L’annonce d’un amendement gouvernemental – voté dans le cadre du projet de loi de finances 2012 – réduisant les revenus du CNC, a secoué les professionnels du cinéma réunis pour les rencontres cinématographiques de l’ARP à Dijon en Côte d’Or.


 

Eric Garandeau, président du CNC

Compte tenu de la crise économique actuelle et du risque de perdre la note AAA, le gouvernement a décidé de piocher dans les ressources du CNC pour redresser les finances publiques. Cette décision a aussitôt déclenché une levée de boucliers de la part de l’ensemble des organisations professionnelles du cinéma – l’ARP (Société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs), le BLIC (Bureau de liaison des industries cinématographiques), le BLOC (Bureau de liaison des organisations du cinéma), la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) et l’UPF (Union des producteurs de films) – représentant en tout plus de 25 associations et syndicats. L’ensemble des professionnels du cinéma ont dénoncé et condamné « un amendement inacceptable ».

 

Quelles sont les raisons de la colère ? Les députés français ont voté à l’assemblée nationale vendredi 21 octobre – premier jour des rencontres cinématographiques – un amendement qui réduit les revenus du CNC, en plafonnant à une somme fixe le montant touché par l’organisme sur chacune des taxes, la différence allant alimenter les caisses de l’Etat pour combler le déficit public. En effet le financement du CNC provient entre autres, du versement de quatre taxes perçues à la fois, sur la VOD et sur les éditeurs et distributeurs de télévision – qui représentent « près de 80 % » du budget, selon le texte même de la loi de finances -, puis sur les billets d’entrées et sur la vidéo pour le solde. Ces sommes sont reversées au fonds de soutien à la création, qui a permis jusqu’à présent de protéger l’indépendance du cinéma français face aux grosses productions américaines. Le montant total de ces taxes sera donc désormais limité à 700M€, le surplus (soit environ 70 M€ selon Le Point) étant réinjecté dans le budget de l’état.

 

Pascal Rogard, directeur de la SACD

Les signataires insistent sur le fait qu’« Un tel amendement mettrait à bas le système de soutien mutualiste du cinéma français qui, depuis 1946, a permis de maintenir tout à la fois une industrie cinématographique forte et une création dynamique et diversifiée ». Ils ajoutent que « Si un tel amendement était voté, le CNC ne pourrait plus remplir ses missions, qui sont au cœur du financement de la diversité culturelle ». C’est donc « avec la plus grande fermeté », qu’ils demandent le retrait de cet amendement. Pascal Rogard, directeur général de la SACD explique que « L’écrêtement, taxe par taxe est particulièrement dangereux car il mène tout droit à la fin de l’autonomie budgétaire du CNC. » Car c’est à la fois l’autonomie de gestion du CNC qui est remise en question, mais aussi son action pour le maintien et l’indépendance de la création française. Eric Garandeau président du CNC détaille : « LA GUERRE EST DÉCLARÉE de Valérie Donzelli envoyé par la France aux Oscars, Et maintenant on va où de Nadine Labaki délégué par le Liban et Le Havre de Abbi Kaurismaki par la Finlande … », « sont tous des films produits par la France », et il rappelle également que  « nous avons aussi hérité au cours de ces dernières années de 50 millions d’euros de charges nouvelles pour financer la Cinémathèque ou la Fémis » et ce « dans le cadre de l’effort de guerre ».

 

Face à cette mobilisation générale contre la diminution des ressources du CNC, Eric Garandeau annonce qu’une une réunion interministérielle est prévue lundi à Matignon « pour envisager des mesures correctives » et rappelle que « le président de la république s’était engagé à garantir les moyens du CNC ». Cependant le député UMP Michel Bouvard a déclaré : « Nous n’avons aucune raison de laisser accumuler des excédents pendant que l’Etat est obligé d’emprunter sur les marchés avec des taux d’intérêts de plus en plus coûteux ».

 

 

 

Articles sur le même thème

  1. Disney signe un accord avec NetMovies pour concurrencer Netflix
  2. Netflix et DreamWorks Animation signent un accord de streaming
  3. Accord de diffusion numérique entre Miramax et Netflix
  4. Quid de Miramax après la vente par Disney ?
  5. Lionsgate mise sur des films à micro budget

 

Commentaires

A la Une

Daniel Kaluuya et Lakeith Stanfield réunis dans le trailer du film sur le mouvement Black Panther

Les deux acteurs de Get Out camperont les rôles principaux du biopic de Fred Hampton, militant du Black Panther Party… Lire la suite >>

Dirty Dancing : un sequel se confirme pour le film culte

C’est désormais officiel, Jennifer Grey reprendra son rôle de Bébé dans une suite tardive de la comédie musicale culte Dirty… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : un premier trailer déroutant pour le prochain Charlie Kaufman

La nouvelle création du scénariste et réalisateur d’Anomalisa se dessine davantage avec une première bande-annonce déroutante, magistralement portée par les… Lire la suite >>

Raised by Wolves : un premier trailer captivant pour la série SF de Ridley Scott

La fiction télévisée de Ridley Scott distribuée par HBO s’annonce comme l’un des gros titres en matière de séries de… Lire la suite >>

Kings of America : Amy Adams et Adam McKay réunis pour une minisérie Netflix

L’actrice et le réalisateur de Vice se retrouvent pour Kings of America, une minisérie diffusée sur le géant du streaming,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 T'AS PECHO ? 109 661 1 109 661
2 SCOOBY ! 93 488 4 573 712
3 DIVORCE CLUB 83 643 3 455 010
4 TERRIBLE JUNGLE 83 427 1 83 427
5 TOUT SIMPLEMENT NOIR 73 084 4 595 288
6 ETE 85 55 031 3 325 212
7 DREAMS 54 087 1 54 087
8 BLANCHE NEIGE, LES SOULIERS ROUGES ET LES SEPT NAINS 41 044 1 41 044
9 L'AVENTURE DES MARGUERITE 39 375 3 183 695
10 THE VIGIL 36 359 1 36 359

Source: CBO Box office

Nos Podcasts