A la suite d’une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène, épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Lorsqu’une éléphante rejoint le cirque, Marlène et Jacob se rapprochent l’un de l’autre et préparent un nouveau spectacle qui permet un temps de renouer avec le succès…

 

♥♥♥

 

Après avoir signé plusieurs vidéoclips d’Aerosmith, Gwen Stephani, Lady Gaga ou encore de Garbage et les longs-métrages de science-fiction Constantine et Je suis une Légende, Francis Lawrence change de registre et revient ici avec une romance envoûtante aux allures d’épopée. C’est avec Richard LaGravenese – à qui l’on doit les scénarios de Fischer King – Le Roi pêcheur, Sur la Route de Madison ou encore de L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux – que le cinéaste s’associe pour adapter à l’écran le best-seller international éponyme de l’écrivaine d’origine canadienne, Sara Gruen. Si la structure scénaristique renvoie à celle de Titanic avec le principe d’un personnage témoin âgé, incarné ici par Hal Holbrook, qui retrace les événements historiques vécus via un long flashback, De l’eau pour les éléphants (Water for Elephants) est une œuvre romanesque, parfois trop lisse et manichéenne, mais qui ne bascule pas pour autant dans le larmoyant ou le mélodramatique. Francis Lawrence nous plonge dans les années 1930, pendant la Grande Dépression, dans l’univers du cirque. Dans un décor immersif de reconstitution historique (grand chapiteau, train, restaurant), le film exprime sa force et son charme, avec des costumes superbes, une direction artistique soignée, le tout servi par le trio d’acteurs, Pattinson/Witherspoon/Waltz, impeccable. L’histoire suit Jacob, un étudiant d’une école vétérinaire réputée, qui après avoir perdu ses parents dans un accident de voiture, réussit à échapper à la ruine, en sautant par hasard dans le train du cirque ambulant Benizini Bros. Le propriétaire l’engage pour soigner les animaux. Il rencontre son épouse Marlène et il tombe amoureux.

 

 

Si le chouchou des adolescentes est stigmatisé par son rôle qui l’a révélé dans Twilight, Robert Pattinson, du haut de ses 25 ans, garde tout le potentiel pour incarner la passion au cinéma. A son côté, Reese Witherspoon qui, depuis Walk the Line en 2005, pour lequel elle remporta l’oscar de la meilleure actrice, enchaînait le plus souvent des rôles de blondes évaporées, interprète ici une écuyère très élégante avec la coiffure crantée et le maquillage sophistiqué de l’époque, tout en retenue, posée et inaccessible. Le duo à l’écran n’atteindra certes pas la sphère des couples mythiques au cinéma, mais il forme une belle alchimie et dépeint avec grâce cette histoire d’amour impossible, renforcée par la performance de Christoph Waltz. Après Inglourious Basterds, l’acteur autrichien charismatique brille à nouveau par son talent en endossant le rôle d’un personnage bipolaire, à la fois tendre et aimant, jaloux et violent qui maltraite les animaux et les employés de son cirque. Les quelques plans où il apparaît en Monsieur Loyal et annonce l’ouverture du spectacle, vêtu de sa veste rouge et de son chapeau haut de forme, renvoient à l’image de Peter Ustinov dans le chef d’œuvre de Max Ophüls, Lola Montès.

 

 

Mais tout le mérite revient à Rosie l’éléphante qui, en parfaite interaction avec les trois personnages, possède un rôle à part entière. Car le film aborde la thématique de la maltraitance et l’histoire des éléphants dans les cirques. Derrière ces lieux propices à la féérie sur piste où les animaux sont rois via les acrobaties, les numéros de dressage et autres tours de magies, se reflète une réalité plus sombre sur l’exploitation, le vol, la pauvreté et la survie d’une troupe d’artistes. Si De l’eau pour les éléphants manque parfois de caractérisation et de relief, Francis Lawrence livre une oeuvre agréable, délicate et poétique.

 

 

 

‘De l’eau pour les éléphants’ de Francis Lawrence, en salles le 4 mai, avec Reese Witherspoon, Robert Pattinson, Christoph Waltz et Hal Holbrook, sur un scénario écrit par Richard LaGravenese d’après l’oeuvre de Sara Gruen. Production : Gil Netter, Erwin Stoff, Andrew R. Tennenbaum. Costume : Jacqueline West. Décors : Jack Fisk. Photographie : Rodrigo Pieto. Musique : James Newton Howard. Distribution : 20th Century Fox. Durée : 1h55.

.

 

 

 

Articles sur le même thème

  1. Blue Valentine : portrait bouleversant d’un couple à la dérive (critique)
  2. Rabbit Hole : parcours poignant vers la résilience (critique)
  3. Burlesque : une comédie musicale sans relief (critique)
  4. Taking Off : planant et jubilatoire
  5. Kaboom : explosif !

 

Commentaires

A la Une

Mindhunter : l’avenir de la série semble compromis, la saison 3 en pause

La troisième saison de Mindhunter serait loin d’être à l’ordre du jour pour David Fincher. Planning, contrats, quelles seraient les… Lire la suite >>

Pinocchio : retour à la tradition dans le trailer du film de Matteo Garrone

Le Pinocchio de Matteo Garrone montre enfin le bout de son nez. Nouvelle adaptation du conte pittoresque italien de Carolo… Lire la suite >>

James Bond : Billie Eilish choisie pour interpréter le générique de Mourir peut attendre

C’est officiel ! James Bond sera accompagné de la talentueuse Billie Eilish pour son générique musical. Coup de chapeau pour… Lire la suite >>

Rencontre avec Carlo Mirabella-Davis, réalisateur de Swallow

Carlo Mirabella-Davis signe ici son premier long métrage de fiction, avec Haley Bennett dans la peau d’une jeune femme atteinte du… Lire la suite >>

Spike Lee président du jury du 73e Festival de Cannes

Le réalisateur de BlacKkKlansman s’apprête à endosser le rôle de Président du Jury pour le 73e Festival de Cannes.    … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 STAR WARS : EPISODE 9, L'ASCENSION DE SKYWALKER 330 160 4 5 548 146
2 UNDERWATER 169 125 1 169 125
3 LES FILLES DU DOCTEUR MARCH 152 480 2 395 143
4 JUMANJI : NEXT LEVEL 148 794 6 2 967 455
5 LES VETOS 145 744 2 417 242
6 LA REINE DES NEIGES II 115 474 8 7 178 905
7 LES INCOGNITOS 97 837 3 845 468
8 LES ENFANTS DU TEMPS 95 545 1 95 545
9 SOL 83 565 1 83 565
10 LES MISERABLES 82 816 8 1 885 022

Source: CBO Box office

Nos Podcasts