Blood Ties de Guillaume Canet: critique

Publié par CineChronicle le 24 septembre 2013

New York, 1974. Chris, la cinquantaine, est libéré pour bonne conduite après plusieurs années de prison pour un règlement de compte meurtrier. Devant la prison, Frank, son jeune frère, un flic prometteur, est là, à contrecœur. Ce ne sont pas seulement des choix de « carrières » qui ont séparé Chris et Frank, mais bien des choix de vies et une rivalité depuis l’enfance. Leur père Léon, qui les a élevés seul, a toujours eu pour Chris une préférence affichée, malgré les casses, la prison… Pourtant, Frank espère que son frère a changé et veut lui donner sa chance : il le loge, lui trouve un travail, l’aide à renouer avec ses enfants et son ex-femme, Monica. Malgré ces tentatives, Chris est vite rattrapé par son passé et replonge. Pour Frank, c’est la dernière des trahisons, il ne fera plus rien pour Chris. Mais c’est déjà trop tard et le destin des deux frères restera lié à jamais

 

♥♥♥♥♥

 

Blood Ties poster

Les liens du sang ne mentent pas. Guillaume Canet non plus. Il ne vous mentira ni sur l’époque, ni sur les années 70 flamboyantes et leurs pantalons pattes d’eph, les femmes aux fourneaux, les hommes au boulot (sauf lorsqu’il s’agit de la prostitution) ni sur ces gangsters qui, sortis de prison, veulent se ranger sans succès. Nuls mensonges constatés non plus dans les rapports hommes-femmes via la bienséance de l’époque. Une atmosphère qui ne dit rien qui vaille, qui a du mal à se tendre et à susciter l’empathie. Il en ressort une photographie un peu blafarde, comme si on avait passé le tout sous instagram filtre orange, même si on y perçoit le grain des années 70. Ce qui nous emporte un peu dans le temps, c’est la musique sur ce bon vieux tourne disque devenu vintage, qui aide certaines séquences à trouver une énergie nouvelle. Blood Ties, déjà tiré d’un premier long métrage Les liens du sang de Jacques Maillot, dans lequel Guillaume Canet joue au côté de François Cluzet, lui-même adapté du roman Deux frères, un flic, un truand de Michel et Bruno Papet, s’efforce de se concentrer sur chaque personnage, chaque scène, dans un souci tellement constant qu’il en émane une réalisation presque trop contrôlée. Des scènes longues, étirées, comme si l’on avait oublié de les couper au montage. Après le succès des Petits MouchoirsNe le dis à personne et de Mon idole, le projet d’un scénario emmené outre-Atlantique a fonctionné. Il collabore alors avec James Gray à la coécriture, compose un casting alléchant avec Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Clive Owen, Billy Crudup, Zoé Saldana, James Caan, et occupe son producteur Alain Attal (PolisseRadiostars et Un balcon sur la Mer) à trouver 24,7 millions de dollars.

 

 

Blood Ties

 

Billy Crudup, remplaçant un certain Mark Wahlberg qui s’est désisté au prétexte que ce rôle était trop proche de The Fighter, est un bon flic, un bon fils. Sa faille est son frère, qui sème le trouble après sa sortie de prison. Choisit-on sa famille ou l’ordre et la morale ?  Clive Owen n’est un gangster violent. Ses faiblesses deviennent sa force émotionnelle et son intelligence de la situation. On apprend vite qu’il a fait de la prison pour ce que certains jugeront une bonne raison. Son ambition de s’en sortir est réelle, mais ce que va lui offrir la vie est trop étriqué, trop limité. Marion Cotillard se prostitue pour vivre en même temps qu’elle tente d’éduquer leurs enfants. Des enfants déstabilisés, incapables de distinguer leur père de leur oncle. Deux frères, deux rivaux qui ne supportent plus le destin respectif de l’autre, obligés cependant encore de s’entendre pour un père qui les a élevés seul mais qui a sans cesse marqué sa préférence. Une jalousie malsaine qui entrave leur vie comme un mauvais sang. Là où Blood Ties rattrape sensiblement le tout, c’est au niveau de son casting prestigieux qui parvient à sortir le récit de ses lenteurs et de ses longueurs. Fatalement, ce n’est que vers la fin que l’on s’émeut furtivement. Ce n’est pas l’histoire d’un grand film qui s’écrit là, juste l’histoire d’un grand frère.

 

Chloé Anyways

 

 

BLOOD TIES de Guillaume Canet en salles le 30 octobre avec  Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Clive Owen, Billy Crudup, Zoé Saldana, James Caan. Scénario : Guillaume Canet et James Gray, d’après l’histoire de Jacques Maillot et Frank Urbaniok. Production : Alain Attal, Guillaume Canet, John Lesher, Hugo Sélignac et Christopher Woodrow. Photographie : Christophe Offenstein. Direction artistique : Henry Dunn. Décors : Ford Wheeler. Costumes : Michael Clancy. Musique: Raphaël Hamburger, Anne-Sophie Versnaeyen. Montage : Hervé de Luze. Distribution : Mars Distribution. Durée : 2h07.

.

Commentaires

A la Une

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Oppenheimer : Les enjeux du prochain film de Christopher Nolan

La pandémie, qui a stoppé le monde sur près de deux ans, a également provoqué le divorce entre Christopher Nolan… Lire la suite >>

Pam & Tommy : Première bande-annonce rock’n’roll

La surprenante minisérie d’Hulu sur la fuite d’une sextape entre Pamela Anderson et Tommy Lee, dévoile ses premières images avant… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts