Le retard de 17 mois, qui a été pris dans la production de la série Mad Men, a marqué les esprits et a fait l’objet de nombreux articles. En cause le budget. D’autres séries à succès semblent concernées par le même problème.

 


En mars 2011, la chaîne AMC annonçait que la diffusion de la série Mad Men serait retardée à cause des discussions relatives au budget, qui achoppaient sur trois points : plus de placement de produits, réduction du temps de diffusion et suppression de deux personnages récurrents (voir nos articles ici et ). Or lors de la table ronde des showrunners organisée annuellement par The Hollywood Reporter, les forces créatives, derrière certaines séries télévisées à gros succès, ont déploré la pression budgétaire croissante qu’ils sont en train de subir.  Frank Darabont, le scénariste et producteur de The Walking Dead diffusée depuis le 31 octobre 2010 sur AMC, a explicitement évoqué que le budget de sa série à succès sur les zombies risque d’être amputé. Il explique : « Du point de vue créatif je n’ai pas eu à me plaindre jusqu’à présent. Mais je crois que s’ils apportent réellement les changements dont ils parlent, cela affectera créativement la série… de façon négative. Ce qui me consterne. Si vous avez un atout, pourquoi le sanctionner ? ». La saison 2, qui sera plus longue que la première (13 épisodes au lieu de 6) est attendue pour la fin de l’année 2011 (probablement le 31 octobre).

 

Mais Frank Darabont n’a pas été le seul à exprimer ses préoccupations relatives aux coupes budgétaires. Terence Winter, scénariste et producteur de Boardwalk Empire, la série dramatique créée par Martin Scorsese, diffusée depuis le 19 septembre 2010 sur HBO et qui se déroule pendant la prohibition, a détaillé ses négociations avec la chaîne pour produire la saison 2 de la série. « En étudiant de près certaines suggestions de coupes, afin d’obtenir une liste budgétaire idéale, j’ai dû leur rappeler que le show est intitulé Boardwalk Empire, et que pour ce prix on ne peut fournir ni un ‘boardwalk’ (une passerelle) ni un empire » explique Winter.

 

Les coûts de production d’une série télévisée – tournages en extérieur, décors, acteurs principaux – sont considérables. Lorsque l’on y ajoute les salaires de chaque personne des différentes catégories intervenant sur la série et tous les frais annexes, on atteint des sommes colossales. Or les recettes publicitaires ne contrebalancent plus les dépenses. Il ne reste donc plus qu’une solution : réduction drastique du budget entre autres par des réductions de salaires (diminution du temps de présence des personnages voire suppressions).

 

GGJ avec THR et Le Figaro Mag

 

 

Articles sur le même thème

  1. The Walking Dead saison 2 : Stephen King au scénario ?
  2. Mad Men : enfin l’accord !
  3. Mad Men ne sera pas sur les écrans américains avant 2012
  4. Mad Men : le lancement de la cinquième saison retardé
  5. Bette Midler dans un biopic HBO sur Phil Spector signé David Mamet

 

Commentaires

A la Une

Blacula revient d’entre les morts dans une nouvelle version

La MGM et les producteurs Deon Taylor et Roxanne Avent Taylor préparent une relecture de Blacula, classique de l’horreur et… Lire la suite >>

Colin Farrell et Rachel Weisz dans une relecture du mythe œdipien de Todd Solondz

Après The Lobster de Yorgos Lanthimos, Colin Farrell et Rachel Weisz vont se retrouver dans le nouveau film cauchemardesque et… Lire la suite >>

Zoë Kravitz passe à la réalisation avec Pussy Island

Zoë Kravitz fera ses débuts derrière la caméra avec Pussy Island, qui mettra en vedette Channing Tatum dans la peau… Lire la suite >>

Wild West : le nouveau vivier français du cinéma de genre

Cette nouvelle société de production, installée dans le sud-ouest de la France, va se consacrer entièrement aux films et séries… Lire la suite >>

Ned Beatty, acteur dans Délivrance, Network et Superman, nous a quittés

Disparu le 13 juin 2021 à l’âge de 83 ans, c’est en tant que second rôle que Ned Beatty se… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 665 476 1 665 476
2 NOMADLAND 125 027 1 125 027
3 LE DISCOURS 121 740 1 121 740
4 THE FATHER 93 583 3 385 143
5 ADIEU LES CONS 88 201 34 1 683 963
6 DEMON SLAYER - KIMETSU NO YAIBA - LE FILM :... 49 311 4 659 599
7 TOM & JERRY 42 542 4 461 621
8 NOBODY 41 594 2 122 034
9 LES BOUCHETROUS 41 435 3 189 754
10 CHACUN CHEZ SOI 40 025 2 129 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts