Piranha 3D : totalement jouissif !

Publié par Nathalie Dassa le 25 août 2010

Alors que la ville de Lake Victoria s’apprête à recevoir des milliers d’étudiants pour le Spring Break, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré… La journée va être d’autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et soeurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls !

.

.

Oubliez la version culte de Joe Dante de 1978 ! Ca ne ressemble en rien au pastiche à petit budget de l’écurie Corman, inspiré des Dents de la mer. Piranha 3D porte le même titre, a le même goût mais le cinéaste de Haute Tension et de la Colline a des yeux sort du cadre du remake et propose une réécriture sur un scénario original signé Josh Stolberg et Pete Goldfinger. Cette oeuvre de 24M$ rend hommage à ces Movies Monters de l’époque, mais reste solidement apparentée au film culte de Spielberg ou encore à Gremlins.

.

Dans ce cinquième long-métrage, Aja tient ses promesses, a la parfaite maîtrise de sa tagline décomplexée et assumée « Sea, sex and… blood » et la revendique pleinement. Il n’est plus question de suggérer, en créant une tension paranoïaque omniprésente déclenchée par des poissons mutants tueurs conçus par l’armée. Ici les piranhas sont préhistoriques et bouffent de la bimbo en plein Spring break, c’est meilleur ! Ce phénomène US se déroule dans la vie des étudiants, pendant 8 jours au printemps, une seule fois par an, et tout est permis à l’excès. Cadre idéal pour ces prédateurs, conçus par Neville Page, qui crient famine depuis plus de 2 millions d’années.

..

Alexandre Aja - le talentueux frenchie

.

Aja nous livre un film pop-corn critique sur cette facette de l’Amérique. Tourné sur l’eau et sous l’eau dans le désert, en 42 jours au lieu des 60 prévus, avec près de 300 000 litres de faux sang déversés dans le lac, Piranha 3D en devient totalement jouissif, parodique, pêchu, trash, potache et bien gore. Niveau casting, Aja tape dans le mille en choisissant des têtes d’affiches qui ont marqué les trentenaires nostalgiques de la culture des années 80 ; de Elisabeth Shue (Cocktail) à Christopher Loyd (Retour vers le futur) en passant par Richard Dreyfuss et son caméo déjà culte dans la scène d’ouverture. Idée brillante du fidèle acolyte du cinéaste, Gregory Levasseur. Dreyfuss endosse à nouveau le costume du biologiste Matt Hooper des Dents de la mer, en retraite pour un instant fatidique. Une filiation plutôt réussie.

.

Quant à la distribution nouvelle génération, Aja n’exclut rien avec Jerry O’Connell (Stand by Me) dans le rôle d’un réalisateur de film Wild Wild Girls et la pulpeuse Kelly Brook (en couverture du Playboy de septembre) ainsi que Steven R. McQueen (petit fils de l’acteur Steve McQueen), Jessica Szohr (Gossip Girl) et Adam Scott (Art School Confidential). Sans oublier la participation d’Eli Roth (Hostel, Inglourious Basterds) qui incarne un digne organisateur de concours de t-shirts mouillés !

.


Mais Piranha 3D déploie toute son énergie, pousse sa verve et son humour parodique à son paroxysme dans la dernière partie, où les scènes de massacre, bluffantes de réalisme par moments, s’enchaînent les unes après les autres, avec une bande-son à coups de techno à plein volume (écouter la BO sur Spotify). Aja s’emploie à revenir aux sources du gore avec l’utilisation d’animatronique, de prothèses de maquillages en silicone et de corps putréfiés réalisés en mousse de latex, conçus par la société KNB EFX Group qui signent une filmographie remarquable (Misery, Une nuit en enfer, Mars Attacks, Scream, Hostel, Inglourious Basterds, Death Proof, La colline a des yeux…).

.

On se laisse prendre, avec un plaisir non coupable, par le sadisme d’Aja et on regarde toute cette viande se faire laminer ses précieuses parties physiques, à l’heure du banquet ! Piranha 3D est à appréhender dans le contexte satirique et exutoire de sa catégorie, sans se prendre au sérieux. L’affiche française pose d’ailleurs clairement ses références cinématographiques. Un pur défoulement sans tomber dans une quelconque identification des personnages, dont Jake Forrester (Steven R. McQueen) –  passant de l’adolescent à l’homme/héros – sera le seul bénéficiaire d’un changement dans sa caractérisation. En revanche, l’effet 3D supposé n’est pas mis en valeur et pour le coup n’apporte pas grand chose.

.


Aux dernières nouvelles, une vidéo promo a circulé sur la toile, émanant du site Funny or Die créé par l’acteur Will Ferrell où les protagonistes tels Jerry O’Connell, Kelly Brook, Adam Scott et consorts, ont revendiqué l’idée – à qui veut l’entendre – d’emmener le film aux Oscars 2010 ! Et le retour positif est tel qu’une suite de Piranha 3D est déjà en préparation. Personne ne s’en étonnera.

.

.

Piranha 3D en salles le 1er septembre 2010

.

Commentaires

A la Une

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Un trailer cauchemardesque pour Midsommar par le réalisateur d’Hérédité

Midsommar, film d’horreur suédo-américain écrit et réalisé par Ari Aster, déjà derrière Hérédité, a dévoilé son trailer cauchemardesque. Le long-métrage invite… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts