Sherrie, jeune provinciale, rencontre Drew, garçon de la ville, sur le Sunset Strip, alors qu’ils tentent de percer à Hollywood. « Rock Forever » raconte leur histoire d’amour à travers les tubes de Def Leppard, Foreigner, Journey, Poison, REO Speedwagon, et Twisted Sister…

 

♥♥♥♥♥

 

Où est le temps des vraies comédies musicales au cinéma qui nous perçaient le cœur avec des conflits narratifs exaltants et dramatiques et nous donnaient envie de nous inscrire illico dans une école de danse ou d’acheter et d’écouter en boucle la bande originale ? Où sont les West Side Story, Grease, Hair, Fame, Dirty Dancing, Velvet Goldmine, Moulin Rouge et autres mythiques The Rocky Horror Pictures Show ? Car Rock Forever (Rock of Ages) souffre de sa propre ambition dans son traitement du scénario et sur l’essence même de sa nature rock. Si le film s’impose fraîchement face aux dernières comédies musicales telles BURLESQUEMamma Mia !, Nine et à la précédente oeuvre de Shankman, Hairspray, cette adaptation pêche dès sa conception originelle. Peut-on s’étonner alors de son bide au box office américain ? Pourtant ce musical, monté par Chris d’Arienzo à Broadway décrochant 5 citations aux Tony Awards, avait tout le panache 100% rock’n’roll pour être empreint de nostalgie et refléter l’emphase et l’excentricité de la fin des années 1980. S’il rend hommage aux groupes de Glam Metal, Heavy Metal, Hair Metal et Hard Rock avec les hits de Foreigner, Def Leppard, Journey, Poison, Pat Benatar et autres Twisted Sister, Rock Forever donne davantage l’envie de ressortir ses vieux vinyles des cartons que d’investir dans la bande originale, malgré les performances vocales de Tom Cruise et de Catherine Zeta-Jones. L’effet devrait être inverse et tendre vers un phénomène comme Glee où certains s’arrachent les reprises des titres de chaque épisode. Mais ce sentiment se confirme dans le scénario de Justin Theroux, d’Allan Loeb et de Chris d’Arienzo – attaché également à la production exécutive – dont ‘l’intrigue’ et la romance entre ces deux jeunes héros qui tentent d’accomplir leurs rêves de gloire sur Sunset Strip manquent de profondeur et d’intérêt. Incarnés par la belle blonde Julianne Hough, sacrée championne de danse dans Dancing with the Stars sur ABC et révélée dans le remake de Footloose, et le beau Mexicain Diego Boneta, un chanteur professionnel qui marque ses débuts au cinéma, ces acteurs en devenir ne parviennent pas à former un couple mythique à la manière de Grease ou de Dirty Dancing.

 

Outre l’hommage aux différents groupes musicaux, la force de cette comédie musicale tient véritablement à deux éléments principaux. La première est dans la performance magistrale de Tom Cruise, visiblement le seul à aller au bout de son personnage phare dont le look s’apparente à celui d’Axl Rose de Guns N’Roses. Il symbolise avec brio le rocker superstar Stacee Jaxx, torse nu et tatoué, vêtu d’une garde-robe qui lui sied à merveille, accompagné de son babouin nommé Heyman !, s’éprenant fougueusement d’une journaliste de Rolling Stone Magazine (Malin Akerman). Leur couple dévore l’écran, met en émoi et provoque davantage l’étincelle que la romance plate de nos jeunes tourtereaux. On salue cependant les interprétations de Paul Giamatti, en manager escroc, Alec Baldwyn, patron du temple Bourbon Room et pur vétéran du rock, et l’acteur/humoriste britannique Russell Brand qui apporte aussi sa touche d’humour, même si on le préfère dans American Trip (Get Him to the Greek) où il incarnait une rock star incontrôlable et débauchée. Quant à Catherine Zeta-Jones, lauréate d’un Oscar dans Chicago, si sa présence est littéralement sous-exploitée dans le rôle de l’épouse archi-conservatrice du maire (Bryan Cranston) qui met tout en œuvre pour éliminer le rock’n roll de la Cité des Anges, elle confirme cependant ses performances vocales et chorégraphiques sur les tubes de Pat Benatar et des Twisted Sister. L’autre grande force du film provient des costumes choisis et conçus par Rita Ryack (After HoursCasino) ainsi que des coiffures et des accessoires. Les différents looks des personnages sont à l’image de cette mode vestimentaire variée et nuancée des années 80 où se mêlaient le noir imposant chic et sexy de la New Wave/Heavy Metal, le cuir, strass et paillettes du Glam Rock/Metal et le style sportswear ridicule ultra-coloré des boys band tendance pop avec l’arrivée des années 90. Alors oui, Andy Shankman combine l’idée que le rock’n’roll est indissociable du cinéma eux-mêmes indissociables de la mode en offrant un sympathique divertissement avec quelques scènes cocasses (la reconversion de Diego Boneta en boy band avec son groupe Z-Guyeez), mais on aurait apprécié tout simplement une histoire avec davantage d’audace, de punch, de trash, de second degré, de sexe et d’alcool dans ce musical trop familial qui fait pourtant exploser les décibels…

 

 

 

ROCK FOREVER (Rock of Ages) d’Adam Shankman en salles le 11 juillet avec Tom Cruise, Alec Baldwin, Russell Brand, Catherine Zeta-Jones, Julianne Hough, Diego Boneta, Paul Giamatti, Mary J. Blige et Malin Akerman. Scénario : Justin Theroux, Allan Loeb, Chris d’Arienzo d’après sa comédie musicale à Broadway. Production : Matthew Weaver, Scott Prisand, Carl Levin, Tobey Maguire, Garrett Grant, Jennifer Gibgot. Photographie : Bonja Bozelli. Décors : Jon Hutman. Montage : Emma E. Hickox. Costumes : Rita Ryack. Chorégraphe : Mia Michaels. Distribution : Warner Bros. Durée : 2h02.

.

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts