Metro Manila de Sean Ellis: critique

Publié par CineChronicle le 19 juillet 2013

Aspirant à une vie meilleure, Oscar Ramirez et sa famille quittent les montagnes du nord de la Philippine où ils vivent et viennent s’installer dans la ville de Metro Manila. Proie idéale dans cette ville impitoyable, Oscar va devoir tout risquer pour les siens.

 

♥♥♥♥

 

Metro Manila afficheAvec ses deux premiers longs-métrages, Sean Ellis s’est taillé une réputation de réalisateur doué, aimant particulièrement les images léchées. Sa fâcheuse tendance à jouer au petit malin nous empêchait cependant d’adhérer totalement à ses films. En effet, Cashback, adapté de son court-métrage, et The Broken, esthétisants à souhait, étaient de belles coquilles vides qui « trahissaient » son passé de réalisateur de films publicitaires et de photographe de mode. La forme prenait le pas sur le fond. Du moins jusqu’à présent. En quête de renouveau, le cinéaste revient avec une œuvre surprenante, humble, passionnante et surtout bouleversante, récompensée par le Prix du Public au dernier festival de Sundance 2013. Le récit se concentre sur Oscar Ramirez (Jake Macapagal), un fermier des montagnes du nord des Philippines qui décide d’aller tenter sa chance à Metro Manila, n’arrivant plus à subvenir aux besoins de sa famille. Il trouve un emploi de convoyeur de fonds et croise sur sa route Ong (John Arcilla), un collègue expérimenté et désabusé qui le prend sous son aile. Avec sa femme et ses deux filles, Oscar fait le douloureux apprentissage de la survie dans une mégapole gangrenée par la violence et la corruption… Avec un petit budget, des acteurs locaux et une équipe réduite, Sean Ellis débarrasse son film des oripeaux qui caractérisaient jusque-là son cinéma. Muni d’un appareil photo numérique, il se colle au plus près de ses personnages les filmant à l’épaule de manière subtile. On évite ici la caméra parkinsonienne.

 

Metro Manila de Sean Ellis

 

Le cinéaste privilégie d’emblée l’immédiateté et la véracité des images. La manière dont il se met au service de son histoire crée une identification et une empathie totale avec les personnages et nous fait sincèrement nous demander ce qu’ils vont devenir. Car les épreuves qu’Oscar et sa femme doivent traverser (trouver un logement, un dentiste pour la petite et un travail) sont légions et les habitants de cette ville ne leur veulent pas tous du bien. En dépit de la tension, des rebondissements et de la cruauté des situations, Sean Ellis n’oublie jamais de nous faire de vraies propositions de cinéma. En effet, Metro Manila démarre comme un drame social, mais l’œuvre bascule progressivement dans le polar et nous tient en haleine jusqu’à l’acte final saisissant sans jamais omettre le facteur humain. Aucun jugement n’est porté sur les personnages, qui agissent tous dans un seul et unique but : survivre dans la jungle urbaine de Métro Manila. Cette absence de manichéisme, loin de nous tenir à distance des protagonistes, permet justement d’avoir le sentiment de les comprendre jusque dans leurs contradictions et d’être au plus près d’eux. Ainsi Metro Manila, dédié à sa mère décédée l’année dernière, démontre que Sean Ellis est à l’aise aussi bien dans le drame que dans le thriller. Il signe sans aucun doute son film le plus abouti. On peut d’ailleurs entrapercevoir les lueurs d’une nouvelle phase dans sa jeune carrière. Du moins, on l’espère très fort…

 

Nicolas Christian

 

 

 

METRO MANILA de Sean Ellis en salles le 17 juillet 2013 avec Jake Macapagal, John Arcilla, Althea Vega, Ana Abad-Santos, Miles Canapi, Moises Magisa, Erin Panlilio, JM Rodriguez. Scénario : Sean Ellis, Frank E. Flowers. Productrice : Mathilde Charpentier. Photographie : Sean Ellis. Montage : Richard Metler. Musique : Robin Foster. Direction Artistique : Alfi Antonio Orseo.  Distribution : Haut et Court. Durée : 1h55.

.

Commentaires

A la Une

Labyrinthe : Scott Derrickson réalisera la suite du film culte de Jim Henson

Le long-métrage TriStar porté par David Bowie se dote d’une suite dirigée par Scott Derrickson, près de trente-quatre ans après… Lire la suite >>

Blue Movie, le porno satirique que Stanley Kubrick a manqué de réaliser

Le réalisateur d’Orange Mécanique s’est vu un jour proposer de porter à l’écran un récit parodique sur l’industrie pornographique, l’histoire… Lire la suite >>

Emma Mackey bientôt dans la peau d’Emily Brontë

La jeune interprète de Maeve, l’adepte de littérature féministe de Sex Education, a décroché le rôle-titre d’Emily, le biopic de… Lire la suite >>

Madi : Duncan Jones prépare la suite de Moon et de Mute en roman graphique

Le cinéaste britannique a ouvert un kickstarter afin de financer Madi : Once Upon A Time In The Future, sa BD située… Lire la suite >>

[À l’écoute] Quand la trilogie originelle Star Wars fut adaptée en feuilleton radiophonique

En 1981, 1983 et 1996, la saga de George Lucas a été transposée en feuilleton radio. Une version romancée des… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts