Un officier de l’armée américaine et pilote d’hélicoptère se réveille dans le corps d’un autre homme, avec pour mission trouver une bombe à l’intérieur d’un train à Chicago. Il est forcé de revivre sans cesse les 8 dernières minutes de sa vie avant l’explosion jusqu’à trouver le moyen de la désamorcer.

 

♥♥♥♥

 

Duncan Jones est le réalisateur qu’on ne veut pas rater depuis son premier petit bijou SF réalisé, Moon (lire notre critique), sorti dans un direct-to-video incompréhensible en France, malgré un BAFTA du meilleur premier film et les bonnes critiques à Sundance, présenté en première mondiale, et à Gerardmer où il a reçu le prix du jury et de la critique. Aujourd’hui, le fils de David Bowie fait son retour avec Source Code, un thriller psychologique de science-fiction tout aussi efficace et intelligent, qui soulève la thématique du voyage dans le temps et des réalités alternatives. Si le film est une résonance à Moon dans l’idée de la surexploitation et des expériences menées non plus sur des clones mais sur des soldats, Duncan Jones et son scénariste Ben Ripley lui octroient une nervosité et une tension beaucoup plus soutenues.

 

A l’instar de son premier film, Source Code – bénéficiant d’un budget certes plus important – évite la vitrine tape-à-l’œil des effets spéciaux et s’adresse à l’intellect. Le cinéaste mêle physique quantique, théorie du battement d’aile du papillon – renvoyant à son confrère L’effet papillon -, légitimité des expériences de l’armée – rappelant L’Echelle de Jacob -, l’identité, l’humanité et l’amour, principal moteur de tout individu réel, virtuel ou imaginaire. Il confirme ici sa pleine maîtrise du langage visuel de la science-fiction, manipulant avec habileté, répétitions d’une même épreuve dans un temps limité, montage nerveux, couleurs désaturées dans les tons bleu-gris-vert, cadrages serrés et plans larges, sens de l’intime et du spectaculaire. Le tout grandement mené par un trio d’acteurs choisi sur mesure, Jake Gyllenhaal (qui effectue son second voyage dans le temps après Donnie Darko), Michelle Monaghan et Vera Farmiga.

 

 

Si le scénario montre des signes de faiblesse dans les premières séquences de répétitions avec des ficelles visibles et trop accentuées qui posent les bases de la mission de notre pilote d’hélicoptère Colter Stevens, Source Code s’échappe néanmoins très vite de ce cercle infernal et bascule vers un récit bien ficelé et plus complexe. Jones sait jouer avec le potentiel cinématographique qui donne le pouvoir de modifier le passé certifié immuable. Il explore ainsi la psychologie et l’inconscient de ce personnage – enfermé dans sa nacelle expérimentale – en quête de son identité et de son passé, pour reconstruire le puzzle et sauver les voyageurs contre la volonté d’un gouvernement souhaitant éviter toute action superflue pour anticiper un attentat terroriste. Entre servir son pays, accepter la fatalité tel un super héros ou changer l’avenir, le destin de cet homme semble paradoxalement tout ‘tracé’.

 

Jones manipule habilement ces univers parallèles avec ces répétitions pour résoudre les énigmes et la dimension romance entre Jake Gyllenhaal et Michelle Monaghan, qui parvient parfaitement de manière linéaire à rejouer plusieurs fois la même scène, s’intègre sans mal à l’action menée tambour battant dans l’espace exigu du train. Cependant, Vera Farmiga s’empare haut la main du rôle le plus difficile et complexe, confinée dans un espace de la salle de contrôle encore plus restreint que celui du train. Par écran interposé, cette capitaine de l’US Air Force – qui représente le guide du personnage entre les deux mondes – joue constamment la nuance entre sa fonction et ses sentiments personnels.

 

 

Le cinéaste de 29 ans – un des héritiers de Philip K. Dick – pousse au-delà sa théorie du code source, selon laquelle tout individu possède une mémoire à court terme, qui peut être développée dans une réalité alternative et interagir avec l’environnement dans un cycle de 8 minutes, mais comme un souvenir ou un événement passé, ne peut influer sur l’avenir. A l’arrivée, si Source Code évoque à la fois Matrix, Inception, Un jour sans fin, Minority report ainsi que les films cités plus haut, Jones se réapproprie les genres pour en faire une œuvre originale, brillante et réjouissante, à part entière.

 

 

‘Source Code’ de Duncan Jones, en salles le 20 avril, avec Jake Gyllenhaal, Michelle Monaghan, Vera Farmiga, sur un scénario de Ben Ripley. Production : Philippe Rousselet, Mark Gordon, Jordan Wynn. Distribution : SND. Durée : 1h33.
.

 

 

Articles sur le même thème

  1. Moon : retour aux fondamentaux de la SF
  2. Inception : la claque !
  3. True Grit : les frères Coen ou l’art de se réapproprier le western
  4. Piranha 3D : totalement jouissif !
  5. Faites le mur : la révélation d’un OFNI signé Banksy !

 

Commentaires

A la Une

Le cinéaste et metteur en scène italien Franco Zeffirelli s’est éteint à l’âge de 96 ans

Réalisateur, metteur en scène de nombreux opéras filmés et héritier de Visconti, Franco Zeffirelli est décédé samedi à Rome à… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts