Bad Teacher : critique

Publié par Nathalie Dassa le 25 juillet 2011

Elizabeth Halsey n’est vraiment pas faite pour enseigner. Elle n’a rien à faire des enfants, elle parle mal, elle boit, fume n’importe quoi et ne pense qu’à une chose : se marier pour quitter son job d’enseignante au collège. Lorsque son fiancé la plaque, elle se met en tête d’épouser un jeune prof remplaçant aussi séduisant que riche… Mais Elizabeth a une rivale, la très volontaire Amy, une excellente enseignante. Le prof de gym qui lui fait des avances super lourdes ne simplifie pas les choses non plus. Les plans tordus d’Elizabeth et leurs délirantes conséquences vont secouer ses élèves et ses confrères, mais c’est surtout elle qui n’en sortira pas indemne…

 

♥♥

 

Les personnages féminins principaux drôles qui gèrent l’autodérision naturellement tout en s’assumant pleinement se font rares au cinéma et se comptent presque sur les doigts d’une main. Alors qui mieux que Cameron Diaz pouvait se prêter à ce jeu, après avoir démontré les prémices de ses prédispositions à la comédie dans l’excellent Mary à tout prix, puis dans Very Bad Things ou encore dans un autre registre Charlie’s Angels et Night and Day ? La belle blonde sexy – qui soufflera ses 39 bougies le 30 août prochain – tient la distance dans le rôle d’Elizabeth Halsey, une professeure dédaigneuse, pleine de préjugés et dont la bouche déverse continuellement des obscénités. Elle boit, fume de l’herbe, s’habille haute couture et n’a cure de tout ce qui se rapporte de près ou de loin à l’enseignement. Dès les premières séquences, on la suit lors de son pot de départ à l’école, alors qu’elle va démarrer une nouvelle vie, mais se fait plaquer quelques heures plus tard par son fiancé. Elle n’a donc d’autre choix que de rempiler pour une nouvelle année scolaire mais elle se fixe comme priorité de trouver un mari suffisamment riche afin de subvenir à tous ses besoins futiles. Elle se met en tête de s’offrir une paire de seins bonnets D pour accrocher l’élu, en la personne du nouveau remplaçant Scott Delacorte, incarné par Justin Timberlake (son ex petit ami dans la vraie vie), et héritier fortuné de l’horlogerie Jaeger LeCoultre. Mais il tombe malheureusement amoureux de sa collègue, l’enseignante parfaite Amy Squirrel (Lucy Punch). Cette situation éveille en elle jalousie et rivalité et occulte de ses hémisphères la présence très quelconque du professeur de sport Russell Gettis (Jason Segel), amoureux d’elle. Elle décide alors de réagir et de stopper ses cours peu conventionnels, dont l’essentiel consiste à projeter des DVD de Lean on Me de John Avildsen, Stand and Deliver de Robert Menendez ou encore Esprits Rebelles de John N. Smith, tous ayant trait à la difficulté de l’enseignement dans des établissements difficiles, pendant qu’elle fait passer sa gueule de bois en s’endormant derrière son bureau.

 

 

 

Les objectifs et les enjeux de ce personnage irresponsable et superficiel sont donc fixés et la comédie de Jake Kasdan – qui a collaboré avec l’un des piliers de la comédie US, Judd Apatow -, allié aux scénaristes Gene Stupnitsky et Lee Eisenberg (Year OneThe Office) peut émoustiller les zygomatiques. Malheureusement, Bad Teacher rate totalement sa cible. Le trio nous livre un récit au propos insipide et graveleux, dénué de toute consistance, dont les gags réchauffés se succèdent, et porté par des personnages enfermés dans leurs clichés. C’est particulièrement le cas de celui de Justin Timberlake, beaucoup trop léger et peu présent à l’image par manque de profondeur et qui se résume hélas au seul prétexte de l’entendre chanter comme une casserole. Même la scène de sexe en jean entre lui et Cameron Diaz dans la chambre d’hôtel ne fonctionne pas. De son côté, le personnage de Lucy Punch, qui a teint ses cheveux en roux pour jouer notablement avec le nom de famille Squirrel, ne parvient pas à se développer et reste malheureusement sans envergure et presque oubliable en dépit de sa persévérance dans le jeu de la compétition avec Elizabeth. Reste celui de Jason Segel, membre du gang Apatow (Sans Sarah rien ne va), qui est malgré tout le plus adulte et le plus normal d’entre tous (probablement trop), et parvient à tirer son épingle du jeu de manière soft. Cependant, le couple Segel/Diaz, dont l’alchimie aurait pu mieux fonctionner s’il avait été plus étoffé à l’écran, est comme le reste de ce long-métrage, sans attrait ni empathie et manque de profondeur.

 

 

 

 

‘Bad Teacher’ de Jake Kasdan, en salles le 27 juillet, avec Cameron Diaz, Justin Timberlake, Jason Segel, Lucy Punch, John Michael Higgins. Scénario : Gene Stupnitsky et Lee Eisenberg. Production : Jimmy Miller et David Householter. Décor : Jefferson Sage. Montage : Tara Timpone. Costume : Debra McGuire. Musique : Michael Andrews. Distribution : Sony Pictures. Durée : 1h33.

.

.

 

 

Articles sur le même thème

  1. Larry Crowne : critique
  2. Date Limite : un duo pittoresque (critique)
  3. De l’eau pour les éléphants (critique)
  4. Taking Off : planant et jubilatoire
  5. Kaboom : explosif !

 

Commentaires

A la Une

Le cinéaste et metteur en scène italien Franco Zeffirelli s’est éteint à l’âge de 96 ans

Réalisateur, metteur en scène de nombreux opéras filmés et héritier de Visconti, Franco Zeffirelli est décédé samedi à Rome à… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts