Il est loin, le temps où les séries télévisées étaient diffusées en milieu d’après-midi pour distraire les ménagères. Des récits complexes et subtils, des sujets originaux, des intrigues multiples, une narration brillante, de grands réalisateurs de cinéma : une véritable révolution a vu le jour dans les années 1990 et le public ne s’y trompe pas. A l’image de Twin Peaks, des Soprano, de Mad Men ou de Breaking Bad, les séries, en repoussant sans cesse les limites narratives, sont devenues un espace privilégié de la création…

 

♥♥♥♥

 

Charlotte Blum, journaliste, directrice de collection aux Editions de l’Archipel et auteure de nombreux livres, a fait paraître un magnifique ouvrage illustré et riche d’informations qui devrait combler le néophyte, les fans et autres chronophages des séries TV et du petit écran. Séries, une addiction planétaire, paru aux Editions de La Martinière depuis le 20 octobre 2011 pour la modique somme de 35€, retrace l’histoire des grandes séries américaines sur 300 pages en dressant un panorama large et varié. Elle couvre les périodes depuis la naissance et l’impact des premières séries emblématiques jusqu’à leur avènement dans l’univers télévisuel, devenu depuis une quinzaine d’années le nouvel eldorado pour tous les grands talents du septième art (réalisateurs, producteurs et acteurs de premiers plans) au détriment de ce dernier. A travers une compilation de news, d’anecdotes et d’interviews – portant sur divers corps de métiers (showrunners, scénaristes, écrivains, script doctor, spécialistes VFX, producteurs, réalisateurs, photographes) -, Blum présente une analyse concise, en restant toujours à l’essentiel de son propos, sur les évolutions et les tournants de ce phénomène sociétal, qui touche aujourd’hui toutes les franges de la population. Au cours de ces différents entretiens, elle donne aussi la parole à des fans comme Jonah M. Adkins, cartographe, qui s’est imprégné littéralement de toutes les saisons de Lost « en prenant des notes de manière compulsive » pour reproduire l’île ou encore à une styliste culinaire, Bonnie Belknap qui, avec sa société Gourmet Proppers, régale certains acteurs depuis 25 ans.

 

 

Séries, une addiction planétaire s’apparente à une véritable bible qui décrypte les raisons de leurs échecs et de leurs réussites, dévoile leurs coulisses et leurs corollaires et décode les mécanismes et formats d’écriture qui se sont rigoureusement renforcés au fil des années, clouant le téléspectateur à son siège grâce à des intrigues bien ficelées (cliffhanger, characters driven, walk and talk utilisé par Aaron Sorkin dans The West Wing…). Blum n’oublie pas d’évoquer le nerf de la guerre et les budgets conséquents alloués par les chaînes américaines. Elle cite l’exemple le plus flagrant Rome, créée par John Millius et coproduite par HBO et BBC, qui fut l’une des plus ambitieuses dans l’histoire des séries avec un apport de 100M$ pour la première saison et de 125M$ pour la suivante, afin de reproduire au plus près la Rome antique et ses quartiers populaires.

 

 

Cependant, si la sélection des séries phares classées dans des dossiers thématiques par genre (fantasy/fantastique, policier, western, science-fiction, historique et médical), par format (sitcom et soap opera) et par cibles (teen dramas) est bien établie, l’ensemble est parfois fouillis avec certains visuels pas toujours bien choisis. C’est le cas de quelques interviews, dont celle de Tom Fontana, créateur d’Oz, isolée de ses confrères Sur Ecoute (The Wire) et The Shield pour se retrouver plusieurs pages plus loin entre Sons of Anarchy et le western. Ou encore celle de l’actrice CCH Pounder (UrgencesX-FilesWarehouse 13, The Shield) – plus particulièrement connue pour son rôle dans Bagdad Café – placée dans la catégorie sitcom entre FriendsThe Big Bang Theory et Sex and the City. D’autre part, si dans la section fantasy/fantastique/horreur, Blum consacre une page de présentation pour Les Contes de la Crypte, on regrette un passage trop bref sur The Twilight Zone du génial Rod Serling, qui a formellement bousculé tous les codes de la télévision et du genre dans les années 1960.

 

Nonobstant ces quelques défauts dans une lecture directe, Séries, une addiction planétaire reste un pur plaisir à découvrir pour sa maquette aérée, sa présentation originale et agréable et la fluidité de son contenu riche et pointu. Ce livre se laisse apprécier comme une œuvre de collection ou une anthologie à posséder dans sa bibliothèque… Et ça tombe bien, c’est bientôt Noël !

 

 

 

Articles sur le même thème

  1. Mad Men, un art de vivre : premier livre français sur la série chez La Martinière
  2. Livre/ Ce Délicieux Dexter T5 : critique
  3. Rencontre avec Jeff Lindsay, le créateur incroyable de Dexter
  4. Dr Sleep : Stephen King confirme l’écriture d’une suite à Shining (vidéos)
  5. Nouvelle traduction des textes originels des Contes des Frères Grimm chez TASCHEN

 

Commentaires

A la Une

If It Bleeds : Darren Aronofsky, Ben Stiller et Blumhouse acquièrent trois nouvelles du recueil de Stephen King

If It Bleeds, le recueil de nouvelles horrifiques de l’auteur dont les adaptations sont les plus prolifiques au monde intéresse… Lire la suite >>

Incroyable mais vrai : Quentin Dupieux prépare son nouveau film

Après Mandibules qui sortira prochainement, Quentin Dupieux retrouve Alain Chabat et Anaïs Demoustier pour une nouvelle comédie invraisemblable, Incroyable mais… Lire la suite >>

The Boys : l’équipe de bras cassés est de retour dans le trailer de la saison 2

Humour noir, hémoglobine, têtes tranchées et traque sans merci rythment le premier trailer de la deuxième saison de The Boys,… Lire la suite >>

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts