Deauville 2016/ Certain Women de Kelly Reichardt : critique

Publié par Antoine Gaudé le 3 septembre 2016

Synopsis : Au cœur du Montana, trois femmes, trois destins croisés. Celui d’une avocate qui intervient lors d’une prise d’otage orchestrée par l’un de ses clients, un homme mécontent persuadé d’avoir été lésé par une décision judiciaire. Celui d’une femme qui s’installe avec son mari dans une nouvelle maison et prend conscience du différend qui les sépare quand ils cherchent à persuader un vieil homme de vendre son stock de pierres. Celui d’une ouvrière agricole qui se lie d’amitié avec une jeune avocate, laquelle se retrouve à devoir animer des ateliers d’aide juridique pour adultes, deux fois par semaine, à plus de quatre heures de son domicile.

♥♥♥♥

 

Certain Women de Kelly Reichardt - affiche

Certain Women de Kelly Reichardt – affiche

Après avoir remporté le Grand Prix du Festival de Deauville en 2013 avec l’excellent Night Moves, la réalisatrice Kelly Reichardt revient cette année en compétition avec l’intriguant Certain Woman, portée par son actrice fétiche Michelle Williams et les non moins célèbres Kristen Stewart et Laura Dern. Parmi les quatre portraits de femmes que filment Reichardt, c’est la relation qui lie la palefrenière (Gladstone) à la jeune avocate (Stewart), qui offre à ce drame ces plus beaux moments. À travers cette relation laconique entre deux femmes que tout oppose, Reichardt parvient une nouvelle fois à distiller son rythme si singulier : mélange de fable écologique, imprégnée de vision contemplative d’un Montana plus froid et hostile que jamais, et de sentiment d’incommunicabilité et de distance tant géographique que morale. C’est toujours dans l’interaction entre personnages et décors naturels que les films de Reichardt dévoilent leur tension et leur non-dit. Une forme de présence et d’absence qui irrigue tous les plans de la cinéaste. Les trajectoires dessinées par ces femmes énigmatiques sont autant dues à un refus catégorique de romancer leur « petite » histoire et d’en agencer une progression narrative classique qu’à rendre justice à leur quotidien morose et souvent solitaire. Mais aussi à ces gestes et humeurs superflus qui façonnent subtilement leur personnalité aux sensibilités plus communes qu’elles n’y paraissent.

.

Michelle Williams - Certain WomenKristen Stewart - Certain WomenLaura Dern - Certain WomenLily Gladstone - Certain Women

.

Reichardt les observe donc dans leur « travail », dans leur manière de construire, ou non, des relations « professionnelles » avec leurs collègues, leurs élèves, leurs clients, leurs chevaux et leurs familles. On en revient finalement toujours à l’idée d’une communauté à part entière, au fondement ou à l’émergence de quelque chose, d’une romance, d’une amitié ou bien d’un foyer (ces fameuses roches nécessaires pour construire une maison). Après les environnementalistes de Night Moves et les pionniers de La dernière piste, Reichardt s’attarde sur les travailleuses invétérées qui se réfugient dans leur profession pour masquer un manque, une faille ou bien une fracture profonde. Extrêmement seules, elles vivent isolées du monde extérieur (Glastone, Stewart), voire même du leur (Williams), et semblent incapables de compassion à l’égard des autres alors qu’elles aimeraient en avoir (Dern, Stewart). Il va sans dire que Certain Woman en déstabilisera plus d’un. Plus hermétique et intimiste que les précédents films de la réalisatrice, sa forme éclatée, ses silences lancinants et ses regards empathiques demandent de replacer la vie de ces femmes dans leur milieu avec leur contexte. Celui d’un immense espace qu’elles observent par d’étroites lucarnes, ouverture sur le monde et appel de l’extérieur, qu’elles ne peuvent décemment s’offrir, prisonnières de leur condition.

.

Antoine Gaudé

.

.

.

  • CERTAIN WOMEN de Kelly Reichardt ne dispose pas encore de date de sortie en salles.
  • Avec : Michelle Williams, Kristen Stewart, Lily Gladstone, Laura Dern, Jared Harris, James LeGros, Rene Auberjonois, John Getz…
  • Scénario : Kelly Reichardt d’après l’œuvre de Maile Meloy
  • Production : Neil Kopp, Vincent Savino, Anish Savjani
  • Photographie : Christopher Blauvelt
  • Montage : Kelly Reichardt
  • Décors : Pamela Day
  • Musique : Jeff Grace
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 1h47

.

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts