Deauville 2016/ Infiltrator de Brad Furman : critique

Publié par Antoine Gaudé le 3 septembre 2016

Synopsis : L’agent fédéral Bob Mazur a pour mission d’infiltrer le cartel de drogue de Pablo Escobar. Son but : faire tomber 85 barons et une banque internationale. Son plan : s’inventer un passé, une identité, une fiancée. Son risque : le moindre faux pas lui serait fatal.

♥♥♥♥♥

 

Infiltrator - affiche

Infiltrator – affiche

La 42ème édition du Festival de Deauville a démarré sa programmation américaine ce 2 septembre, avec en ouverture Infiltrator. En l’espace de deux longs métrages, Brad Furman a montré deux visages bien différents, étonnant avec La défense Lincoln (2011) puis décevant avec Players (2013). Infiltrator se situe entre les deux. Inspiré de l’autobiographie de Robert Mazur, ce biopic/thriller, dont le scénario est écrit par Ellen Brown Furman – mère du réalisateur – raconte comment dans les années 80, cet agent de la DEA, incarné par Bryan Cranston, a démantelé le système de blanchiment d’argent alimentant l’empire de Pablo Escobar, le célèbre narco-trafiquant colombien. Ce qui dérange surtout dans Infiltrator, c’est la paresse de Brad Furman à ne rien vouloir secouer de ces structures archétypales, pourtant largement rebattus. Ce film rejoue ainsi la partition à la Soderbergh du filtre de couleur façon Traffic (2000) sans s’inspirer par ailleurs du sous-estimé The Informant ! (2009) dont le sujet le rapproche tout autant. Furman semble préférer les univers « claustro » d’un De Palma (L’impasse) et les familles anxiogènes d’un Gray (La nuit nous appartient, The Yards). Mais là encore, Infiltrator a beau ressortir l’artillerie lourde, comme le John Leguizamo de L’impasse, le Benjamin Bratt de Traffic et les fameuses scènes de l’infiltré sur le point d’être découvert, le déroulement narratif est rarement à la hauteur des scènes qu’ils évoquent. Il y a comme un trop plein de paresse, voire de mollesse. 

.

Bryan Cranston -Infiltrator

Bryan Cranston -Infiltrator

.

Un problème qui vient principalement de son omniprésente star, Bryan Cranston, l’un des nouveaux princes du biopic à Hollywood après DALTON TRUMBO (notre critique) ou encore ALL THE WAY, téléfilm HBO dans lequel il interprète Lyndon B. Johnson. Dès les premières minutes, où on le découvre en train de regarder ses deux enfants endormis à travers les portes de leur chambre, c’est la figure paternelle qui s’invite dans le personnage de Robert Mazur ; celle héritée de la série Malcolm, puis bien que « transformée », celle de Breaking Bad. D’une intégrité à toute épreuve (drogue, striptease, etc.), Cranston est un ange parmi les démons, personnifiés par les banquiers arabes (Said Taghmaoui) et les dealers mexicains. Tenter alors de lui donner une humanité apparaît comme une véritable maladresse, comme sa bromance ridicule avec Roberto Alcaino (Benjamin Bratt). Il eut été sans doute préférable de le montrer plus hésitant, tenu en respect devant des criminels aux valeurs restées profondément humaines ou presque torturé par la responsabilité de ses actions. Mais il n’en est rien. Mazur en devient bien moins intéressant que la caricature lui servant de coéquipier (John Leguizamo) mais qui a le mérite de « jouer » la carte à fond, quitte à se mettre dans des situations véritablement insoutenables (cf. la bonne scène où son indic le balance devant tout le monde).

.

Infiltrator

Infiltrator

.

Infiltrator souffre donc des maux de beaucoup de biopics récents. La nécessité d’idéalisation et donc par voie de conséquence, d’élimination des zones d’ombre, nuit à l’écriture du personnage qui se révèle beaucoup moins passionnant. Reste alors les personnages secondaires, mais leur sous-traitement (quid de Pablo Escobar et de ses principaux acolytes ?) et la qualité de certains dialogues, comme ceux de Diane Kruger, n’aident pas vraiment à élever l’intérêt du film. L’argument de l’intrigue, cousue de fil blanc, apparaît également bien mince. Et si la mise en scène fonctionnelle de Furman illustre parfaitement les rapports de forces, elle s’arrête au basique champ-contrechamp et à des échanges de regard assis lors d’une tablée. Aucun mouvement ni aucune dynamique interne au plan ne viennent faire « exploser » un thriller qui sent hélas trop le réchauffé.

.

Antoine Gaudé

.

.

.

  • INFILTRATOR de Brad Furman en salles le 7 septembre 2016.
  • Avec : Bryan Cranston, Diane Kruger, John Leguizamo, Benjamin Bratt, Yul Vazquez, Amy Ryan, Joseph Gilgun, Juliet Aubrey…
  • Scénario : Ellen Brown Furman d’après l’œuvre de Robert Mazur
  • Production : Miriam Segal, Paul M/ Brennan, Brad Furman, Don Sikorski
  • Photographie : Joshua Reis
  • Montage : David Rosenbloom, Luis Carballar, Jeff McEvoy
  • Décors : Crispian Sallis
  • Costumes : Dinah Collin
  • Musique : Chris Hajian
  • Distribution : ARP Selection
  • Durée : 2h07

.

Commentaires

A la Une

Verde : le prochain film de Cédric Jimenez se penchera sur l’enlèvement d’Íngrid Betancourt

Alors que Novembre, sur les attentats de 2015, est attendu dans le courant de l’année, le nouveau projet de Cedric… Lire la suite >>

Les nommés aux César 2022

Ce mercredi 26 janvier, Véronique Cayla, Présidente de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, a communiqué les films sélectionnés… Lire la suite >>

Brad Pitt et Damien Quintard relancent le studio d’enregistrement Miraval dans le sud de la France

C’est durant l’été 2022 que les portes du nouveau studio Miraval rouvriront après une refonte par Brad Pitt, aidé du… Lire la suite >>

Civil War : Kirsten Dunst dans le prochain Alex Garland

Le réalisateur britannique Alex Garland continue sa collaboration avec A24 pour produire son prochain film Civil War, avec Kristen Dunst… Lire la suite >>

Nyad : Jodie Foster rejoint Annette Bening dans le biopic consacré à Diana Nyad

Jodie Foster sera aux côtés d’Annette Bening pour les débuts des documentaristes Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi au cinéma,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 208 524 6 6 652 879
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 170 581 2 432 511
3 NIGHTMARE ALLEY 142 309 1 142 309
4 SCREAM 122 173 2 334 728
5 TOUS EN SCENE 2 105 801 5 2 253 265
6 L'AMOUR C'EST MIEUX QUE LA VIE 105 611 1 105 611
7 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 88 329 4 758 443
8 EN ATTENDANT BOJANGLES 86 141 3 440 126
9 OUISTREHAM 85 285 2 212 260
10 TENDRE ET SAIGNANT 72 295 1 72 295

Source: CBO Box office

Nos Podcasts