Le Grinch de Yarrow Cheney et Scott Mosier : critique

Publié par CineChronicle le 27 novembre 2018

Synopsis : Chaque année à Noël, les Chous viennent perturber la tranquillité solitaire du Grinch avec des célébrations toujours plus grandioses, brillantes et bruyantes. Quand les Chous déclarent qu’ils vont célébrer Noël trois fois plus fort cette année, le Grinch réalise qu’il n’a plus qu’une solution pour retrouver la paix et la tranquillité : il doit voler Noël.

♥♥♥♥

 

Le Grinch - affiche

Le Grinch – affiche

Planquez les cadeaux et débranchez vos guirlandes, Le Grinch débarque à nouveau sur grand écran ! Né sous la plume du Dr Seuss, cette créature au pelage vert est apparue pour la première fois en 1957 dans un livre intitulé Comment le Grinch a volé Noël. Après avoir fait l’objet d’une première adaptation en court-métrage d’animation en 1966, c’est sous les traits de Jim Carrey que le Grinch s’est illustré en live action, dans une version chapeautée par Ron Howard. Cette année, c’est le tandem composé de Yarrow Cheney et Scott Mosier qui nous propose une nouvelle version revenant sur les racines du personnage. Yarrow Cheney avait d’ailleurs déjà œuvré sur Le Lorax, une autre adaptation cinématographique d’une personnage culte imaginé par le Dr Seuss. Un vent de féérie souffle sur Chouville et ce film d’animation de qualité dont le soin apporté aux détails assouvira toutes vos envies de Noël. La magie qui transpire de chaque sapin, de chaque guirlande, de chaque traineau constitue un véritable festin pour les yeux, et il ne fait aucun doute que Chouville deviendra la destination préférée des enfants pour les fêtes. Rarement on aura vu un penchant aussi démesuré pour la célébration et si vous vous demandiez à quoi peut ressembler Noël sous  stéroïdes, vous ne serez pas déçus. Si l’animation offre bien des avantages, elle permet surtout d’illustrer sans limites les idées les plus loufoques du Grinch et de rendre justice à ses nombreux gadgets. Accompagné de son fidèle chien Max et d’un renne très gourmand, notre héros va s’embarquer dans une aventure familiale aux allures de film de casse.

 

Le Grinch

Le Grinch

 

Très fidèle à sa précédente adaptation qui rencontra un franc succès, cette version se distingue néanmoins par un humour qui n’est pas s’en rappeler celui de la saga Moi moche et méchant ; le Grinch et Gru partageant la même cruauté envers les autres et un goût pour le larcin. La construction du schéma narratif est également similaire puisque l’on retrouve une dynamique semblable entre la figure solitaire et l’enfant qui lui redonne foi en l’humanité. Du reste, ouvrez grand les yeux car des petites références aux précédents métrages d’Illumination se cachent dans le film, comme ce fut le cas dans Moi moche méchant 3. Si l’ensemble est extrêmement bien réalisé, le film souffre de légers problèmes de rythme. Une fois passée l’émerveillement de la découverte, la première partie s’engonce dans une série de saynètes qui peinent à faire décoller l’histoire. Toutefois le tir se rectifie à mesure que le plan machiavélique du Grinch se précise à l’approche de Noël.

 

Dans la grande tradition américaine, cette période de l’année ne serait rien sans sa musique et la bande son illustre explicitement le décalage entre la personnalité du Grinch et celle des villageois. En alternant successivement des morceaux de rap avec des chants de Noël, le film créé un mix qui peut laisser dubitatif mais percute par son originalité. C’est avec un malin plaisir que l’on découvre la nouvelle interprétation du morceau à jamais associé au personnage vert, You’re a Mean One, Mr Grinch… La composition originale de Danny Elfman, très burtonnienne, est quant à elle particulièrement inspirée.

 

Parfaitement calibré pour lancer la saison des fêtes, Le Grinch est donc globalement un divertissement réussi qui comporte une bonne dose de sentimentalisme. Le tout est emballé par une morale simple, efficace, avec fraîcheur et humour, ce qui devrait faire mouche auprès des plus jeunes.

 

Hugo Martinez

 

 

 

  • LE GRINCH
  • Sortie salles : 28 novembre 2018
  • Réalisation : Yarrow Cheney, Scott Mosier
  • Avec les voix américaines : Benedict Cumberbatch, Cameron Seely, Rashida Jones, Pharrell Williams, Tristan O’Hare, Sam Lavagnino, Ramone Hamilton, Angela Lansbury, Scarlett Estevez, Michael Beattie
  • Avec les voix françaises : Laurent Lafitte, Lior Chabbat, Nicolas Marié,…
  • Scénario : Michael LeSieur, Tommy Swerdlow d’après l’oeuvre Theodor Seuss Geisel alias Dr Seuss
  • Production : Christopher Meledandri, Janet Healy
  • Montage : Chris Cartagena
  • Musique :  Danny Elfman
  • Distribution : Universal
  • Durée : 1h45
  • Site officiel du film

 

Commentaires

A la Une

De fausses affiches et une lettre aux fans pour Once Upon A Time In Hollywood

Alors que Once Upon A Time In Hollywood sera présenté cette semaine à Cannes, Quentin Tarantino écrit une lettre à ses fans… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Un Jour de pluie à New York de Woody Allen

Le cinquantième film de Woody Allen, Un Jour de pluie à New York, se dévoile enfin dans une première bande-annonce… Lire la suite >>

Michael Fassbender, Jamie Foxx et Peter Dinklage en pourparlers pour La Horde Sauvage de Mel Gibson

Avec à la barre Mel Gibson, les stars Michael Fassbender, Jamie Foxx et Peter Dinklage sont en pourparlers pour rejoindre… Lire la suite >>

James Gray sur un nouveau projet intitulé Armageddon Time

James Gray sort de l’ombre Armageddon Time, un projet semi autobiographique relatant ses études dans un établissement privé de New… Lire la suite >>

Robert Pattinson en négociations pour The Batman de Matt Reeves

Robert Pattinson pourrait incarner Bruce Wayne, le justicier masqué dans le film de Matt Reeves attendu en 2021.    … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVENGERS : ENDGAME 832 196 3 6 001 005
2 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 736 574 1 736 574
3 NOUS FINIRONS ENSEMBLE 688 852 2 1 950 553
4 LES CREVETTES PAILLETEES 253 409 1 253 409
5 HELLBOY 152 683 1 152 683
6 AFTER - CHAPITRE 1 85 306 4 1 178 309
7 LA MALEDICTION DE LA DAME BLANCHE 77 408 4 736 365
8 DUMBO 76 700 7 2 243 946
9 LE PARC DES MERVEILLES 67 909 6 1 336 285
10 ROYAL CORGI 62 537 5 781 761

Source: CBO Box office

Nos Podcasts