Inception : la claque !

Publié par Nathalie Dassa le 9 juillet 2010

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait.

__

_

Deux ans après le succès critique et public retentissant de The Dark Knight, le cinéaste anglais Christopher Nolan revient avec Inception, au budget de 200 millions de dollars. Ce thriller d’action SF est à voir autant de fois qu’il y a de strates dans le film et c’est encore peu dire. Avec un scénario ambitieux, non-chronologique, complexe, intelligent et abyssal – écrit sur une dizaine d’années – Nolan parvient à dégager une énergie folle et une tension soutenue pendant 2h30.

_

Dans ce récit narratif à plusieurs niveaux d’analyses, qui dépasse le simple braquage en équipe où chacun a sa spécialité, le cinéaste construit une excellente interaction dans la composition psychologique et stratégique des personnages. Grâce à un casting atypique et percutant, à la hauteur de ses ambitions, Nolan arrive à combiner l’intellect et l’émotion. Au delà, de l’excellent Leonardo DiCaprio (Cobb), un plus pour les interprétations de Joseph Gordon-Levitt (l’organisateur), Ellen Page (l’architecte) et Marion Cotillard, dans un rôle qui lui va bien pour la première fois dans un film américain.

_

Avec le recul, suite à la projo presse le 8 juillet, Nolan va même plus loin. Il met en lumière le travail fondamental et talentueux de chaque corps de métier derrière la caméra : les décors, le montage, le son, la photographie, la musique, les effets spéciaux et visuels… Tout est optimisé et mis en valeur. En cela, Nolan livre une véritable orchestration maîtrisée et réfléchie.

_

_

Tourné dans plus plusieurs pays (Tokyo, Angleterre, Paris, Tanger, Los Angeles et Canada), Inception offre au spectateur des images sublimes et léchées dans des espaces gigantesques, structurels et architecturaux entre scènes intérieures/extérieures, plongées dans un cocktail climatique (pluie, vent, neige, soleil…). S’ajoute à cette matérialité propre à la démesure de notre activité onirique, la bande originale de Hans Zimmer (The Dark Knight, Batman Begins) qui signe ici un score atmosphérique, dont le plein volume percute les tympans.

__

Inception établit ses fondements dans les mondes factices à conception labyrinthique et puise sa force dans les états psychiques du rêve avec son potentiel imaginaire infini. Le film appelle à de nombreuses références tant dans le cinéma tels Matrix, Dark City, Memento, 2001 l’Odyssée de l’Espace ou encore Blade Runner que dans la littérature de K. Dick, de Kafka… L’être humain n’utilise que 10% de son cerveau et Nolan se nourrit de la source intarissable du rêve, sujet universel. Il propose une entrée nouvelle en projetant sa vision stylisée et architecturale de ses thèmes de prédilection, dans sa dimension humaine : la manipulation, les faux-semblants, la trahison, le paradoxe…

_


_

Après Memento, Insomnia et Le Prestige, Nolan poursuit sa quête dans l’exploration mentale et inextricable. Inception offre la possibilité à l’être humain de faire partager ses rêves, plateforme idéale pour pénétrer les secrets les plus enfouis. Les idées – indestructibles dans le disque dur de notre subconscient – peuvent être alors ubtilisées. Nolan approfondit son analyse sur la capacité même d’implanter une idée dans l’esprit d’un individu. Tout ce qui est autour avec ses effets de miroir ne représente alors que la partie immergée de l’iceberg. Dans ce scénario à tiroirs, truffé de rebondissements, l’un des meilleurs cinéastes de sa génération – tel un enfant – s’amuse à emboîter les rêves les uns sur les autres et à entraîner le spectateur à y participer…

_

Sortie en salles le 21 juillet (et non le 16 comme l’indique le trailer)

_

_

_

Articles sur le même thème

  1. Inception : BO de Hans Zimmer

Commentaires

A la Une

If It Bleeds : Darren Aronofsky, Ben Stiller et Blumhouse acquièrent trois nouvelles du recueil de Stephen King

If It Bleeds, le recueil de nouvelles horrifiques de l’auteur dont les adaptations sont les plus prolifiques au monde intéresse… Lire la suite >>

Incroyable mais vrai : Quentin Dupieux prépare son nouveau film

Après Mandibules qui sortira prochainement, Quentin Dupieux retrouve Alain Chabat et Anaïs Demoustier pour une nouvelle comédie invraisemblable, Incroyable mais… Lire la suite >>

The Boys : l’équipe de bras cassés est de retour dans le trailer de la saison 2

Humour noir, hémoglobine, têtes tranchées et traque sans merci rythment le premier trailer de la deuxième saison de The Boys,… Lire la suite >>

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts