Je venais d’avoir 19 ans en mai 1982. La vie était belle. J’étais amoureux. Ensuite, on m’a demandé de partir sur une base militaire et d’être le tireur du premier tank à traverser la frontière libanaise. Cela devait être une mission d’une journée toute simple mais ce fut une journée en enfer. Je n’avais jamais tué quelqu’un avant cette terrible journée. Je suis devenu une vraie machine à tuer. Quelque chose là-bas est mort en moi. Sortir ce tank de ma tête m’a pris plus de 20 ans. C’est mon histoire.

.

.

Aujourd’hui, une nouvelle génération de réalisateurs dépasse la simple volonté de raconter, de narrer ou de reporter des faits sur la guerre et transforme la mise en scène en une expérience cinématographique extrême, qui évite ainsi toutes explications superflues. Buried de Rodrigo Cortes en est la référence à date. Samuel Maoz signe avec Lebanon, son premier long-métrage de fiction et s’inspire de son vécu pour mieux exorciser des blessures émotionnelles post-traumatiques de plus de 20 ans.

.

Le cinéaste israélien, ex soldat de Tsahal, réussit un véritable tour de force en cloîtrant le spectateur dans l’espace exigu, étouffant, sombre et crasseux d’un tank où tout est filmé du point de vue subjectif de quatre jeunes soldats, avec pour seule vision extérieure parcellaire, la lunette de visée. Maoz ressert l’étau et aborde sur une journée, de manière radicale et sans concession sa propre histoire et force le spectateur à vivre sa tension permanente sensorielle et auditive où se mêlent tirs, explosions, échos et bruits de ferraille. Lebanon au budget réduit coproduit par Arte, a été refusé au festival de Cannes, mais fut sacré par un Lion d’or à la Mostra de Venise en 2009.

.

Lebanon est le dernier film en date à traiter de la guerre du Liban au travers du regard d’un cinéaste israélien. Tout comme le film d’animation Valse avec Bachir d’Ari Folman (César, Golden Globe et Oscar du Meilleur film Etranger), qui retraçait le massacre des camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, Lebanon est une plongée dans la mémoire et les traumatismes en écartant tout point de vue politique. Dans l’espace confiné, le cinéaste rend compte de l’absurdité de la guerre et de la mise en abyme de jeunes soldats qui perdront à jamais leur innocence.

.

.

Tout comme Beaufort de Joseph Cedar (Ours d’argent à la Berlinale 2008), adapté de l’article de Ron Leshem « S’il existe un Jardin d’Eden », qui dépeignait la tragédie des soldats postés dans la forteresse de Beaufort quelques jours avant le retrait israélien du Liban, le char de Lebanon devient le principal protagoniste physique. Maoz multiplie les gros plans et dans une perspective qui n’offre en visibilité pas plus de 30 à 40° au travers du viseur, supprime de surcroît toute profondeur de champ. De l’ennemi invisible, on n’entendra que le son des tirs. Des combats, on ne verra dans le périscope que des corps déchiquetés et ensanglantés, étalés le long de la route. Maoz nous embarque dans ses souvenirs pour partager cette journée en enfer avec lui et les jeunes appelés où chaque instant est teinté de panique, de colère et de peur. « L’homme est d’acier, le tank n’est que ferraille », phrase gravée dans le char, Maoz en démontrera sa fragilité. C’est ce qui fait la force, la dureté et le réalisme de Lebanon dans lequel on retrouve Zohar Strauss (Tu n’aimeras point) ou encore Oshri Cohen (Beaufort).

.

.

Lebanon de Samuel Maoz, disponible en DVD dès le 22 septembre 2010

.

Commentaires

A la Une

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

La suite de Ready Player One va sortir en roman dans les prochains mois

Intitulée Ready Player Two, la suite du roman Player One paraîtra le 24 novembre prochain aux États-Unis.      … Lire la suite >>

The Hand of God : Paolo Sorrentino retourne à Naples pour son prochain film pour Netflix

Probablement dédié à l’illustre footballeur Diego Maradona, The Hand of God marque le retour du réalisateur dans sa ville natale… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : l’intriguant thriller écrit par Charlie Kaufman pour Netflix

Le scénariste adepte des histoires sinueuses a écrit et réalisé l’adaptation du roman horrifique I’m Thinking of Ending Things de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts