A la suite d’une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène, épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Lorsqu’une éléphante rejoint le cirque, Marlène et Jacob se rapprochent l’un de l’autre et préparent un nouveau spectacle qui permet un temps de renouer avec le succès…

 

♥♥♥

 

Après avoir signé plusieurs vidéoclips d’Aerosmith, Gwen Stephani, Lady Gaga ou encore de Garbage et les longs-métrages de science-fiction Constantine et Je suis une Légende, Francis Lawrence change de registre et revient ici avec une romance envoûtante aux allures d’épopée. C’est avec Richard LaGravenese – à qui l’on doit les scénarios de Fischer King – Le Roi pêcheur, Sur la Route de Madison ou encore de L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux – que le cinéaste s’associe pour adapter à l’écran le best-seller international éponyme de l’écrivaine d’origine canadienne, Sara Gruen. Si la structure scénaristique renvoie à celle de Titanic avec le principe d’un personnage témoin âgé, incarné ici par Hal Holbrook, qui retrace les événements historiques vécus via un long flashback, De l’eau pour les éléphants (Water for Elephants) est une œuvre romanesque, parfois trop lisse et manichéenne, mais qui ne bascule pas pour autant dans le larmoyant ou le mélodramatique. Francis Lawrence nous plonge dans les années 1930, pendant la Grande Dépression, dans l’univers du cirque. Dans un décor immersif de reconstitution historique (grand chapiteau, train, restaurant), le film exprime sa force et son charme, avec des costumes superbes, une direction artistique soignée, le tout servi par le trio d’acteurs, Pattinson/Witherspoon/Waltz, impeccable. L’histoire suit Jacob, un étudiant d’une école vétérinaire réputée, qui après avoir perdu ses parents dans un accident de voiture, réussit à échapper à la ruine, en sautant par hasard dans le train du cirque ambulant Benizini Bros. Le propriétaire l’engage pour soigner les animaux. Il rencontre son épouse Marlène et il tombe amoureux.

 

 

Si le chouchou des adolescentes est stigmatisé par son rôle qui l’a révélé dans Twilight, Robert Pattinson, du haut de ses 25 ans, garde tout le potentiel pour incarner la passion au cinéma. A son côté, Reese Witherspoon qui, depuis Walk the Line en 2005, pour lequel elle remporta l’oscar de la meilleure actrice, enchaînait le plus souvent des rôles de blondes évaporées, interprète ici une écuyère très élégante avec la coiffure crantée et le maquillage sophistiqué de l’époque, tout en retenue, posée et inaccessible. Le duo à l’écran n’atteindra certes pas la sphère des couples mythiques au cinéma, mais il forme une belle alchimie et dépeint avec grâce cette histoire d’amour impossible, renforcée par la performance de Christoph Waltz. Après Inglourious Basterds, l’acteur autrichien charismatique brille à nouveau par son talent en endossant le rôle d’un personnage bipolaire, à la fois tendre et aimant, jaloux et violent qui maltraite les animaux et les employés de son cirque. Les quelques plans où il apparaît en Monsieur Loyal et annonce l’ouverture du spectacle, vêtu de sa veste rouge et de son chapeau haut de forme, renvoient à l’image de Peter Ustinov dans le chef d’œuvre de Max Ophüls, Lola Montès.

 

 

Mais tout le mérite revient à Rosie l’éléphante qui, en parfaite interaction avec les trois personnages, possède un rôle à part entière. Car le film aborde la thématique de la maltraitance et l’histoire des éléphants dans les cirques. Derrière ces lieux propices à la féérie sur piste où les animaux sont rois via les acrobaties, les numéros de dressage et autres tours de magies, se reflète une réalité plus sombre sur l’exploitation, le vol, la pauvreté et la survie d’une troupe d’artistes. Si De l’eau pour les éléphants manque parfois de caractérisation et de relief, Francis Lawrence livre une oeuvre agréable, délicate et poétique.

 

 

 

‘De l’eau pour les éléphants’ de Francis Lawrence, en salles le 4 mai, avec Reese Witherspoon, Robert Pattinson, Christoph Waltz et Hal Holbrook, sur un scénario écrit par Richard LaGravenese d’après l’oeuvre de Sara Gruen. Production : Gil Netter, Erwin Stoff, Andrew R. Tennenbaum. Costume : Jacqueline West. Décors : Jack Fisk. Photographie : Rodrigo Pieto. Musique : James Newton Howard. Distribution : 20th Century Fox. Durée : 1h55.

.

 

 

 

Articles sur le même thème

  1. Blue Valentine : portrait bouleversant d’un couple à la dérive (critique)
  2. Rabbit Hole : parcours poignant vers la résilience (critique)
  3. Burlesque : une comédie musicale sans relief (critique)
  4. Taking Off : planant et jubilatoire
  5. Kaboom : explosif !

 

Commentaires

A la Une

Confinement : La Comédie-Française lance sa web télé

Les amateurs de théâtre ont de quoi se réjouir. La Maison de Molière transporte les planches de la salle Richelieu… Lire la suite >>

Confinement : projections de quartier, programmations virtuelles, le cinéma de proximité subsiste

Des projections nocturnes d’une cour d’immeubles à Lyon aux initiatives de petites salles, le cinéma reste un biais d’échange et… Lire la suite >>

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Le réalisateur Thomas Lilti redevient médecin face à la pandémie

Le réalisateur d’Hippocrate a décidé de rejoindre les rangs de ses confrères soignants en pleine crise pandémique de Covid-19.  … Lire la suite >>

Confinement : The Jokers invite petits et grands à jouer avec son cahier d’activités cinéphile

Le distributeur hexagonal de Parasite vous offre de petits jeux ludiques et un concours autour du cinéma, pour divertir petits… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts