Megamind est le superméchant le plus génial de toute l’histoire de l’humanité.
 Et le pire loser aussi…
 Depuis des années, il essaie par tous les moyens de conquérir Metro City. Mais chacune de ses tentatives est mise en échec par l’invincible Metro Man, et tourne à la farce. Jusqu’au jour où Megamind tue Metro Man !
 Mais un superméchant a besoin d’un superhéros pour se sentir exister et avoir un but dans la vie. Megamind a donc l’idée de se fabriquer un nouvel adversaire : Titan, encore plus grand, plus fort et plus héroïque que le précédent.
 Malheureusement, ce dernier trouve que c’est bien plus drôle d’être un méchant…

.

.

Après Shrek 4 et Dragons, DreamWorks Animation nous ravit une fois de plus cette année avec Megamind qui s’attache ici à donner la part belle au super vilain. Le réalisateur Tom McGrath et les scénaristes Alan Schoolcraft et Brent Simmons – qui signent ici leur premier scénario produit – construisent une narration classique du point de vue du méchant et colle au piquet le super héros légendaire, impétueux et adulé de tous. Un parti pris original, même si les références émanent essentiellement de celles de Superman. Dans l’élaboration d’un héros extraordinaire atypique, Sony Pictures avait, de son côté, mis en lumière la face cachée d’un super héros alcoolique dans le long-métrage de fiction Hancock de Peter Berg avec Will Smith et Charlize Theron, qui remporta un franc succès au box office mondial.

.

Megamind pose un regard sur cette dichotomie entre le redresseur de torts et le criminel cupide assoiffé de pouvoir. Tout en gardant clins d’œil, joutes verbales humoristiques et légèreté, le film animé évite de sombrer dans la parodie pure et dure et présente des personnages déracinés aux méga pouvoirs qui, après avoir été transporté enfants dans une nacelle à travers l’espace, sont las de vivre sur cette planète Terre avec un destin tout tracé. Ils sont en quête d’eux-mêmes et éprouvent de réels sentiments humains, particulièrement Megamind. Ce personnage tout bleu à la tête énorme (Will Ferrell), élevé dans une prison, a le cœur qui s’enflamme pour Roxanne Ritchi (Tina Fey). Toujours en alerte et sur le terrain pour couvrir les exploits de Metro Man (Brad Pitt), la célèbre et jolie, spirituelle et pragmatique journaliste se fait constamment kidnapper par Megamind qui, par n’importe quel subterfuge prévisible, rêve de détruire son ennemi juré et de mettre la main sur Metro City.

.


En supprimant le super héros, le réalisateur et les scénaristes rompent avec l’évidence et installent dans la progression du récit une notion qu’on oublie souvent, celle de l’équilibre basée sur l’idée que « le Bien et le Mal ne peuvent exister l’un sans l’autre ». Ils introduisent alors cette fatalité intrinsèque à l’univers des super héros, et l’arrivée du nouvel adversaire Titan (Jonah Hill) va pousser malgré lui, Megamind à trouver sa voie. De son côté, Nounou, cette créature à tête de poisson – seul souvenir de la planète natale de Megamind – devient comme tout assistant fidèle, dévoué, loyal et intelligent, la conscience du protagoniste. Tous ces personnages hauts en couleurs, qui gravitent autour de ce super vilain à la némésis diabolique, renforcent son désir dans sa quête vers l’amour et la rédemption afin de devenir enfin ce qu’il a toujours été au fond de lui-même.

.

McGrath donne de la force et de la profondeur au scénario en puisant dans tous les thèmes traités dans les comics. Hélas, un flux incessant de dialogues et d’explications freinent trop souvent l’élan du film, rythmé à l’opposé par une bande originale pêchue signée Hans Zimmer et complétée par les tubes cultes rock de AC/DC, Michael Jackson ou encore Elvis Presley. Megamind réussit toutefois à rendre les personnages réels et humains dans le décor gigantesque de Metro City – conçu sur l’existence de vraies villes -, le tout sublimé par une palette graphique 3D qui fonctionne plutôt bien et par les voix singulières de Will Ferrell, Brad Pitt, Tina Fey et Jonah Hill.

.

.

‘Megamind’ de Tom McGrath des studios DreamWorks Animation en salles le 15 décembre

.

.

.

Articles sur le même thème

  1. Megamind : les 5 premières minutes (clip)
  2. DreamWorks Animation s’empare d’Alma
  3. Megamind : bouquet d’images et de bandes-annonces

.

Commentaires

A la Une

Rebecca : premier aperçu du remake du classique d’Hitchcock

Le thriller dramatique Rebecca, premier film américain d’Alfred Hitchcock oscarisé en 1940 va bénéficier d’une nouvelle version, toujours adaptée du… Lire la suite >>

Teaser de The Comey Rule : Brendan Gleeson en Donald Trump pour la minisérie Showtime

Billy Ray consacre un portrait grinçant à la rivalité entre Donald Trump et l’ex-patron du FBI James Comey, licencié alors… Lire la suite >>

Alan Parker, le réalisateur de Midnight Express, Birdy et The Wall, nous a quittés

Le grand réalisateur britannique Alan Parker, connu pour ses grands succès critiques et publiques, est décédé à l’âge de 76… Lire la suite >>

Ratched : le prequel de Vol au-dessus d’un nid de coucou par Ryan Murphy se dévoile en photos

Sarah Paulson et Sharon Stone apparaissent dans les premiers clichés de la nouvelle production de Ryan Murphy pour Netflix, une… Lire la suite >>

Adieu les cons : Virginie Efira dans le teaser hilarant du nouvel Albert Dupontel

L’actrice apparaît dans le premier extrait du prochain film d’Albert Dupontel, Adieu les cons, dans lequel elle campe une quadragénaire… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SCOOBY ! 136 617 3 480 224
2 DIVORCE CLUB 128 698 2 371 367
3 TOUT SIMPLEMENT NOIR 114 515 3 522 204
4 ETE 85 76 791 2 270 181
5 ADORABLES 69 567 1 69 567
6 L'AVENTURE DES MARGUERITE 58 645 2 144 320
7 IP MAN 4 LE DERNIER COMBAT 58 408 1 58 408
8 MON NINJA ET MOI 51 963 2 110 277
9 MADRE 30 484 1 30 484
10 EN AVANT 25 365 21 881 832

Source: CBO Box office

Nos Podcasts