Synopsis : Corée. Années 1930, pendant la colonisation japonaise. Une jeune femme (Sookee) est engagée comme servante d’une riche Japonaise (Hideko), vivant recluse dans un immense manoir sous la coupe d’un oncle tyrannique. Mais Sookee a un secret. Avec l’aide d’un escroc se faisant passer pour un comte japonais, ils ont d’autres plans pour Hideko…

 

♥♥♥♥♥

 

Mademoiselle de Park Chan-wook - affiche

Mademoiselle de Park Chan-wook – affiche

Après Thirst, Ceci est mon sang (Prix du Jury, 2009) et le perturbant thriller néogothique Old Boy (Grand Prix, 2004), Park Chan-wook revient en compétition au festival de Cannes. Le cinéaste talentueux de la nouvelle vague du cinéma sud-coréen offre aujourd’hui un thriller érotique, inspiré du roman Du Bout des Doigts de la Britannique Sarah Waters. Si ce dernier se situait à l’époque victorienne, il est transposé ici durant la colonisation japonaise des années 1930. Mademoiselle procure un sentiment mitigé, qui reste néanmoins positif. Manipulation, perversion, vengeance, inceste, duperie, sadomasochisme et critique sociale, les grandes obsessions de Park chan-wook sont à nouveau explorées. Si on se laisse rapidement et aisément transporter par la mise en scène toujours méticuleuse, appliquée et tournoyante, le cinéaste de Stoker ne propose finalement rien de vraiment nouveau. Les rebondissements et autres retournements de situations, quand ils ne sont pas prévisibles, ne surprennent que très rarement. À la fois film puzzle et œuvre primale, Mademoiselle se construit de la même manière que ses prédécesseurs dans cette histoire d’amour triangulaire ; Park Chan-wook s’amuse toujours autant à manipuler son audience. La noirceur est donc toujours aussi présente, avec cependant davantage d’humour, mais le déroulement de l’intrigue, scindé en trois parties sous différents points de vue, perd quelque peu en profondeur et en intensité au fil des révélations successives. Pourtant, l’éveil à la féminité, exerçant un pouvoir émancipateur et salvateur à travers cette romance saphique entre une servante (Kim Tae-Ri) et une riche héritière japonaise (Kim Min-Hee) est bien développé et mis en valeur. Le cinéaste et son coscénariste parviennent à insuffler encore une fois une belle attractivité émotionnelle, même si les personnages manquent parfois de caractérisation. Mais Mademoiselle tire surtout son épingle du jeu visuellement : les costumes, les décors et la photographie, magnifiée par son chef opérateur habituel, dégagent toujours autant cette beauté esthétique et artistique intrinsèque. Certains plans extérieurs sont d’ailleurs souvent picturaux. Le tout gagne une certaine envolée grâce à la musique envoûtante et entêtante de son compositeur attitré. Park Chan-wook ne se réinvente donc pas dans cet exercice de subterfuge et de transgression, mais il confirme ici sa maitrise des éléments sonores et visuels qu’il parvient toujours à distiller dans une atmosphère raffinée et dérangeante.

.

.

.

  • MADEMOISELLE (The Handmaiden / Agassi) réalisé par Park Chan-wook en salles le 5 octobre 2016.
  • Avec : Kim Min-hee, Kim Tae-ri, Ha-jung-woo, Cho Jin-woong…
  • Scénario : Chung Seo-kuyng, Park Chan-wook
  • Production : Park Chan-wook, syd Lim
  • Photographie : Chung Chung-hoon
  • Montage : Kim Sang-bum, Kim Jae-bum
  • Décors : Ruy Seong-hee
  • Costumes : Cho- Sang-Kyung
  • Distribution : The Jokers / BAC Films
  • Durée : 2h25

.

Commentaires

A la Une

Mission Impossible 7 dévoile sa première bande-annonce

Actuellement à Cannes pour l’avant-première française de Top Gun : Maverick, Tom Cruise continue de faire parler de lui avec… Lire la suite >>

Colin Cantwell, maquettiste sur Star Wars, est décédé

Le maquettiste Colin Cantwell, à l’origine de nombreux designs des vaisseaux les plus populaires de Star Wars, s’est éteint le… Lire la suite >>

The Entertainment System is down : Woody Harrelson retrouve le réalisateur Ruben Östlund

Actuellement à Cannes pour le film Sans filtre de Ruben Östlund, Woody Harrelson annonce sa nouvelle collaboration avec le cinéaste… Lire la suite >>

Trois mille ans à t’attendre dévoile une première bande-annonce étourdissante

En parallèle de sa diffusion au Festival de Cannes ce vendredi 20 mai, le prochain film de George Miller se… Lire la suite >>

Vangelis, le compositeur de Blade Runner et Chariots de feu, s’est éteint

Décédé le 17 mai 2022, le compositeur grec, pionnier de la musique électronique et largement connu pour ses musiques de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS 614 758 2 2 053 045
2 THE NORTHMAN 137 676 1 137 676
3 LES ANIMAUX FANTASTIQUES 3 : LES SECRETS DE DUMBLEDORE 96 507 5 2 524 670
4 TENOR 68 209 2 194 557
5 QU'EST-CE QU'ON A TOUS FAIT AU BON DIEU ? 66 602 6 2 178 047
6 DOWNTON ABBEY II : UNE NOUVELLE ERE 64 433 3 353 577
7 LES FOLIES FERMIERES 64 286 1 64 286
8 THE DUKE 54 622 1 54 622
9 LES SEGPA 53 082 4 507 116
10 IMA 43 862 1 43 862

Source: CBO Box office

Nos Podcasts