Deauville 2016/ Infiltrator de Brad Furman : critique

Publié par Antoine Gaudé le 3 septembre 2016

Synopsis : L’agent fédéral Bob Mazur a pour mission d’infiltrer le cartel de drogue de Pablo Escobar. Son but : faire tomber 85 barons et une banque internationale. Son plan : s’inventer un passé, une identité, une fiancée. Son risque : le moindre faux pas lui serait fatal.

♥♥♥♥♥

 

Infiltrator - affiche

Infiltrator – affiche

La 42ème édition du Festival de Deauville a démarré sa programmation américaine ce 2 septembre, avec en ouverture Infiltrator. En l’espace de deux longs métrages, Brad Furman a montré deux visages bien différents, étonnant avec La défense Lincoln (2011) puis décevant avec Players (2013). Infiltrator se situe entre les deux. Inspiré de l’autobiographie de Robert Mazur, ce biopic/thriller, dont le scénario est écrit par Ellen Brown Furman – mère du réalisateur – raconte comment dans les années 80, cet agent de la DEA, incarné par Bryan Cranston, a démantelé le système de blanchiment d’argent alimentant l’empire de Pablo Escobar, le célèbre narco-trafiquant colombien. Ce qui dérange surtout dans Infiltrator, c’est la paresse de Brad Furman à ne rien vouloir secouer de ces structures archétypales, pourtant largement rebattus. Ce film rejoue ainsi la partition à la Soderbergh du filtre de couleur façon Traffic (2000) sans s’inspirer par ailleurs du sous-estimé The Informant ! (2009) dont le sujet le rapproche tout autant. Furman semble préférer les univers « claustro » d’un De Palma (L’impasse) et les familles anxiogènes d’un Gray (La nuit nous appartient, The Yards). Mais là encore, Infiltrator a beau ressortir l’artillerie lourde, comme le John Leguizamo de L’impasse, le Benjamin Bratt de Traffic et les fameuses scènes de l’infiltré sur le point d’être découvert, le déroulement narratif est rarement à la hauteur des scènes qu’ils évoquent. Il y a comme un trop plein de paresse, voire de mollesse. 

.

Bryan Cranston -Infiltrator

Bryan Cranston -Infiltrator

.

Un problème qui vient principalement de son omniprésente star, Bryan Cranston, l’un des nouveaux princes du biopic à Hollywood après DALTON TRUMBO (notre critique) ou encore ALL THE WAY, téléfilm HBO dans lequel il interprète Lyndon B. Johnson. Dès les premières minutes, où on le découvre en train de regarder ses deux enfants endormis à travers les portes de leur chambre, c’est la figure paternelle qui s’invite dans le personnage de Robert Mazur ; celle héritée de la série Malcolm, puis bien que « transformée », celle de Breaking Bad. D’une intégrité à toute épreuve (drogue, striptease, etc.), Cranston est un ange parmi les démons, personnifiés par les banquiers arabes (Said Taghmaoui) et les dealers mexicains. Tenter alors de lui donner une humanité apparaît comme une véritable maladresse, comme sa bromance ridicule avec Roberto Alcaino (Benjamin Bratt). Il eut été sans doute préférable de le montrer plus hésitant, tenu en respect devant des criminels aux valeurs restées profondément humaines ou presque torturé par la responsabilité de ses actions. Mais il n’en est rien. Mazur en devient bien moins intéressant que la caricature lui servant de coéquipier (John Leguizamo) mais qui a le mérite de « jouer » la carte à fond, quitte à se mettre dans des situations véritablement insoutenables (cf. la bonne scène où son indic le balance devant tout le monde).

.

Infiltrator

Infiltrator

.

Infiltrator souffre donc des maux de beaucoup de biopics récents. La nécessité d’idéalisation et donc par voie de conséquence, d’élimination des zones d’ombre, nuit à l’écriture du personnage qui se révèle beaucoup moins passionnant. Reste alors les personnages secondaires, mais leur sous-traitement (quid de Pablo Escobar et de ses principaux acolytes ?) et la qualité de certains dialogues, comme ceux de Diane Kruger, n’aident pas vraiment à élever l’intérêt du film. L’argument de l’intrigue, cousue de fil blanc, apparaît également bien mince. Et si la mise en scène fonctionnelle de Furman illustre parfaitement les rapports de forces, elle s’arrête au basique champ-contrechamp et à des échanges de regard assis lors d’une tablée. Aucun mouvement ni aucune dynamique interne au plan ne viennent faire « exploser » un thriller qui sent hélas trop le réchauffé.

.

Antoine Gaudé

.

.

.

  • INFILTRATOR de Brad Furman en salles le 7 septembre 2016.
  • Avec : Bryan Cranston, Diane Kruger, John Leguizamo, Benjamin Bratt, Yul Vazquez, Amy Ryan, Joseph Gilgun, Juliet Aubrey…
  • Scénario : Ellen Brown Furman d’après l’œuvre de Robert Mazur
  • Production : Miriam Segal, Paul M/ Brennan, Brad Furman, Don Sikorski
  • Photographie : Joshua Reis
  • Montage : David Rosenbloom, Luis Carballar, Jeff McEvoy
  • Décors : Crispian Sallis
  • Costumes : Dinah Collin
  • Musique : Chris Hajian
  • Distribution : ARP Selection
  • Durée : 2h07

.

Commentaires

A la Une

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Les 4 Fantastiques : le casting dévoilé et une date de sortie annoncée

Pedro Pascal, Vanessa Kirby, Joseph Quinn et Ebon Moss-Bachrach composeront la nouvelle équipe de super-héros de ce nouvel opus des 4 Fantastiques dans le MCU. 

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts