The Dictator : critique

Publié par Nathalie Dassa le 25 mai 2012

L’histoire héroïque d’un dictateur qui va jusqu’à risquer sa vie pour s’assurer que son cher pays oppressé ne devienne jamais une démocratie.

 

♥♥♥♥♥

 

Mais qu’il est bon de rire. The Dictator – qui a réalisé le deuxième plus gros démarrage de l’histoire au box office international pour une comédie pour adultes selon le communiqué de Paramount – est vraiment à l’image de toute la promo de dingue de Sacha Baron Cohen. Avec le réalisateur Larry Charles, il signe ici sa troisième comédie satirique, qui donne le ton dès l’ouverture, avec un hommage dédié à la mémoire de Kim Jong Il. Si The Dictator est moins outrancier et virulent que Borat, le film reste furieusement drôle, en dépit d’un humour potache, souvent en dessous de la ceinture et qui traîne en longueur. Si certains disent qu’il doit passer à autre chose, ici on ne lui en tient pas rigueur. L’acteur et humoriste britannique confirme qu’il est passé maître du politiquement incorrect et enquille avec brio sur son quatrième personnage créé de toutes pièces, après celui du rappeur Ali G qui l’a révélé, adapté au cinéma dans Ali G Indahouse, du reporter kazakh Borat sexiste et antisémite – qui faisait d’ailleurs une première incursion dans Ali G – et du journaliste de mode autrichien homosexuel Brüno, matérialiste et égocentrique. Si les deux précédents longs-métrages prenaient la forme de faux documentaires, The Dictator se traduit dans le format traditionnel de la comédie fictionnelle – comme Ali G -, qui enchaîne punchlines et gags non stop pendant toute la durée du métrage.

 

On suit ainsi le Général Amiral Aladeen depuis l’enfance dans sa République de Wadiya, où il est élevé par son père avant de prendre le pouvoir à l’âge de 7 ans. Dès lors, notre cher oppresseur bien-aimé terrorise son peuple tout en jouissant d’une vie luxueusement abjecte dans son pays riche en ressources pétrolières. Il fait exécuter toute personne qui doute de lui ou le contredit, joue à la Wii sur les jeux olympiques de Munich, multiplie les conquêtes avec des célébrités telles Megan Fox, qu’il immortalise ensuite sur des polaroids accrochés sur tout un pan de mur, abolit des mots et change la signification de certains termes du dictionnaire, ce qui procurent notamment des instants de tension mémorables dans une scène se déroulant dans une clinique wadiyenne. En résumé, le Général Aladeen est un tyran mégalomane, phallocrate, misogyne, ignorant, vulgaire, immature, homophobe, raciste et obsédé par les grosses armes massives nucléaires. Il est favorable à l’enrichissement de l’uranium dans son pays, véritable menace pour la paix mondiale. Mais à quelques jours de son discours à l’ONU, pour défendre son programme nucléaire et éviter qu’un nouveau mandat démocratique soit signé, Aladeen est victime d’une trahison. Méconnaissable sans sa barbe emblématique et vêtu comme un clochard, il est laissé pour mort. L’anonyme erre alors comme un sans papier dans les rues de New York.

 

Mais alors qu’il tente de franchir les grilles des Nations Unies, il est à la fois chassé par les gardes et secouru aussitôt – comme Jamie Lee Curtis avec Dan Aykroyd dans Un Fauteuil pour Deux – par une jeune manifestante (Anna Faris) de Brooklyn au look garçonne qui le prend sous son aile et lui propose de travailler dans son magasin d’alimentation bio, avec d’autres réfugiés. Dans cette volonté de reconquérir son pouvoir, il fait face à deux situations. Celle de retrouver tous les membres qu’il avait ordonné d’exécuter dans un restaurant du quartier de Little Wadiya à New York, dont son ancien scientifique nucléaire (Jason Mantzoukas) qu’il pensait mort depuis longtemps. Et celle d’entretenir une relation inattendue avec cette jeune féministe, démocrate et pacifiste, tout en mettant en pratique ses talents de despote pour réorganiser sa boutique avec des employés réfugiés pas toujours très honnêtes.

 

 

Si Larry Charles et Sacha Baron Cohen s’en prennent à tout le leadership capitaliste, à la pop culture, aux attentats du 11 septembre et aux médias américains, toute la force et la véritable charge émotionnelle de cette comédie tient dans cette relation improbable entre ces deux personnages que tout oppose, même physiquement, mais dont l’alchimie émeut et fonctionne assez bien à l’écran. Avec un casting accrocheur, en dépit d’un Ben Kingsley sous exploité, et des caméos d’Edward Norton et de Gad Elmaleh, Sacha Baron Cohen déjoue avec intelligence les stéréotypes et les pensées unilatérales en transmettant une réflexion contre l’oppression, la corruption, le racisme et l’intolérance aux spectateurs pensant ne voir qu’une simple comédie burlesque et superficielle qui livre son pesant de scènes mémorables…

 

 

 

 

THE DICTATOR de Larry Charles en salles le 20 juin 2012 avec Sacha Baron Cohen, Ben Kingsley, Anna Faris, Megan Fox, John C. Reilly. Scénario : Sacha Baron Cohen, Alec Berg, David Mandel, Jef Schaffer. Producteurs : Scott Rudin, Sacha Baron Cohen, Alec Berg, David Mandel, Jef Schaffer. Photographie : Lawrence Sher. Décors : Victor Kempster. Costumes : Jeffrey Kurland. Montage : Greg Hayden, Eric Kissack. Distribution : Paramount. Durée : 1h23.

.

Commentaires

A la Une

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

La suite de Ready Player One va sortir en roman dans les prochains mois

Intitulée Ready Player Two, la suite du roman Player One paraîtra le 24 novembre prochain aux États-Unis.      … Lire la suite >>

The Hand of God : Paolo Sorrentino retourne à Naples pour son prochain film pour Netflix

Probablement dédié à l’illustre footballeur Diego Maradona, The Hand of God marque le retour du réalisateur dans sa ville natale… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : l’intriguant thriller écrit par Charlie Kaufman pour Netflix

Le scénariste adepte des histoires sinueuses a écrit et réalisé l’adaptation du roman horrifique I’m Thinking of Ending Things de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts