Le Grinch de Yarrow Cheney et Scott Mosier : critique

Publié par CineChronicle le 27 novembre 2018

Synopsis : Chaque année à Noël, les Chous viennent perturber la tranquillité solitaire du Grinch avec des célébrations toujours plus grandioses, brillantes et bruyantes. Quand les Chous déclarent qu’ils vont célébrer Noël trois fois plus fort cette année, le Grinch réalise qu’il n’a plus qu’une solution pour retrouver la paix et la tranquillité : il doit voler Noël.

♥♥♥♥

 

Le Grinch - affiche

Le Grinch – affiche

Planquez les cadeaux et débranchez vos guirlandes, Le Grinch débarque à nouveau sur grand écran ! Né sous la plume du Dr Seuss, cette créature au pelage vert est apparue pour la première fois en 1957 dans un livre intitulé Comment le Grinch a volé Noël. Après avoir fait l’objet d’une première adaptation en court-métrage d’animation en 1966, c’est sous les traits de Jim Carrey que le Grinch s’est illustré en live action, dans une version chapeautée par Ron Howard. Cette année, c’est le tandem composé de Yarrow Cheney et Scott Mosier qui nous propose une nouvelle version revenant sur les racines du personnage. Yarrow Cheney avait d’ailleurs déjà œuvré sur Le Lorax, une autre adaptation cinématographique d’une personnage culte imaginé par le Dr Seuss. Un vent de féérie souffle sur Chouville et ce film d’animation de qualité dont le soin apporté aux détails assouvira toutes vos envies de Noël. La magie qui transpire de chaque sapin, de chaque guirlande, de chaque traineau constitue un véritable festin pour les yeux, et il ne fait aucun doute que Chouville deviendra la destination préférée des enfants pour les fêtes. Rarement on aura vu un penchant aussi démesuré pour la célébration et si vous vous demandiez à quoi peut ressembler Noël sous  stéroïdes, vous ne serez pas déçus. Si l’animation offre bien des avantages, elle permet surtout d’illustrer sans limites les idées les plus loufoques du Grinch et de rendre justice à ses nombreux gadgets. Accompagné de son fidèle chien Max et d’un renne très gourmand, notre héros va s’embarquer dans une aventure familiale aux allures de film de casse.

 

Le Grinch

Le Grinch

 

Très fidèle à sa précédente adaptation qui rencontra un franc succès, cette version se distingue néanmoins par un humour qui n’est pas s’en rappeler celui de la saga Moi moche et méchant ; le Grinch et Gru partageant la même cruauté envers les autres et un goût pour le larcin. La construction du schéma narratif est également similaire puisque l’on retrouve une dynamique semblable entre la figure solitaire et l’enfant qui lui redonne foi en l’humanité. Du reste, ouvrez grand les yeux car des petites références aux précédents métrages d’Illumination se cachent dans le film, comme ce fut le cas dans Moi moche méchant 3. Si l’ensemble est extrêmement bien réalisé, le film souffre de légers problèmes de rythme. Une fois passée l’émerveillement de la découverte, la première partie s’engonce dans une série de saynètes qui peinent à faire décoller l’histoire. Toutefois le tir se rectifie à mesure que le plan machiavélique du Grinch se précise à l’approche de Noël.

 

Dans la grande tradition américaine, cette période de l’année ne serait rien sans sa musique et la bande son illustre explicitement le décalage entre la personnalité du Grinch et celle des villageois. En alternant successivement des morceaux de rap avec des chants de Noël, le film créé un mix qui peut laisser dubitatif mais percute par son originalité. C’est avec un malin plaisir que l’on découvre la nouvelle interprétation du morceau à jamais associé au personnage vert, You’re a Mean One, Mr Grinch… La composition originale de Danny Elfman, très burtonnienne, est quant à elle particulièrement inspirée.

 

Parfaitement calibré pour lancer la saison des fêtes, Le Grinch est donc globalement un divertissement réussi qui comporte une bonne dose de sentimentalisme. Le tout est emballé par une morale simple, efficace, avec fraîcheur et humour, ce qui devrait faire mouche auprès des plus jeunes.

 

Hugo Martinez

 

 

 

  • LE GRINCH
  • Sortie salles : 28 novembre 2018
  • Réalisation : Yarrow Cheney, Scott Mosier
  • Avec les voix américaines : Benedict Cumberbatch, Cameron Seely, Rashida Jones, Pharrell Williams, Tristan O’Hare, Sam Lavagnino, Ramone Hamilton, Angela Lansbury, Scarlett Estevez, Michael Beattie
  • Avec les voix françaises : Laurent Lafitte, Lior Chabbat, Nicolas Marié,…
  • Scénario : Michael LeSieur, Tommy Swerdlow d’après l’oeuvre Theodor Seuss Geisel alias Dr Seuss
  • Production : Christopher Meledandri, Janet Healy
  • Montage : Chris Cartagena
  • Musique :  Danny Elfman
  • Distribution : Universal
  • Durée : 1h45
  • Site officiel du film

 

Commentaires

A la Une

Le grand Michael Lonsdale est mort à 89 ans

Acteur aussi prolifique que talentueux, Michael Lonsdale nous a quittés ce lundi 21 septembre 2020. Retour sur une carrière et… Lire la suite >>

James Bond : Tom Hardy pour remplacer Daniel Craig ?

C’est la rumeur qui a affolé les internautes sur la toile ce samedi 19 septembre. L’acteur britannique pourrait être en… Lire la suite >>

Roger Carel, véritable légende du doublage, s’est éteint à 93 ans

Disparu le 11 septembre 2020, Roger Carel interpréta les voix de certains des plus grands personnages du cinéma et de… Lire la suite >>

Tatiana Maslany sera She-Hulk dans la série Disney+

L’actrice canadienne incarnera la cousine de Hulk dans la nouvelle série de la plateforme dont la réalisation a été confiée… Lire la suite >>

Madonna prépare un biopic sur sa vie

Après le succès de son album Madame X, The Queen of Pop s’apprête à écrire et réaliser un biopic sur son… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 TENET 254 391 3 1 614 471
2 LA DARONNE 130 560 1 130 560
3 LE BONHEUR DES UNS... 95 111 1 95 111
4 ANTEBELLUM 85 213 1 85 213
5 EFFACER L'HISTORIQUE 66 556 3 437 980
6 PETIT PAYS 47 234 3 220 141
7 LES NOUVEAUX MUTANTS 42 874 3 279 812
8 POLICE 39 985 2 124 667
9 ENORME 30 498 2 92 675
10 ADOLESCENTES 24 125 1 24 125

Source: CBO Box office

Nos Podcasts