateur.

♥♥♥♥♥

 

Sweet Virginia - photo

Sweet Virginia – photo

Second film de Jamie M. Dagg après River (2015), Sweet Virginia, présenté à Deauville, avait de quoi susciter de l’intérêt. Son casting prometteur (Christopher Abbott, Imogen Poots, Jon Bernthal, Rosemarie Dewitt), son scénario sous forme de vigilante movie, ainsi que son univers de rednecks laissaient envisager toute cette imagerie foisonnante générée, depuis des années, par l’Amérique profonde, ses habitants et ses secrets. Dans un paysage si référencé par le cinéma – la majorité des cinéastes américains sont déjà allés tourner dans ces dinners et fameux motels, il était difficile pour Sweet Virginia de sortir du lot. Les frères Coen (Fargo), David Cronenberg (History of violence), Jeff Nichols (Mud), Kelly Reichardt (Certain Women) ou David Gordon Green (Joe) ont tous balisé ce terrain de jeu en s’appropriant personnellement cet espace. C’est d’ailleurs avec une certaine ambition que Dagg prend l’option du film d’horreur. Mais il va complètement s’y enfermer. Visiblement trop obstiné par la construction d’une ambiance horrifique – la musique angoissante et assourdissante, les impressions d’être suivi, une violence latente, les lents travellings sur des couloirs vides –, le film n’est que dans la posture, à la fois hiératique et référencée, d’un genre qui doit faire éclater sa fureur. Et derrière cette ambiance morbide, il n’y a qu’un scénario alambiqué, sans romanesque ni visée politique, où la caractérisation reste le plus souvent approximative (les personnages féminins sont sacrifiés) et l’espace géographique totalement anecdotique. C’est donc davantage dans le huis clos et l’isolement des personnages que le film trouve la source filmique de son face à face entre Jon Bernthal et Christopher Abbott, seul intérêt d’un film aux enjeux limités. Car ce n’est pas l’apport psychologique, surchargé en dramaturgie du bourru Rossi (Bernthal), qui enthousiasme ici mais plutôt le mutisme ou la présence maladive d’Elwood (Abbott), qui évoque par instants la géniale performance de Javier Bardem dans No Country for old men, encore une référence.

.

.

.

  • SWEET VIRGINIA
  • Sortie : prochainement
  • Réalisation : Jamie M. Dagg
  • Avec : Christopher Abbott, Jon Bernthal, Rosemarie Dewitt, Imogen Poots, Odessa Young…
  • Production : Chris Ferguson, Brian Kavanaugh-Jones, Fernando Loureiro, Roberto Vasconcellos
  • Scénario : Benjamin China, Paul China (The China brothers)
  • Image : Jessica Lee Gagné
  • Montage : Duff Smith
  • Décors : Danny Vermette, Robin Tilby
  • Costumes : Mia Fiddis
  • Musique : Brooke Blair, Will Blair
  • Distribution :
  • Durée : 1h35

.

Commentaires

A la Une

La série des frères Coen pour Netflix tournée en numérique

Joel et Ethan Coen tournent en numérique pour leur première série, The Ballad of Buster Scruggs, produite par Netflix.  … Lire la suite >>

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender dans Kung Fury 2

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender et David Hasselhoff dans Kung Fury 2, toujours réalisé par David Sandberg.      … Lire la suite >>

Box office France : Cinquante nuances plus claires et Les Tuche 3 au coude à coude

Au top hebdo du 7 au 13 février, Cinquante nuances plus claires déloge de peu Les Tuche 3 tandis que… Lire la suite >>

Le monde de la musique en deuil avec la disparition de Johann Johannsson à 48 ans

Johann Johannsson, le compositeur de Premier Contact, récompensé pour Une Merveilleuse Histoire Du Temps, est décédé ce vendredi 9 février… Lire la suite >>

Alex Garland développe une série télévisée pour FX

Alex Garland, le réalisateur de Ex-Machina, planche sur une série télévisée en huit parties pour FX, alors que Annihilation est… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES 1 257 650 1 1 257 650
2 LES TUCHE 3, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITUCHE 1 254 001 2 3 455 008
3 LE LABYRINTHE : LE REMEDE MORTEL 751 040 1 751 040
4 LE 15H17 POUR PARIS 204 845 1 204 845
5 PENTAGON PAPERS 198 541 3 978 336
6 CRO MAN 191 950 1 191 950
7 JUSQU'A LA GARDE 122 946 1 122 946
8 WONDER WHEEL 102 050 2 253 371
9 LE VOYAGE DE RICKY 92 127 1 92 127
10 THE GREATEST SHOWMAN 91 857 3 479 607

Source: CBO Box office