À la fin des années 60, Howard Marks quitte son Pays de Galles natal pour la prestigieuse université d’Oxford, où il découvre les plaisirs des soirées psychédéliques. Pour rendre service, il s’improvise passeur de marijuana. Il y prend goût. S’appuyant sur ses amitiés dans les services secrets et avec un chef de l’IRA, il développe un réseau de transport de cannabis entre le Pakistan et Londres. Il se retrouve bientôt à la tête du plus grand trafic de marijuana d’Europe. Howard Marks se fait alors appeler MR. NICE : un contrebandier non violent et plein d’humour, qui deviendra une figure de la contre-culture britannique.

 

♥♥♥

 

L’adaptation à l’écran de la vie d’Howard Marks, tirée de son autobiographie (disponible chez Mama Editions), par le cinéaste de Paperhouse et de Candyman, est à l’image de ce personnage emblématique à la silhouette filiforme. Bernard Rose signe un biopic à la nonchalance heureuse. Mais dans le bon sens du terme. Le choix de Rhys Ifans pour incarner ce héros de la contre-culture britannique sonne comme une évidence. L’acteur gallois – révélé dans Coup de Foudre à Notting Hill -, fan depuis longtemps de Marks, s’approprie le rôle à merveille, tant physiquement que par son jeu et ce, de la première à la dernière taffe de cannabis. Le film s’ouvre sur une scène théâtrale et l’on découvre Howard Marks, de dos micro en main, qui raconte son histoire via son one-man show avant de demander à l’assemblée s’il y a des policiers en civil dans la salle. La question reste en suspens et fait la transition sur la séquence suivante qui démarre le récit dans un flash-back s’étirant pendant toute la durée du métrage. De l’écolier naïf souffre douleur, filmé en noir et blanc, en passant par l’étudiant diplômé d’Oxford jusqu’à l’âge adulte, Rhys Ifans incarne ce contrebandier non violent, qui parvint à la tête du plus grand trafic de marijuana en Angleterre et aux Etats-Unis dans les années 70.

 

 

A la différence des portraits cinématographiques de dealers de stupéfiants déjà réalisés tel Blow, avec Johnny Depp et Penelope Cruz, Bernard Rose évite ici tout sensationnalisme et transpose de manière linéaire et chronologique l’ascension de Mr. Nice, qui est toujours resté dans le commerce des drogues douces. Les personnages évoluent dans un décor vintage – presque cheap – des années 70, qui apporte un cachet naturel, avec certaines images d’époque dans lesquelles notre protagoniste est numériquement inséré.
Le réalisateur dresse le portrait d’un homme, devenu agent du MI6 à Oxford multipliant les identités, en relation avec l’IRA – via David Thewlis (Kingdom of Heaven) en trafiquant d’armes – et les dealers afghans, accro à la drogue et à l’argent, qui profita d’une société libertaire et permissive pour devenir en quelques années l’un des « barons de la drogue les plus sophistiqués ».

 

Si le parti pris de Bernard Rose n’est pas dans la surenchère de la réussite, conservant une certaine homogénéité humble quant aux signes extérieurs de richesse, le scénario pêche par son manque d’intrigues parmi toutes ces situations riches en péripéties qui caractérisent pourtant le personnage : le trafic, l’espionnage, la vie de famille nombreuse avec son épouse, incarnée par Chloë Sevigny (Brown Bunny) ici relativement effacée. Cependant, Bernard Rose donne un ton cool et souvent drôle à son film sans prétention en suivant cet homme, dont l’allure et le background ne le prédisposaient pas à cette hallucinante carrière. Traqué par toutes les polices du monde, il échappa pourtant longtemps à ses poursuivants pour finalement être condamné à 25 ans de prison et incarcéré pendant 7 ans. Aujourd’hui, Howard Marks milite toujours pour la légalisation du haschich et demeure encore interdit de séjour aux États-Unis, en Australie et en Chine.

 

 

 

‘Mr Nice’ de Bernard Rose, en salles le 13 avril avec Rhys Ifans, Chloë Sevigny, David Thewlis, Crispin Glover. Scénario : Bernard Rose, d’après l’autobiographie de Howard Marks. Distribution : UFO Distribution.

.

 

 

Articles sur le même thème

  1. Taking Off : planant et jubilatoire
  2. Rabbit Hole : parcours poignant vers la résilience
  3. Kaboom : explosif !
  4. ‘When you’re strange’ : is everybody in ?
  5. Deauville 2010 / Basquiat : the radiant child

 

Commentaires

A la Une

Norman Lloyd, compositions extraordinaires

Disparu le 11 mai 2021 à l’âge de 106 ans, Norman Lloyd reste encore méconnu des cinéphiles. Dirigé par Orson… Lire la suite >>

Lisey’s Story : une première bande annonce pour la nouvelle série écrite par Stephen King

Réalisée par Pablo Larraín, avec en vedette Julianne Moore et Clive Owen, cette nouvelle série adaptée d’un roman de Stephen… Lire la suite >>

Killers of the Flower Moon : première image avec Leonardo DiCaprio et Lily Gladstone

Produit par Apple, le prochain film de Martin Scorsese mettra en scène une histoire de meurtres d’une tribu amérindienne dans… Lire la suite >>

Venom 2 : Carnage se dévoile dans une première bande-annonce

Comme le titre original le laisse entendre, Let There Be Carnage, Venom affrontera son ennemi Carnage dans cette suite attendue exclusivement… Lire la suite >>

Gareth Edwards et John David Washington ensemble pour un projet de science-fiction

Le prochain film du réalisateur de Rogue One et de Godzilla sera basé sur un scénario qu’il a lui-même écrit,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts