Huit mois après la disparition de leur fils, Becca et Howie redonnent peu à peu un sens à leur vie. Howie tente de nouvelles expériences tandis que Becca préfère couper les ponts avec une famille trop envahissante. Contre toute attente, elle se rapproche du jeune homme responsable de la mort de leur enfant. Cette relation étrange va permettre à Becca d’être enfin en paix avec elle-même.

 

♥♥♥♥

 

John Cameron Mitchell transpose ici la pièce éponyme, distinguée par le Prix Pulitzer en 2007, du dramaturge David Lindsay-Abaire, également en charge du scénario. Si le réalisateur de Shortbus et de Hedwig and the Angry Inch s’attèle au thème extrêmement lourd et difficile de la perte d’un enfant pour son troisième long-métrage, il évite soigneusement et avec intelligence de tomber dans l’écueil de la morale assénée, du pathos, de la douleur punitive ou de la culpabilité complaisante. Avec une réalisation classique et discrète, Rabbit Hole est un film intimiste et comportemental, mené par les interprétations poignantes de Nicole Kidman (nominée aux Oscars), Aaron Eckhart et Dianne Wiest. On s’écarte du lourd fardeau mélodramatique de La Chambre du Fils de Nanni Moretti qui ne laissait aucun répit. John Cameron Mitchell et David Lindsay-Abaire nous immergent avec réalisme et sensibilité dans ce combat se concentrant sur le couple et la manière dont les deux personnages gèrent individuellement leur douleur et leur résilience. Rabbit Hole renvoie plutôt à la volonté d’agir pour retrouver goût à la vie qu’à celle d’analyser ou de psychanalyser une situation déchirante. Ce drame familial dévoile ainsi progressivement les actes de chacun : Becca (Nicole Kidman, également coproductrice), décide étrangement de rentrer en contact avec l’adolescent (Miles Teller), responsable de la mort de leur fils tandis qu’Howie (Aaron Eckhart) se rapproche, aux réunions de parents en processus de deuil, de Gaby (Sandra Oh), au bord de la rupture avec son mari, avec laquelle il lie une relation furtive d’amitié/flirt.

.


Le couple fonctionne très bien à l’écran. Nicole Kidman joue admirablement la distance avec son personnage froid qui semble inconsolable. On la sent borderline, prête à franchir la ligne effaçant un à un les souvenirs de l’omniprésence de leur fils de 4 ans et les vestiges de leur passé familial, alors que ces instants ultimes la remettent au contraire sur les rails et la font avancer. La performance d’Aaron Eckhart est du même acabit. D’aspect plus détendu et plus ouvert extérieurement, il semble plus pragmatique mais réprime tout autant ses sentiments qu’il finit par libérer à des moments forts et révélateurs. Les personnages de la mère qui se veut compréhensive, jouée par l’excellente Dianne Wiest, dont le fils est décédé d’une overdose, et de la sœur cadette (Tammy Blanchard) en attente d’un enfant, forment avec Becca un triangle familial féminin émouvant et rempli de tension.

.

Au-delà de la teneur du propos dramatique, Rabbit Hole n’est pourtant ni sombre ni déprimant. A l’écoute des nuances de la douleur, John Cameron Mitchell confronte les émotions avec talent et parvient à nous faire passer du rire aux larmes, de la douceur à l’âpreté en une fraction de seconde, dans le quotidien de ce couple, qui semble avoir perdu sa raison d’être. Si John Cameron Mitchell est en retrait dans sa réalisation, il distille néanmoins son univers entre les mains de cet adolescent qui conduisait la voiture, créateur dans le film d’un Comic intitulé Rabbit Hole relatant l’histoire d’un garçon qui part dans des univers alternatifs à la recherche de son père disparu. Ce roman graphique – conçu par l’illustrateur Dash Shaw, dont le film animé The Ruined Cat a été produit par Mitchell (lire notre news) – renvoie à cette idée de porte d’entrée de l’univers d’Alice au pays des merveilles, dont la symbolique n’est pas tant de créer des échappatoires mais de retrouver un sens à la vie…

 

 

‘Rabbit Hole’ de John Cameron Mitchell, en salles le 13 avril 2011 avec Nicole Kidman, Aaron Eckhart, Dianne West. Scénario : David Lindsay-Abaire, d’après sa pièce éponyme. Production : Olympus Pictures, Blossom Films, Oddlot Entertainment. Distributeur : Haut et Court. Durée : 1h32.

.


.

.

Articles sur le même thème

  1. Une adaptation de Neil Gaiman et un film animé chez John Cameron Mitchell
  2. Enfin du cul-te !
  3. 127 heures : véritable plaidoyer pour la vie
  4. True Grit : les frères Coen ou l’art de se réapproprier le western
  5. ‘A bout portant’ : brillant polar shooté à l’adrénaline

.

Commentaires

A la Une

Top Gun Maverick : Tom Cruise face à son passé sur une nouvelle photo du tournage

Sur son compte Instagram, l’acteur a dévoilé une photo prise sur le tournage de la suite du classique de Tony… Lire la suite >>

Norman Lloyd, compositions extraordinaires

Disparu le 11 mai 2021 à l’âge de 106 ans, Norman Lloyd reste encore méconnu des cinéphiles. Dirigé par Orson… Lire la suite >>

Lisey’s Story : une première bande annonce pour la nouvelle série écrite par Stephen King

Réalisée par Pablo Larraín, avec en vedette Julianne Moore et Clive Owen, cette nouvelle série adaptée d’un roman de Stephen… Lire la suite >>

Killers of the Flower Moon : première image avec Leonardo DiCaprio et Lily Gladstone

Produit par Apple, le prochain film de Martin Scorsese mettra en scène une histoire de meurtres d’une tribu amérindienne dans… Lire la suite >>

Venom 2 : Carnage se dévoile dans une première bande-annonce

Comme le titre original le laisse entendre, Let There Be Carnage, Venom affrontera son ennemi Carnage dans cette suite attendue exclusivement… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts